Tomasz Kośmider : « Dans la politique russe domine l’argument de la force, pas la force de l’argument » [Interview]

Entretien avec le colonel Tomasz Kośmider, docteur en sciences, directeur de l’Institut des sciences de la sécurité et professeur de l’Académie de justice à Varsovie, et ancien directeur de l’Institut de sécurité de l’État et professeur de l’Université de défense nationale à Varsovie. Entretien réalisé par notre confrère Álvaro Peñas | El Correo de España et traduit par nos soins.

La guerre en Ukraine dure depuis plus de trois mois maintenant, comment pensez-vous que le conflit va évoluer ?

Tomasz Kośmider : Cela dépend de nombreux facteurs : de la détermination de l’Ukraine, et du soutien de la communauté internationale à l’Ukraine.

À mon avis, ce ne serait pas une bonne solution de forcer l’Ukraine à reconnaître les acquisitions territoriales russes – après le 24 février 2022. Une telle politique rend généralement l’agresseur impudent. La politique menée à Munich avant la Seconde Guerre mondiale en est un bon exemple.

La Pologne est très engagée dans l’aide à l’Ukraine. La Pologne peut-elle maintenir ce niveau de soutien ?

Tomasz Kośmider :  La Pologne est le pays qui s’est le plus engagé en faveur de l’Ukraine en accueillant des millions de réfugiés. Il s’agit certainement d’un grand défi pour la Pologne, qui nécessite le soutien des activités de l’UE. La guerre a également refermé de vieilles blessures entre la Pologne et l’Ukraine.

Tout indique qu’un nouveau chapitre des relations polono-ukrainiennes s’ouvre, qui sera caractérisé par la coopération. En outre, une nouvelle nation est en train de naître en Ukraine à la suite de la guerre. L’Ukraine n’a plus besoin d’utiliser l’histoire et les anti-polonismes pour construire sa propre identité.

Certains en Europe occidentale ne comprennent pas la fermeté de la position de la Pologne et l’accusent de bellicisme. Pourquoi la Pologne se sent-elle menacée par la Russie ?

Tomasz Kośmider : En Russie, la politique domine l’argument de la force, et non la force de l’argument.

En 2022, nous célébrerons le 250e anniversaire de la première partition de la Pologne, qui a déclenché l’effondrement de l’État polonais au 18e siècle. L’existence de l’État polonais a pris fin en 1795 après une série d’invasions et de partitions du territoire polonais menées par l’Empire russe, le Royaume de Prusse et la monarchie des Habsbourg. De 1795 à 1918, aucun État polonais véritablement indépendant n’a existé. L’opportunité de recouvrer la souveraineté ne s’est matérialisée qu’après la Première Guerre mondiale, lorsque les trois puissances impériales partageuses ont été fatalement affaiblies par la guerre et la révolution.

La deuxième République polonaise a été établie en 1918 (en 1919, la Russie a attaqué la Pologne – bataille de Varsovie en 1920) et a existé en tant qu’État indépendant jusqu’en 1939, lorsque l’Allemagne nazie et l’Union soviétique ont envahi la Pologne, marquant le début de la deuxième guerre mondiale (pacte Ribbentrop-Molotov – nouvelle partition de la Pologne). L’Union soviétique a conquis la Pologne après 1945.

La Russie domine la région depuis au moins trois siècles et mène une politique agressive, ignorant les intérêts des pays voisins. La Russie ne tient pas ses engagements. Malheureusement, la Russie est l’agresseur…

Avant le début de la guerre, la Pologne s’était déjà lancée dans une ambitieuse expansion et modernisation de son armée. En quoi consistait cette réforme ?

Tomasz Kośmider : En la modernisation de l’équipement militaire et l’expansion des effectifs de l’armée. Y compris les forces de défense territoriale, qui constituent une partie fondamentale des forces armées polonaises.
Le plan du ministère polonais de la défense est d’augmenter le nombre d’hommes enrôlés et d’officiers d’environ 110 000, plus 30 000 soldats dans la force de défense territoriale de l’armée de terre, à 250 000 hommes enrôlés et officiers et une force territoriale de 50 000 hommes, par le biais de changements dans les procédures de formation et l’organisation légale de la réserve, ainsi qu’une augmentation de salaire pour encourager les jeunes à rejoindre l’armée. En raison de la guerre en Ukraine, le ministère de la défense recevra 3 % du PIB à partir du 1er janvier 2023, contre 2,3 % l’année dernière.

Parmi les nouveaux équipements acquis par l’armée polonaise figure l’accord avec les États-Unis pour l’achat de 250 chars de combat Abrams.

Quelle est la relation de la société polonaise avec son armée et cette relation a-t-elle changé ces dernières années ?

Tomasz Kośmider : A mon avis, la société polonaise est fière de son armée. Les relations entre la société et l’armée sont depuis longtemps très bonnes, l’armée polonaise est très appréciée par la société en tant que garante de la souveraineté nationale.

Beaucoup considèrent que cette guerre a éveillé l’Europe à la réalité, des pays comme la Pologne étaient déjà éveillés, mais pensez-vous que cet éveil a également atteint l’Europe occidentale ? Je pense que le réveil de l’Europe a lieu dans une dimension limitée. Je comprends que pour les pays d’Europe occidentale, les questions commerciales sont importantes. La politique doit être rationnelle.

L’Europe peut-elle adresser un message de paix et de sécurité universelle ? C’est un problème très important. L’Europe sait-elle comment construire la paix, dans une Europe qui ne soit pas terrorisée par des acteurs irresponsables comme la Russie, qui déstabilise l’ordre mondial ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. « Dans la politique Russe domine l’argument de la force, pas la force des arguments ». Cette phrase est ridicule. L’argument n’est rien sans la force . Seule la force dirige le monde. Une loi, sans la force n’est rien !

  2. Ce que dit M. Kośmider illustre le résultat le plus évident obtenu par le président Poutine en attaquant l’Ukraine : l’Europe a globalement pris conscience de ses visées expansionnistes, par tous moyens y compris militaires. Si l’affaire avait été réglée en une semaine, les remous seraient vite retombés, comme après les interventions contre la Géorgie ou l’invasion de la Crimée, et Poutine aurait pu tranquillement préparer l’étape suivante (la Transnistrie ? L’ouverture d’un couloir vers Kaliningrad ? La « protection » des minorités russes dans les pays baltes comme dans le Donbass ?). Plus encore qu’une faute, Poutine a commis une erreur ! L’espoir est que les Russes eux-mêmes finissent par en prendre conscience.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !