Les souvenirs de la guerre des Malouines inspirent toujours la géopolitique d’aujourd’hui

Les îles Falkland (appelées Malvinas en espagnol et en portugais brésilien) suscitent à nouveau des tensions, et les autorités argentines de Buenos Aires ont fait part de leur mécontentement tant au Royaume-Uni qu’au Brésil voisin.

Vendredi dernier, l’Argentine a exigé du Royaume-Uni qu’il reprenne ses vols avec escale à Río Gallegos (Argentine) – ils avaient été interrompus unilatéralement en mars 2020 en raison de la pandémie. Ils ont favorisé la communication avec l’archipel des Malouines, et autorisé les proches des personnes décédées lors de la guerre des Malouines en 1982 à se rendre sur les tombes des soldats argentins au cimetière de Darwin. Il y a quelques semaines, l’ambassadeur argentin au Brésil, Daniel Scioli, a également fait part de sa « préoccupation » au ministère des affaires étrangères du président brésilien Jair Bolsonaro concernant l’augmentation significative des « vols militaires en provenance du Royaume-Uni entre le territoire brésilien et les îles Malouines. »

Le gouvernement brésilien soutient officiellement les revendications de Buenos Aires sur le territoire de l’île, mais ce geste semble être une sorte de signal adressé au Royaume-Uni. Il est sans précédent : même la dictature militaire brésilienne, que Bolsonaro admire, a soutenu l’Argentine.

Le 5 janvier, le ministère argentin des affaires étrangères a publié une déclaration réaffirmant que les Malouines ont été « illégalement occupées » le 3 janvier 1833 par les forces britanniques qui ont « expulsé les autorités argentines qui y étaient légitimement établies ». Le 12 février, il y a également eu un incident lorsque l’Argentine a dénoncé le passage d’un sous-marin américain à propulsion nucléaire – l’USS Greeneville – dans la mer de l’Atlantique Sud, près des Malouines. Il a compté avec le soutien d’un avion britannique.

Les principales activités économiques des îles sont la pêche, le tourisme et l’élevage de moutons. L’exploration pétrolière, autorisée par le gouvernement de l’archipel, reste controversée en raison des différends maritimes avec l’Argentine. Sur la base de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, les Malouines revendiquent une zone économique exclusive (ZEE) s’étendant sur 370 km (200 milles nautiques) à partir de leurs lignes de base côtières – elle chevauche la propre ZEE de l’Argentine. Le gouvernement des îles est un territoire britannique d’outre-mer autonome, avec un gouverneur nommé par la reine britannique.

En 1982, une guerre non déclarée de dix semaines a opposé Londres et Buenos Aires au sujet des îles. Elle s’est terminée par la capitulation de l’Argentine. À l’époque, le gouvernement militaire brésilien a autorisé les avions argentins à se ravitailler en carburant sur son territoire et, bien que le Brésil ait été dirigé à l’époque par un régime militaire anticommuniste, il a même aidé les opérations de soutien soviétique à l’Argentine pendant le conflit.

Tant Buenos Aires que Londres revendiquent la souveraineté sur les Malouines. Cette dernière se fonde sur l’administration britannique continue de l’archipel depuis 1833, tandis que Buenos Aires affirme avoir acquis les îles de l’Espagne lorsque l’Argentine a obtenu son indépendance (en 1816). En 1833, l’Angleterre envoie deux navires de guerre aux Malouines. Cet événement est interprété par l’Argentine comme une usurpation, tandis que les Britanniques y voient une réaffirmation de leur souveraineté. Les troupes ont toutefois laissé la région sans gouvernement officiel.

Au XXe siècle, les Malouines ont connu un déclin démographique important, de nombreux jeunes résidents cherchant des opportunités d’emploi à l’étranger. Ces dernières années, le déclin de la population a été réduit principalement grâce aux immigrants du Royaume-Uni, ainsi que de Sainte-Hélène et du Chili.

La langue officielle et prédominante de l’archipel est l’anglais, mais l’espagnol est également employé et les Gauchos sud-américains (autrefois majoritaires) ont également influencé le dialecte et la culture locale.

En février, le président argentin Alberto Fernández a entamé une tournée internationale en Russie, en Chine et à la Barbade. En Russie, Fernández a exprimé le désir de l’Argentine de rejoindre le groupe des BRICS et a reçu le soutien de Vladimir Poutine. Quelques jours plus tard, en Chine, le même sujet a été abordé avec le président Xi Jinping, qui a également signalé une position favorable à l’entrée de l’Argentine dans le bloc. Il convient de noter que le chemin vers une éventuelle inclusion dans les BRICS est passé par la Russie et la Chine, et non par le Brésil voisin. C’est un autre signe de la détérioration des relations bilatérales entre le Brésil et l’Argentine, et la question des Malouines joue également un rôle dans cette situation.

Il serait erroné d’inscrire la question des Malouines dans le cadre du nationalisme argentin ou d’un simple différend sur les droits de pêche. La question des Malouines fait partie de la géopolitique de la partie occidentale de la mer Atlantique Sud. Seuls deux acteurs régionaux occupent la majeure partie de la côte atlantique du continent : le Brésil et l’Argentine. Pendant ce temps, Washington et Londres contrôlent une chaîne d’îles située au centre de l’océan Atlantique Sud (entre l’Amérique et l’Afrique), et ces deux puissances exercent également un contrôle naval sur cette zone. Ainsi, la « question des Malouines » fait en réalité partie d’un conflit plus vaste portant sur un vaste océan rempli de ressources. Les îles Falkland ont également une grande importance géostratégique en raison du lien qu’elles établissent avec l’Antarctique. En outre, le détroit de Magellan et les canaux de Beagle et de Drake permettent la communication interocéanique Atlantique-Pacifique et sont essentiels pour le suivi du commerce mondial.

La guerre des Malouines est une sorte de traumatisme géopolitique en Amérique du Sud, avec un Atlantique Sud majoritairement contrôlé par Londres – elle contrôle l’accès à l’Antarctique et à l’océan Indien. Les îles Sandwich, ainsi que les îles de Sainte-Hélène, Gouch, Géorgie du Sud, et d’autres encore, sont toutes gouvernées par la reine Elizabeth. Avec l’indépendance du Brésil, les îles Martim Vaz et Trindade voisines sont devenues brésiliennes. En 1890, les Britanniques ont occupé Trindade, mais l’ont abandonnée après un accord bilatéral conclu avec la médiation du Portugal. La restitution de Trindade au Brésil par voie diplomatique a permis d’éviter un grave problème, mais ce ne fut pas le cas pour les Malouines.

La guerre des Malouines de 1982 a court-circuité la Doctrine Monroe et la propre « Doctrine de sécurité nationale » du Brésil. Le concept même de l' »Amazonie bleue« , la zone économique exclusive brésilienne, s’est développé en partie à partir de ces événements et ils résonnent encore aujourd’hui. Par exemple, en 2019, le colonel brésilien Leandro Freitas Ribeiro a soutenu (dans sa thèse de la Naval War School) que le pays avait besoin d’un sous-marin nucléaire pour défendre son Amazonie bleue, en se basant sur l’expérience de la guerre des Malouines.

L’objectif du Brésil est aujourd’hui de développer le premier sous-marin nucléaire de l’hémisphère sud. Selon un article de l’Economist d’octobre 2021, le pays sud-américain pourrait en fait y parvenir avant l’Australie, nonobstant AUKUS. Cela ne plairait évidemment pas à l’Alliance de l’Atlantique Nord (OTAN). Brasilia et Moscou ont en effet avancé dans leurs discussions sur la coopération nucléaire lors de la rencontre entre Bolsonaro et Poutine en février. En 2010, Buenos Aires avait également des plans similaires concernant le développement de la propulsion nucléaire pour les navires de sa marine, et elle a même essayé de participer au projet brésilien, ce qui ne s’est pas produit. La guerre de 1982 sert en quelque sorte de toile de fond à tous ces développements. La politique étrangère quelque peu erratique de Bolsonaro aurait en fait tout à gagner à améliorer les relations bilatérales avec l’Argentine au sein des BRICS. Une éventuelle victoire électorale de Lula en octobre pourrait donner un nouvel élan au groupe des BRICS.

Pour résumer, les îles Malouines restent un sujet important sur le continent sud-américain. Elles font partie d’un conflit géopolitique plus large dans l’Atlantique Sud et nous en entendrons encore beaucoup parler.

Uriel Araujo (Infobrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. En 1982, les Anglais ont commencé par perdre, à cause de la force de Coriolis (hémisphère sud) de leurs missiles, prévus pour l’hémisphère Nord.
    Un missile français Exocet, envoyé par les Argentins, a coulé un navire anglais.
    Les Anglais ont demandé une trêve, pour revenir au port anglais et faire modifier les missiles..
    Et Margaret Thatcher a exigé de F Mitterrand de faire neutraliser les Exocet que l’Argentine nous avait acheté. Un commando français est allé les neutraliser dans un arsenal argentin.
    Et l’Angleterre a pu gagner la guerre..

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !