Vers des scénarios cauchemardesques résultant de l’arrivée sur le marché noir d’armes fournies par l’OTAN à l’Ukraine ?

L’envoi par les États-Unis de l’OTAN d’armes de pointe au régime de Kiev n’est pas une nouvelle de dernière minute. L’Ukraine reçoit des armes occidentales avancées depuis près de vingt ans maintenant.

La première fois, c’était après que le président de l’époque, Viktor Iouchtchenko, a décidé de participer à l’invasion illégale de l’Irak par les États-Unis en 2003, un pays qui, même s’il le voulait, ne pouvait menacer ni l’Ukraine, ni les États-Unis, ni aucun de ses alliés (y compris la Turquie voisine) de quelque manière que ce soit. À l’époque, les forces ukrainiennes ont reçu certaines armes américaines et occidentales de pointe. Même à cette époque, ces armes finissaient souvent sur le marché noir. Cela se produisait même pendant le déploiement des forces ukrainiennes dans diverses zones de guerre irakiennes, ce dont les forces américaines et autres de l’OTAN se plaignaient régulièrement, souvent en vain.

Ukraine : 30% des armes de l’ancienne armée soviétique

Afin de mieux comprendre ce phénomène, il convient de revenir brièvement sur la fin de l’ex-URSS et le sort de son énorme armée. L’Ukraine était un élément crucial de l’énorme complexe militaro-industriel soviétique. À certains égards, elle rivalisait même avec son homologue russe. Après l’effondrement de l’URSS, l’Ukraine, alors nouvellement indépendante, était inondée d’armes de toutes sortes. Des fusils d’assaut aux bombardiers stratégiques et aux missiles balistiques intercontinentaux. Selon diverses estimations, l’Ukraine a hérité d’environ 30 % de l’ancienne armée soviétique. En raison d’un grave déclin économique post-soviétique, l’Ukraine ne pouvait tout simplement pas se permettre de maintenir des armes aussi avancées.

Les responsables de ces armes ont vite compris qu’ils étaient assis sur un eldorado virtuel de l’armement. Naturellement, il était pratiquement impossible de vendre légalement des armes aussi perfectionnées. Pourtant, de nombreux oligarques nouvellement créés, qui disposaient également d’un pouvoir politique et d’une influence considérables, ont trouvé des moyens de « contourner » la loi et, bientôt, un énorme flux d’armes a commencé, contribuant à alimenter les conflits dans le monde entier. Les États-Unis et l’OTAN ont souvent soutenu ces livraisons d’armes, notamment en ex-Yougoslavie, où leurs clients en avaient besoin. Ce processus s’est poursuivi au début des années 2000 et n’a ralenti qu’en raison des stocks ukrainiens de plus en plus réduits, bien qu’encore importants.

Puis sont arrivés le Maïdan et la guerre dans le Donbass. L’Ukraine disposait encore de nombreuses armes, mais celles-ci avaient désespérément besoin d’être modernisées, car la plupart des militaires ukrainiens étaient dans un état de délabrement. Les États-Unis et l’OTAN ont fourni le financement et la formation nécessaires, ainsi que des livraisons directes, qui comprenaient également ce que l’on appelle « l’aide létale », surtout ces dernières années. Déjà à l’époque, on se demandait comment l’armée ukrainienne allait gérer ces armes. Cependant, ces questions sont devenues encore plus prononcées après le début de l’opération militaire spéciale de la Russie.

Certains législateurs américains ont même exprimé leur scepticisme quant aux affirmations selon lesquelles les armes américaines se retrouvaient là où elles étaient officiellement censées se trouver. Certains responsables ont même admis qu’ils n’avaient aucun moyen de suivre les armes envoyées par les États-Unis et l’OTAN. Ces allégations se sont rapidement révélées fondées après que des rapports inquiétants sur des armes fabriquées aux États-Unis et dans d’autres pays membres de l’OTAN ont commencé à apparaître sur le Darknet, le « sous-sol » de l’Internet ordinaire, où les activités illicites sont la norme.

Des armes dernières générations bientôt dans les banlieues françaises ?

Diverses sources ont signalé que des armes étaient vendues à des « clients » dans le monde entier. Les « clients » sont anonymes, tout comme les fournisseurs de ces armes. Cependant, est-il nécessaire d’expliquer qui sont les fournisseurs si les armes vendues sont des « Javelins », des « Stingers », des NLAW ou tout autre type de ATGM (missiles guidés antichars) et de MANPADS (systèmes portatifs de défense aérienne) que les États-Unis et l’OTAN ont envoyés en Ukraine ces derniers mois ? Nous vous laissons imaginer qui pourrait être le fournisseur. Quant à la facilité d’accès, il est tout simplement stupéfiant de constater à quel point il est relativement facile d’accéder à ces commerçants illicites. Nous ne fournirons certainement pas de liens, mais il n’est pas difficile de le tester soi-même. Tout ce dont vous avez besoin est un navigateur « adéquat ».

Maintenant, la vraie question est de savoir quelles pourraient être les conséquences de l’acquisition de telles armes par n’importe qui, vraiment ? Ces personnes pourraient être des criminels, des terroristes ou des psychopathes et les dommages qu’elles pourraient causer sont presque impossibles à évaluer et à surestimer. Imaginez qu’un groupe de braqueurs de banque mette la main sur un NLAW ou un « Javelin » ? Ils l’utiliseraient peut-être pour détruire des voitures blindées transportant de l’argent. Ils pourraient peut-être l’utiliser pour détruire des sections lourdement fortifiées d’une banque elle-même. Peut-être que de grands gangs pourraient utiliser de telles armes pour éliminer la concurrence, mettant ainsi les civils en danger. Peut-être s’attaqueraient-ils aux maisons familiales de leurs rivaux. Un tir de NLAW bien placé pourrait facilement détruire une grande partie d’une maison.

D’ici dix ans, il faut s’attendre à ce que les conséquences de la prolifération des armes dernières générations en Ukraine se retrouvent dans les banlieues françaises. Aujourd’hui, n’oublions pas que ce sont essentiellement celles issues de la guerre des Balkans, ou de Tchétchénie, qui circulent. Qui paiera l’addition ?

Crédit photo : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille, ou Kyiv en bouteille de vodka, mais il est vrai que tout conflit, où que ce soit, aboutit à des circulations d’armes. Autant que les famines prévisibles par défaut des exportations de blé ukrainiennes, les trafics que vous envisagez font partie des effets secondaires délétères de l’agression contre l’Ukraine décidée par M. Poutine.

    1. Ça rajoute un aspect « sympa » à la stratégie américaine de renier toutes leurs promesses, de transgresser toutes les lois internationales en s’ingérant dans les pays qui ne leur sont pas ou plus soumis, et de faire faire leurs guerres permanentes par les autres en leur livrant des milliards de $ d’armement d’une manière totalement inconséquente. Tout cela pour diriger le monde au seul profit très égoïste des USA et au détriment affreux des populations qui ne font que subir.
      Et l’UE, dirigée par les USA, abonde dans ce sens à l’entier détriment de sa population.
      Il suffirait que les USA (et l’UE) arrête ces livraisons d’armes pour que tout revienne dans l’ordre. Mais ce n’est pas l’intérêt des USA pour qui le chaos partout est le meilleurs moyen d’être le maître du monde.

  2. Zelinsky a eu la brillante idée de faire distribuer des armes à la population. Outre le fait que la population est devenue une cible pour les Russes, ces armes qui sont dores et déjà en circulation parmi les civils ne devraient pas tarder d’arriver chez nous.

    1. Sans compter que parmi la population civile ukrainienne, il n’y a pas que des enfants de choeur, loin s’en faut!

      1. C’est ce que j’ai dit dés que des civils aient étés tués et que cela ai fait bondir l’opinion public contrece »fou »de Poutine…Si des batiments civils ont étés détruits avec des civils dedans,c’est bien parce que ces mèmes civils étaient armés,ce qui en fait du coup,des soldats.

    2. Il faut reconnaître qu’il n’est pas le premier à avoir eu cette brillante idée. Les parachutages d’armes pour la Résistance en 1944 faisaient aussi de la population française une cible pour les Allemands. De Gaulle, Zelinsky, même combat !

  3. dès la guerre de yougoslavie, les armes ont été vendues par la pègre albanaise et bosniaque; ça continuera avec la racaille ukrainienne

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS