Espagne. À Melilla, 2 000 clandestins prennent d’assaut la frontière [Vidéo]

Melilla

Une nouvelle tentative d’entrée massive de clandestins dans l’enclave espagnole de Melilla depuis le sol marocain a eu lieu le 24 juin. Une centaine de migrants d’origine subsaharienne « organisés et violents » sont parvenus à franchir la frontière.

2 000 clandestins prennent d’assaut Melilla

La situation a franchement dégénéré ces derniers jours dans l’enclave espagnole de Melilla. Vendredi 24 juin, environ 2 000 migrants ont tenté de prendre d’assaut la frontière séparant ce territoire européen situé sur le continent africain du Maroc. Il s’agit de la première tentative de passage massif sur le territoire depuis que les deux nations ont renoué des liens diplomatiques en mars.

Melilla et Ceuta, l’autre petite enclave nord-africaine de l’Espagne, sont les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique, ce qui en fait un pôle d’attraction pour les migrants.

L’impressionnant groupe de clandestins s’est dirigé vers la frontière à l’aube et plus de 500 ont réussi à pénétrer dans la zone de contrôle frontalier après avoir coupé une clôture à l’aide de cisailles, a indiqué la délégation locale du gouvernement espagnol dans un communiqué.

Parmi eux, 130 migrants d’Afrique subsaharienne, « tous des hommes et apparemment des adultes », ont réussi à entrer à Melilla, a-t-elle ajouté. Un porte-parole de la préfecture a en outre indiqué que ce groupe, « parfaitement organisé et violent, a forcé l’entrée et cassé la porte d’accès du contrôle aux frontières » avant de pénétrer sur le territoire.

Réchauffement des relations diplomatiques entre Rabat et Madrid

De son côté, le Maroc a déployé un « grand » nombre de policiers pour tenter de repousser l’assaut à la frontière. Des forces de l’ordre qui auraient « coopéré activement » avec les forces de sécurité espagnoles, a indiqué la délégation dans un communiqué distinct. Au total, la frontière séparant Melilla du Maroc est longue de 12 km.

En mars de cette année, l’Espagne a mis fin à une crise diplomatique d’un an en soutenant le plan d’autonomie du Maroc pour le Sahara occidental, revenant ainsi sur sa position de neutralité adoptée depuis des décennies.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez s’est ensuite rendu à Rabat, et les deux gouvernements ont salué une « nouvelle étape » dans leurs relations. Les tensions diplomatiques avaient débuté lorsque Madrid avait permis à Brahim Ghali, leader du Front Polisario pro-indépendance du Sahara occidental, d’être traité pour Covid-19 dans un hôpital espagnol en avril 2021.

Un mois plus tard, plusieurs milliers de migrants traversaient la frontière marocaine pour se rendre dans l’enclave espagnole de Ceuta, sous le regard des gardes-frontières, dans ce qui a été largement considéré comme un geste punitif de la part de Rabat. Le Maroc demande que le Sahara occidental ait un statut d’autonomie sous souveraineté marocaine, mais le Polisario veut un référendum d’autodétermination supervisé par l’ONU, comme convenu dans l’accord de cessez-le-feu de 1991.

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !