Législatives 2022. Le « dégagisme » a encore fait des victimes

En Bretagne, aux élections législatives de 2017, la « République en marche » et ses alliés du MoDem avaient réussi une véritable razzia : 34 sièges sur 37. Seuls les sortants socialistes qui étaient devenus macronistes avaient sauvé leur peau : Richard Ferrand, François André, Yves Daniel, Sophie Errante, Hervé Pellois, Gwendal Rouillard ; ainsi que l’écologiste François de Rugy. De l’autre côté de l’échiquier, trois élus de droite solidement implantés avaient survécu : Marc Le Fur (LR, Loudéac), Gilles Lurton (LR, Saint- Malo) et Thierry Benoît (UDI, Fougères).

En juin 2022, onze circonscriptions tombent dans l’escarcelle de la Nupes. Sept pour LFI : Murielle Lepvraud (Guingamp), Frédéric Mathieu (Rennes-Bruz), Mathilde Hignet (Redon), Mickaël Bouloux (Rennes-Saint-Jacques-de-la-Lande), Andy Kerbrat (Nantes centre), Ségolène Amiot (Nantes-Saint-Herblain) et Matthias Tavel (Saint-Nazaire). Deux pour le PS : Mélanie Thomin (Carhaix) et Claudia Rouaux (Rennes-Montfort-sur-Meu). Deux pour EELV : Julie Laernoes (Nantes-Rezé) et Jean-Claude Raux (Châteaubriant). Notons qu’il n’y avait qu’une seule sortante, Claudia Rouaux (PS), qui avait remplacé en cours de mandat François André (LREM) décédé et dont elle était la suppléante.

La majorité présidentielle conserve vingt-deux circonscriptions. Quatorze pour Ensemble Renaissance : Hervé Berville (Dinan), Eric Bothorel (Lannion), Annaïg Le Meur (Quimper), Didier Le Gac (Brest-Plabennec), Sandrine Le Feur (Morlaix), Graziella Melchior (Landerneau), Liliana Tanguy (Douarnenez), Laurence Maillart-Méhaignerie (Rennes-Cesson-Sévigné). Christine Le Nabour-Cloarec (Vitré), Mounir Belhamiti (Nantes-Orvault), Yannick Haury (Paimboeuf), Sophie Errante (Vertou), Nicole Le Peih (Pontivy), Jean-Michel Jacques (Hennebont). Cinq pour Ensemble Modem : Mickaël Cosson (Saint-Brieuc), Erwan Balanant (Quimperlé), Sarah El Haïry (Nantes Carquefou), Sandrine Josso (Guérande), Jimmy Pahun (Auray). Et trois pour des divers : Thierry Benoît (Ensemble UDI, Fougères), Anne Le Hénanff (Ensemble Horizons, Vannes) et Lysiane Métayer (Ensemble Terres de progrès, Lorient).

Il ne faut pas oublier de citer deux indépendants qui ont réussi à se faire réélire sans l’appui d’une enseigne nationale. D’abord, à Brest, Jean-Charles Larsonneur, député sortant macroniste mais qui n’était pas investi par le parti en juin ; Richard Ferrand avait préféré comme candidat « officiel » un de ses copains, Marc Coatanéa. Mais ce dernier n’est pas parvenu à se qualifier pour le second tour. Ensuite Paul Molac, à Ploërmel, qui l’emporte facilement au second tour avec 73,43 % des suffrages exprimés contre la candidate présentée par Ensemble (Rozenn Guégan).

Le « dégagisme » a donc « tué » sept sortants : Yannick Kerlogot (Guingamp), Richard Ferrand (Carhaix), Florian Bachelier (Rennes-Saint-Jacques-de-la-Lande), Valérie Oppelt (Nantes centre), Anne-France Brunet (Nantes-Saint-Herblain), Aude Amadou (Nantes-Rezé), Audrey Dufeu (Saint-Nazaire). A Redon, le sortant, Gaël Le Bohec (LREM), sentant un mauvais vent venir avait préféré ne pas se représenter ; il a eu raison puisque c’est une insoumise (Mathilde Hignet) qui a emporté cette circonscription sociologiquement de droite. Dans la circonscription de Rennes-Bruz, le siège était vacant puisque l’ancien député (Mustapha Laabib) avait été contraint de démissionner en cours de mandat suite à des « ennuis judiciaires » ; c’est le leader de LFI à Rennes Frédéric Mathieu qui a pris la suite. A Châteaubriant, le sortant Yves Daniel (LREM) ne se représentait pas ; le candidat « officiel » Jordan Esnault, assistant parlementaire d’Audrey Dufeu, est renvoyé dans ses foyers par Jean-Claude Raux (EELV) – un exploit dans une circonscription très rurale qui n’a rien d’écolo… Mais il faut croire qu’il y a eu une sorte de rejet…

Député, un CDD en or

  • La dissidence ne paie pas – Vincent Le Meaux, premier secrétaire de la fédération des Côtes-d’Armor du Parti socialiste, n’est pas content : « Concernant le PS, je constate que le pari d’Olivier Faure est perdu. Les accords de la Nupes ne sont pas favorables dans les Côtes-d’Armor, même si Murielle Lepvraud (LFI) est élue à Guingamp dans une circonscription de gauche. On peut parler de négociations à l’emporte-pièces » (Ouest-France, Côtes-d’Armor, lundi 20 juin 2022). Notons que Le Meaux – qui est également maire de Plouëc-du-Trieux et président de Guingamp Paimpol agglomération – s’était présenté au premier tour des élections législatives dans la circonscription de Lannion en tant que « PS dissident » ; il fut éliminé n’arrivant qu’en quatrième position (10,25 %), alors que la candidate de la Nupes, Marie-Amélie Troadec (26,44 %) occupe la deuxième place.
  • Un prétentieux – Maxime Touzé était candidat dans la circonscription de Douarnenez, réalisant un score très honorable pour l’UDB : 2 133 voix, soit 4,76 %. Mais il faut croire que ce petit succès lui a monté à la tête : « Je crois qu’on a fait le plein : toutes les voix de gauche se sont portées sur Yolande Bouin et la Nupes, tout comme, je crois, des voix de la droite qui ont rejoint la candidature de la Nupes par rejet de la macronie. Nous allons continuer à surveiller le mandat de Liliana Tanguy. » (Ouest-France, Finistère, lundi 20 juin 2022) Il est bizarre qu’un militant qui se prétend « régionaliste » soutienne avec autant de force une candidate « insoumise », c’est-à-dire la représentante d’un parti furieusement jacobin. On s’étonnera ensuite de voir un petit candidat, membre d’un petit parti, prétendre « surveiller le mandat de Liliana Tanguy » (sic). Touzé ferait mieux de s’occuper de la Bretagne et laisser Yolande Bouin s’occuper de la politique nationale. Chacun à sa place…
  • S.O.S. médecins – Matthieu Theurier, coprésident du groupe des élus écologistes à Rennes, vice-président de Rennes métropole, a des problèmes de santé : « A Rennes, les votes sont très en faveur de la Nupes. Par contre cela me tord le ventre de voir élus 89 députés du Rassemblement national. » (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, lundi 20 juin 2022). Il faut voir un spécialiste.
  • Le diable – Valérie Oppelt (Ensemble-Renaissance) en a gros sur la patate. Députée sortante dans la circonscription Nantes centre, elle a été battue sèchement par Andy Kerbrat (Nupes-LFI) : 24 550 voix (55,34 %)/19 809 voix (44,66 %) ; soit une différence de 4 700 suffrages. « C’est la cata (…) Clairement, on va dans le mur… Comme quoi le travail ne paye pas. » Valérie Oppelt considère qu’il s’agit d’un « vote de rejet dans un contexte de ras-le-bol des crises à répétition » Pour autant, la politique, ce n’est pas fini : « Je me battrai, notamment contre Johanna Rolland qui a signé avec le diable. » (Ouest-France, Loire-Atlantique, lundi 20 juin 2022). Il est probable que, pendant ces cinq ans, Mme Oppelt a oublié de s’occuper de ses électeurs qui lui ont rendu la politesse en juin 2022. Elle aurait pourtant pu faire une bonne assistante sociale et être utile…
  • Un député efficace « J’avais un gros avantage. J’ai commencé ma campagne dès le premier jour du premier mandat » (Ouest-France, Morbihan, lundi 20 juin 2022), affirme Jimmy Pahun (Modem), réélu facilement dans la circonscription d’Auray : 32 026 voix (58,60 %) contre 22 630 (41,40 %) pour Karol Kirchner (Npes). Il aurait dû expliquer à Richard Ferrand et à Florian Bachelier la bonne méthode pour se faire réélire…

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. En résumé:- De Gaulle 1940 c’est l’Appel du 18 Juin; Macron 2022 c’est la pelle du 19 Juin! Quant à Mélenchon, il a reçu un appel de Danton: » Danton …! »

  2. Le dégagisme n’est pas uniquement celui des électeurs. Jean-Luc Mélenchon et LFI ont réussi une démonstration stupéfiante de « ôte-toi-de-là-que-je-m’y-mette » en proposant à des partis désespérés par leur échec à la présidentielle d’accepter un rôle de victime sacrificielle aux législatives. La distribution des candidatures indexée sur les résultats aux présidentielles a mis au placard des personnalités socialos ou écolos qui auraient eu leur chance. Et dont l’absence explique peut-être en partie le taux énorme des abstentions. LFI a réalisé un très beau score… en rétrécissant la gauche.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !