Irlande. La New IRA dénonce la présence d’un informateur dans ses rangs et le menace de mort

Un républicain dissident arrêté en relation avec un attentat à la bombe de la New IRA aurait été la cible d’une opération d’espionnage de la police d’Irlande du Nord, qui a permis de démasquer un informateur présumé de la police. Billy Elliott a été placé sous protection policière après avoir été accusé par le groupe paramilitaire de transmettre des informations à la police.

Des renseignements cruciaux

Avant de s’enfuir, il avait entretenu une relation avec une femme proche de Jude Macrory – un éminent dissident de Derry qui a été interrogé par la police dans le cadre de l’attentat à la bombe perpétré en 2019 par la Nouvelle IRA au palais de justice de Bishop Street. Il a ensuite été libéré sans inculpation.

Le jeune homme de 24 ans est actuellement poursuivi, accusé d’émeute la nuit où la journaliste Lyra McKee a été assassinée en avril 2019. Macrory, qui est proche du leader de la Nouvelle IRA Thomas Mellon, a été une cible clé pour la police anti-terroriste à Derry…. Les républicains pensent que l’informateur présumé Elliott a été recruté par l’unité C3 de la police nord irlandaise  – anciennement connue sous le nom de Special Branch – pour donner des informations sur le jeune dissident.

« Il aurait tenu les flics au courant des mouvements de Macrory, des personnes qu’il fréquentait et de ce qu’il apportait à la maison. Ce n’était que du bavardage de table de cuisine, rien de vraiment substantiel. Elliott était en marge de la Nouvelle IRA, l’un des types qui se montraient lors des manifestations de rue et des défilés. Les informations qu’il avait étaient vraiment de qualité inférieure. » indique une source qui se confie au Belfast Telegraph.

Les renseignements fournis par l’agent présumé ont conduit à des perquisitions en juin 2020 au domicile de Macrory dans le quartier de Creggan. Quelques jours plus tard, le PSNI a découvert le pistolet Hammerli utilisé pour tuer Lyra McKee, caché dans un trou dans un bois près de la région de Ballymagroarty. Un membre de l’IRA, Niall Sheerin (29 ans), a reconnu la semaine dernière être en possession de l’arme et sera condamné dans le courant de l’année.

Le mandat de perquisition émis pour le domicile de Macrory, signé trois mois plus tôt, indiquait qu’il existait des motifs raisonnables de croire que « certains articles » se trouvaient sur les lieux. Il s’agissait, selon le document, « d‘articles ou de documents se rapportant à une organisation interdite, de téléphones portables, de dispositifs de stockage de médias et d’ordinateurs ».

Les dirigeants de la Nouvelle IRA pensent également que Billy Elliott a fourni des informations à la police qui ont conduit à l’arrestation de Macrory en rapport avec l’attentat à la voiture piégée perpétré en janvier 2019 au palais de justice de Bishop Street. Sept adolescents sont passés devant l’engin quelques minutes avant qu’il n’explose.

Après avoir été libéré sans inculpation, Macrory s’est exprimé sur les médias sociaux pour avertir que « l’animal se déchaîne toujours lorsqu’il est blessé ». Décrivant les poseurs de bombe comme des « révolutionnaires« , il a ajouté : « À vous qui restez assis sur la barrière ou qui vous rangez du côté de l’oppresseur, baissez la tête de honte. Ne vous laissez pas troubler par le harcèlement, l’intimidation ou les tentatives de contrecarrer la lutte socialiste républicaine. Ce ne sont que les symptômes d’un mouvement en pleine expansion. Comme l’a dit l’un de nos militants détenus avec un sourire face à la haine pure – ‘Up the f*****g Republic’. »

Macrory a également utilisé les médias sociaux pour promettre son soutien à Paul McIntyre – l’un des républicains dissidents accusés du meurtre de Lyra McKee. Après la première comparution de l’homme de 54 ans devant le tribunal, il a écrit : « Je me suis tenu aux côtés de Mackers à de nombreuses occasions pour mettre en lumière divers problèmes liés aux prisonniers et les erreurs judiciaires, et je continuerai à me tenir à ses côtés et à ceux de sa famille maintenant. »

Le démasquage de Billy Elliott par la New IRA est intervenu quelques jours seulement après que M. Sheerin ait plaidé coupable d’avoir été en possession de l’arme utilisée pour tuer Lyra McKee. Les républicains ont remis en question le timing, estimant que l’agent présumé a été exposé pour détourner l’attention de la façon dont l’arme a été localisée si facilement par la police. L’un d’eux a déclaré : « Billy Elliott a été jeté en pâture aux loups pour protéger des revendeurs plus haut placés dans la Nouvelle IRA qui ont donné l’arme de Lyra McKee. Le timing est nul. Un aveugle verrait que c’est pour empêcher ses membres de s’interroger sur la facilité avec laquelle les flics ont trouvé cette arme. »

On soupçonne également qu’Elliott a été choisi par l’agent double du MI5, Dennis McFadden, comme quelqu’un qui pourrait facilement être « retourné » par les services de sécurité. Le service de l’espionnage a mis sur écoute deux réunions de la direction de la New IRA, ce qui a conduit à l’inculpation de neuf républicains dissidents de premier plan pour direction du terrorisme. Dans une déclaration publiée après l’exposition d’Elliott, la famille Macrory a déclaré : « Billy a disparu du domicile familial il y a plusieurs jours après avoir fait savoir à un membre de sa famille qu’il était soumis à des pressions de la part des services de sécurité britanniques. Il apparaît maintenant qu’il a été contraint de collaborer avec ces individus. Comme beaucoup le savent, Billy souffrait depuis longtemps de problèmes de santé mentale, de toxicomanie et d’illettrisme « En soulignant ces faits, nous ne voulons pas donner l’impression qu’ils excusent de quelque manière que ce soit son comportement. Il n’y a aucune excuse à la trahison de sa famille et de sa communauté. »

L’aile politique de la Nouvelle IRA, Saoradh, a été la première à identifier Elliott comme un agent et à le présenter sur son site Internet. Il a depuis été averti qu’il serait assassiné s’il retournait à Derry.

Saoradh a déclaré : « Un homme local, que nous nommons maintenant Billy Elliott, travaillait pour les services de l’État britannique. Cet homme était utilisé pour cibler les républicains locaux dans le quartier de Creggan à Derry. Saoradh peut confirmer que Billy Elliott n’était pas membre du parti, mais qu’il se trouvait à la périphérie d’un certain activisme des membres locaux. Nous pensons qu’Elliott est avec ses responsables en Angleterre. Billy Elliott a maintenant gaché sa vie, et pour quoi ? »

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !