Afrique-du-Sud : le monument pour la langue afrikaans devra avoir un nom plus « inclusif »

A Paarl, dans la province du Cap Occidental, se dresse l’impressionnant Taalmonument, c’est à dire le monument pour la langue afrikaans. L’afrikaans, ce dérivé du néerlandais du XVIIIè siècle a été l’étendard des boers (paysans) de l’Afrique australe, marquant ainsi leur choix de rompre physiquement et religieusement avec la métropole hollandaise et de créer une colonie chrétienne sous le regard de Dieu de l’autre côté du monde. L’Afrique-du-Sud était alors une « terre sans peuple » pour un « peuple sans terre ». Rappelons que la région du Cap où les premiers Hollandais s’installèrent au XVIIè n’était alors peuplée que de Khoïkhoïs et de Sans, les fameux « Hottentots ». Les peuples bantous (Xhosas, Zoulous, Vedas, Sothos, ….) qui constituent la population noire actuelle d’Afrique-du-Sud étaient, quant à eux, à plus de 1000 kms à l’est de la colonie hollandaise. Les « Khoïsans » finiront génocidés ou mis en esclavage autant par les Noirs que par les Blancs, les derniers survivants khoïsans étant considérés aujourd’hui comme une petite minorité méprisée par le pouvoir de l’ANC.

Le monument de Paarl est unique au monde : situé sur une colline, il célébra en 1975 le centenaire de la déclaration selon laquelle l’afrikaans était une langue distincte du néerlandais. Haut de 57m, il marque l’union de l’Europe et de l’Afrique à travers les langues.

Appelé Afrikaanse Taalmonument (le monument linguistique de l’afrikaans), ce monument est aujourd’hui menacé de débaptisation par Nathi Mthethwa, ministre des sports, des arts et de la culture du pouvoir ANC. Celle-ci veut, en effet, affubler le Taalmonument d’un nom plus « inclusif » selon la doxa actuelle. Lors d’une réunion interne à son ministère Nathi Mthethwa a indiqué (en anglais) que ce changement de nom était « non-négociable » et bien entendu que le but était de supprimer le terme « afrikaans » du nom.

Selon le parti centriste Democratic Alliance, ce projet est « une attaque contre la diversité linguistique en général mais particulièrement contre la place des locuteurs de l’afrikaans en Afrique-du-Sud ».

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !