Washington, grand gagnant de la division entre l’Europe et la Russie ?

La réorientation de la Russie vers les marchés orientaux sera un désastre pour l’Union européenne, car elle deviendrait entièrement dépendante des États-Unis. Après que la Russie a été contrainte de modifier son modèle et ses politiques économiques, les relations commerciales avec l’UE étant fracturées, Bruxelles se retrouvera essentiellement dans une situation où elle sera entièrement dépendante des États-Unis, une situation que le président français Emmanuel Macron voulait éviter mais qu’il a lui-même mis en branle en adoptant rapidement la position de Washington sur l’Ukraine lorsque les troupes russes sont entrées dans le pays le 24 février.

Bien qu’en Occident nous aimions faire croire que la Russie est isolée et qu’il existe un consensus mondial contre le président Vladimir Poutine, la Chine et les puissances montantes comme l’Inde, l’Indonésie et le Brésil ne sont pas engagées dans de telles hostilités économiques. Dans un tel scénario, l’UE n’est plus prise au sérieux sur la scène internationale, car toute sa rhétorique sur l’obtention d’une autonomie stratégique vis-à-vis de Washington n’était rien d’autre que de la rhétorique.

L’Occident a intensifié la pression des sanctions à l’encontre de Moscou, le secteur bancaire et la chaîne d’approvisionnement des produits de haute technologie étant les principales cibles. Les appels à réduire la dépendance de l’Europe à l’égard des sources d’énergie russes se sont également intensifiés. Ces problèmes sont difficiles à résoudre pour les États-Unis et l’UE, car ils ont entraîné une forte hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires, appauvrissant ainsi davantage le citoyen moyen.

Au moment où les citoyens européens souffrent économiquement, le complexe militaro-industriel (CMI) américain s’est considérablement enrichi grâce au conflit en Ukraine. Il ne fait aucun doute que la crise en Ukraine est positive pour Washington, car son CMI est non seulement enrichi, mais il a forcé une capitulation des tentatives de l’Europe d’obtenir une plus grande indépendance.

Après le début de la campagne spéciale de la Russie en Ukraine, le cours des actions des plus grandes sociétés militaires américaines a immédiatement connu une forte hausse. Au début de l’année 2022, les indices de croissance des actions de certaines sociétés avaient fluctué jusqu’à environ zéro. Mais tandis que le MIC américain en profite, l’Europe est confrontée à une crise énergétique.

Les installations de stockage souterrain en Europe étaient passées en mode prioritaire de remplissage au début de cette année, lorsque les réserves minimales étaient saisonnièrement atteintes (25,51 % du volume nominal d’exploitation). Ce mode a été interrompu du 31 mars au 5 avril en raison d’une vague de froid.

Au 10 avril, les réserves des installations de stockage souterrain de l’UE sont passées à 26,84 % et au 13 avril, elles étaient de 27,13 %. Selon les données rétrospectives, au cours des trois premières semaines depuis le début de la phase de pompage, les réserves ont augmenté de 1,6 % à 5,3 %. En 2022, cette valeur était de 1,53%, ce qui démontre que le pompage du gaz pose de gros problèmes.

Dans le même temps, le principal problème n’a presque rien à voir avec le fait qu’il n’y a pas assez de gaz russe, et le principal obstacle est plutôt le coût élevé du carburant vert. Les opérateurs de stockage ne sont manifestement pas pressés d’accumuler du gaz au prix élevé actuel (1 100-1 300 $/millier de mètres cubes), car ils continuent de s’attendre à une baisse saisonnière des prix.

L’Europe a retiré 51 milliards de mètres cubes de gaz du stockage souterrain au cours de l’hiver, soit 107,8 % du volume pompé pendant l’été. Le 19 mars, la saison des prélèvements s’est terminée à l’un des niveaux les plus bas en termes de réserves depuis des années – seuls 25,2 milliards de mètres cubes de gaz étaient en exploitation. Pour réapprovisionner les installations de stockage souterrain l’hiver prochain, il est nécessaire de pomper au moins 63 milliards de mètres cubes. Gazprom considère qu’il s’agit d’une tâche ambitieuse, car ces dernières années, de tels volumes n’ont pas été pompés et ne suffisent pas à assurer la sécurité énergétique par temps froid.

Selon des chiffres datant de la mi-avril, l’UE a payé 29 milliards d’euros à la Russie pour l’énergie depuis le début de la guerre, soulignant ainsi la difficulté pour l’Europe de se séparer de l’énergie russe. Cela n’a toutefois pas empêché l’UE de prendre d’autres mesures provocatrices, comme le ciblage du système financier du pays et la fermeture de son espace aérien.

En effet, au cours de la guerre en Ukraine, l’Europe est revenue sur les progrès qu’elle avait accomplis pour obtenir une autonomie stratégique vis-à-vis de Washington. Dans l’illusion que l’Ukraine est un bastion libéral luttant contre une Russie autoritaire, l’UE a suivi les États-Unis. De cette manière, alors que l’économie de la Russie se tourne vers l’est quand l’économie et les civils de l’Europe souffrent, les États-Unis sont les plus grands gagnants car ils ont non seulement réussi à soumettre à nouveau les Européens, mais aussi à obtenir une séparation entre l’Europe et Moscou.

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Il ne fallait pas être grand visionnaire pour savoir comment cela se passerait. L’UE n’est que le pâle suivant des US. Elle paiera très largement son encrage aux US et à l’OTAN. C’est déjà en route. L’UE n’est qu’une organisation destructrice des états nations. Il nous est nécessaire de sortir de ce machin où le traitre Sarko nous a fourvoyé. Hélas, ce n’est pas avec l’avorton Foutriquet que cela va changer.

  2. Les bombes sur la gueule des européens, les dollars dans la poche des américains. C’est reparti comme en 40 !

  3. cette guerre est pain béni pour les usa, qui vont pouvoir refiler à l’europe son gaz de schiste etc.
    la flambée des prix lui est toujours attribuée , comme si l’ukraine fabriquait tout ce qu’on consomme ! même les produits locaux augmentent sans vergogne avec la même cause! ils nous prennent pour des crétins

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !