Léa Bizeul, une malouine sur le podium du tour de France 2022

Le départ du Tour de France 2022, c’est pour bientôt. Et si du côté des coureurs cyclistes, on règle les derniers détails et la préparation (notamment sur le Tour de Suisse qui s’est achevé hier), du côté de l’organisation, c’est aussi la course. Au sein de cette organisation et du protocole quotidien, une malouine, Léa Bizeul, qui sera hôtesse pour représenter le Prix Antargaz de la combativité au Tour De France 2022. Nous lui avons posé quelques questions.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Léa Bizeul : je suis une malouine de 25 ans et aujourd’hui hôtesse pour représenter le Prix Antargaz de la combativité au Tour De France 2022.

Breizh-info.com : Qu’est ce qui vous a amenée à passer de Miss Bretagne…à hôtesse protocolaire pour le Tour de France ?

Léa Bizeul : J’ai pu évoluer dans le monde professionnel en travaillant dans le mannequinat et l’événementiel tout en poursuivant mes études. Je viens tout juste d’être diplômée d’un Double Master en Commerce International et je souhaite continuer dans cette direction. J’ai aujourd’hui la chance d’être hôtesse protocolaire au Tour De France (qui est un travail saisonnier), faire ce métier en parallèle me permet de faire de belles rencontres, d’ouvrir ma curiosité, de renforcer mes connaissances et de vivre des expériences uniques.

Breizh-info.com : Suivez vous le cyclisme ? Qu’est-ce que vous inspire le prix de la combativité que vous allez remettre à chaque étape ?

Léa Bizeul : Oui je trouve que le cyclisme est un des plus beaux sports à suivre, tout le monde le pratique et le comprend, même à un petit niveau. Lors du Tour De France, chaque étape reste unique et entraînante. On se laisse vite emporter par l’engouement du public autour des coureurs, d’autant plus qu’ils restent humbles et accessibles. C’est ce qui fait la beauté de ce sport, je trouve que ce sont des valeurs importantes à garder en compétition.
Le Prix de la combativité reflète parfaitement l’envie d’aller jusqu’au bout, de ne rien lâcher et donner le meilleur de soi-même. C’est une valeur que je partage et que je suis fière de remettre. J’ai pratiqué plusieurs sports en compétition (notamment de la gymnastique rythmique et de l’athlétisme) et la combativité fait partie de ce que l’on m’a inculqué depuis mon plus jeune âge.

Breizh-info.com : Les protocoles ont considérablement été lissés depuis quelques années, pour ne pas froisser quelques féministes. La bise traditionnelle a ainsi disparu. Qu’en pensez-vous ?

Léa Bizeul : La bise sur le podium a disparu pour des raisons d’hygiène, notamment suite à la pandémie que nous connaissons bien.

Être hôtesse protocolaire n’est pas seulement féliciter le gagnant sur le podium, il y a tout un travail derrière la caméra. Il faut savoir être polyvalente puisque nous devons représenter une image de marque avec ses valeurs, être réactive, sociable mais aussi conduire pendant des heures,, s’adresser à un public et en public.

Breizh-info.com : Concrètement, vous allez partir pour trois semaines non stop. Comment est-ce que l’on se prépare à cela ? Durant les étapes, les suivez-vous ou vous préparez vous ?

Léa Bizeul : Je dirais qu’il n’y a pas de réelle préparation si ce n’est être au fait de l’actualité du cyclisme et faire le plein d’énergie avant ce mois de folie. Même si nous ne sommes pas sur un vélo, le rôle d’hôtesse protocolaire est très intense. Nos journées sont longues et très complètes.

Pour vous imager, notre journée type est de se rendre au petit matin sur le village départ pour monter notre stand, représenter la marque Antargaz, distribuer des goodies et être auprès de nos invités. Le midi nous prenons la route pour nous rendre à l’arrivée afin d’accueillir les gagnants et se préparer à monter sur le podium. Nous faisons donc chaque jour toutes les étapes des cyclistes, ce qui représente au minimum deux villes et 4 heures de route. L’organisation de ce Tour est extrêmement bien rodée, c’est impressionnant de pouvoir le vivre de l’intérieur, cela nous offre une autre dimension sur la grande boucle.

J’ai la chance de pouvoir vivre ce Tour De France pour la deuxième année consécutive et j’ai hâte de pouvoir retrouver l’équipe Antargaz pour de nouvelles aventures.

Propos recueillis par YV

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !