Belgique. Plus de la moitié des étrangers extra-européens inactifs en Wallonie, le Vlaams Belang dénonce une fiscalité délirante

Vlaams Belang

Avec plus de la moitié des étrangers extra-européens inactifs en Wallonie, l’immigration est donc très loin d’être une richesse pour la Belgique. Bien au contraire… Une situation dénoncée de longue date par le Vlaams Belang.

51 % des étrangers extra-européens inactifs en Wallonie !

En Belgique, la réalité des chiffres est-elle une militante du Vlaams Belang, la formation nationaliste flamande qui doit faire face par ailleurs à un « cordon médiatique francophone » ?

Ce qui est certain, c’est que l’étude menée par des chercheurs de l’UGent (université de Gand) relayée par les quotidiens belges La Libre et Het Belang Van Limburg mercredi 25 mai ne font pas les affaires des partis politiques pro-immigration.

En effet, les travaux en question rapportent que plus de la moitié (51,3 %) des étrangers extra-européens âgés de 25 à 64 ans sont actuellement sans emploi et n’en cherchent pas.

Un constat éloquent qui, bien que témoignant d’une situation légèrement moins pire à Bruxelles (43,1 % d’inactifs) et en Flandre (41,1 %), fait de la Belgique le pays numéro un de l’UE pour l’inactivité des étrangers non européens.

Inactivité : des étrangers extra-européens surreprésentés

Autre enseignement à tirer de l’étude, il s’avère que, dans une Belgique comptant 1,3 million de 25-64 ans inactifs, 123 000 d’entre eux sont des étrangers non européens. En termes de proportions, ils représentent ainsi 9,4 % de tous les inactifs du pays tandis que ces mêmes étrangers extra-européens ne représentent que 4,6 % de l’ensemble des 25-64 ans.

De quoi en conclure que la part des ressortissants d’un pays hors UE parmi les inactifs en Belgique est plus de deux fois supérieure à leur part parmi l’ensemble de la population dans la classe d’âge susmentionnée. À titre de comparaison, la moyenne pour les 27 pays de l’Union européenne concernant ces proportions respectives est de 8,6 % d’étrangers non européens parmi les inactifs quand ces mêmes étrangers représentent 5,8 % de l’ensemble des 25-64 ans.

Une fiscalité délirante dénoncée par le Vlaams Belang

La contrepartie de cette situation est évidente : le versement de prestations sociales pour ces immigrés d’origine extra-européenne inactifs en Belgique fait peser une lourde charge fiscale sur les contribuables de Wallonie, mais surtout sur ceux de Flandre, la Wallonie ayant enregistré un nouveau déficit budgétaire gigantesque de 4 milliards d’euros.

Cette situation, dénoncée de longue date par le Vlaams Belang, a de nouveau été pointée du doigt le 25 mai par les nationalistes flamands. Des Flamands qui, en plus de devoir renflouer en permanence les caisses wallonnes en raison d’une gestion calamiteuse de la part des socialistes au pouvoir depuis des lustres, sont donc aussi contraints d’inclure dans l’équation la prise en charge financière de cette immigration d’origine extra-européenne peu productive.

« En tête de la liste des pays qui taxent le plus les revenus professionnels »

Et le Vlaams Belang de rappeler que, « une fois de plus, la Belgique est en tête de la liste des pays qui taxent le plus les revenus professionnels » selon le dernier rapport annuel sur ce sujet publié par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) le 24 mai.

En clair, « sur 100 euros de salaire brut que les gens gagnent dans ce pays en travaillant, 45 euros reviennent déjà à l’État par le biais des impôts ». Un État qui, en retour, n’offre que des « services publics très médiocres », dénonce la formation nationaliste. En ajoutant que, sur l’ensemble des 38 pays de l’OCDE, « la différence entre les salaires bruts et nets n’était nulle part aussi importante qu’en Belgique ».

Dans le pays en 2021, les personnes seules ont dépensé, en moyenne, 52,6 % de leur revenu brut en cotisations de sécurité sociale et en impôt sur le revenu des personnes physiques. Tous ces impôts ne comprenant pas les autres charges telles que la TVA, les droits d’accises, les retenues à la source, les impôts sur les dividendes, etc.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Bémol : une partie de ces « inactifs » exercent sans doute une activité au noir ou délinquante. Ce qui est finalement encore pire que s’ils ne travaillaient pas !

  2. les européens occidentaux sont devenus atteint du syndrome de stockholm, aimer son bourreau, travailler dur pour les autres, s’humilier et voir la racaille se servir en pensant que ce n’est qu’un « sentiment » nauséabond d’estrêêême droaaate

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !