Rennes, Lorient, Quimperlé…urgences sous tension, lits fermés…vers une rupture du service public et des soucis dans les hôpitaux de Bretagne cet été ?

urgence_morlaix

Va-t-on vers de gros soucis dans plusieurs hôpitaux de Bretagne cet été ? A Rennes, Lorient, Quimperlé, les CHU sont sous tension. Des lits pourraient fermer, les services d’urgence ne sont pas optimaux. Et le service public, c’est à dire la nécessité, à Rennes comme à Lille, d’assurer la continuité des soins et des urgences pour la population, est remis en question – et cela alors que les citoyens paient toujours plus de charges, de taxes, d’impôts.

CHU de Rennes : les urgences des hôpitaux de Bretagne sous tension cet été ?

Le chef des urgences du CHU de Rennes et du Samu 35 s’attend à une période qui s’annonce très compliquée en raison des problèmes d’effectifs et la fermeture de services d’hôpitaux périphériques, cet été. Actuellement, chaque jour, ce sont près de 200 personnes qui franchissent la porte des urgences pour adultes de Pontchaillou avec des pointes pouvant aller jusqu’à 250. La raison ? La fermeture d’autres urgences, à Vitré, ou à Redon, entrave là encore au service public pour les habitants de ces secteurs.

Les cliniques de St Grégoire, mais aussi de Cesson, sont touchées elles aussi : manque de personnel ,absence (il faut dire que la crise du Covid est passée par là et que manquent à l’appel de nombreux personnels soignants suspendus par les autorités, ce qui constitue un scandale sanitaire de plus dans ce pays). Avec des salaires peu attractifs, des emplois du temps parfois dingues, rien n’est fait pour séduire ceux qui voudraient se lancer dans le métier.

Outre les urgences, des lits manquent également dans les services où sont transférés les patients sortis des urgences. Par manque de personnel, des lits fermeront cet été dans les services.

Des fermetures de lits à Quimperlé et à Lorient

À Lorient, le Groupe hospitalier Bretagne Sud (GHBS) annonce que la situation se tend concernant les hôpitaux de Lorient et Quimperlé, et se prépare à vivre un été compliqué.  À ce jour, il manque 17 infirmières et 30 aides-soignants et agents de services hospitaliers pour cet été. Il est prévu la fermeture de 30 lits de soins de suite et de réadaptation en juillet et 50 au moins d’août sur les 2 400 lits et places du GHBS. Des fermetures supplémentaires pourraient intervenir dans les mois à venir.

En cause ? Le manque de personnel, les congés, les personnels malades, ceux qui sont suspendus…

Une réunion publique pour la défense de l’hôpital de Carhaix

Une réunion publique pour relancer le comité de vigilance de l’hôpital de Carhaix (Finistère) est organisée à l’initiative du maire, Christian Troadec, mardi 24 mai 2022, à 18 h, au Karaez Park. Il y a trois semaines, le service de soins continus de l’établissement a failli fermer, entraînant une mobilisation massive. Là encore, les habitants du Centre-Bretagne se sentent abandonnés par les autorités, qui par soucis d’économie ou « d’optimisation » ferment des services et des lits. La mobilisation devrait être importante.

En conclusion, une nouvelle fois, la République française montre qu’elle est absolument incapable de satisfaire à sa mission de service public – la tension dans les hôpitaux est la même dans tout le pays. N’est-ce pas le moment pour les collectivités de réfléchir, enfin, à un service régional de santé cohérent, permettant aux personnels de travailler de manière épanouie, et à tous les habitants de la région de bénéficier des mêmes soins, sans que des délais fous, ou que des contraintes numériques soient imposées ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !