Royaume-Uni. Boris Johnson pourrait faire face à une révolte parlementaire concernant son projet de passer outre le Protocole en Irlande du Nord.

Le Premier ministre brittannique Boris Johnson est confronté à une révolte parlementaire concernant son projet de passer unilatéralement outre le protocole sur l’Irlande du Nord. Selon le journal Times, les dirigeants européens auraient averti le Premier ministre de ne pas toucher à l’accord de Brexit.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a dit à M. Johnson de ne pas « supprimer, briser ou modifier de quelque manière que ce soit » le protocole, signé par le Premier ministre en 2019. Le Taoiseach Irlandais Micheal Martin a déclaré que les plans de M. Johnson déstabiliseraient le processus de paix, tandis que le Premier ministre belge Alexander De Croo a dit à M. Johnson : « Ne touchez pas à ça. »

La ministre des affaires étrangères, Liz Truss, s’entretiendra avec son homologue européen, Maros Sefcovic, dans le courant de la semaine et lancera un nouvel appel au compromis. Bruxelles envisagerait d’imposer des mesures de rétorsion si la législation renonçant au protocole devenait une loi – ce qui pourrait inclure des droits de douane sur les exportations britanniques et la suspension de certains éléments de l’accord de libre-échange du Brexit.

Entre-temps, des obstacles se dressent devant M. Johnson au Parlement, les principaux conservateurs ayant prévenu qu’il serait confronté à une rébellion. « Même s’il est adopté par les Communes, il sera mis en échec par les Lords », a déclaré un ancien ministre au Times.

Un autre a ajouté : « De nombreux collègues ne soutiendront pas ce projet. Nous ne pouvons pas nous permettre de déchirer les accords internationaux qui ne nous plaisent pas. »

L’ancienne première ministre Theresa May a déclaré que M. Johnson devait prendre en compte « ce qu’une telle décision dirait du Royaume-Uni et de sa volonté de respecter les traités ».

Simon Hoare, le président conservateur du comité restreint sur l’Irlande du Nord, a déclaré qu' »aucun pays honorable ne devrait agir unilatéralement » en rompant un accord international.

Mme Truss a rédigé un projet de loi qui supprimerait unilatéralement tous les contrôles sur les marchandises envoyées de Grande-Bretagne pour être utilisées en Irlande du Nord. Il permettrait également aux entreprises d’ignorer les règles et réglementations de l’UE et retirerait à la Cour de justice européenne le pouvoir de statuer sur les questions relatives à l’Irlande du Nord.

Cela pourrait être annoncé dès la semaine prochaine, bien que le gouvernement ait déclaré récemment qu’il voulait donner aux négociations avec l’UE « une dernière chance ».

Jamie Bryson : « Le processus a pour but d’éradiquer l’identité unioniste et de séparer progressivement l’Irlande du Nord du Royaume-Uni »

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. La Grande Bretagne se retrouve dans une situation similaire – quoiqu’un peu « à l’envers » – à celle dans laquelle s’est retrouvée la Russie en ce qui concerne la situation de l’Ukraine.

  2. chacun chez soi, chacun maitre de son destin, sauf qu’en ces temps la communauté internationale veille que non! le grand gendarme de la planète est suivi de ses shérifs adjoints,

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !