Le plafonnement du prix du pétrole russe, un fantasme occidental ?

Lundi dernier, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que les États-Unis et d’autres pays de l’OTAN et de l’UE poursuivaient leurs discussions pour « restreindre les revenus énergétiques de la Russie » en « imposant un plafonnement des prix » du pétrole du pays.

« Nous continuons à avoir des conversations productives, aujourd’hui et avec nos partenaires et alliés dans le monde, sur la manière de restreindre davantage les revenus énergétiques de la Russie tout en évitant les retombées sur l’économie mondiale », a déclaré Mme Yellen lors d’une conférence de presse. « Nous parlons de plafonds de prix ou d’une exception de prix… »

Les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et d’autres États satellites ont interdit les importations de pétrole russe, tandis que l’UE, qui reste très dépendante des approvisionnements énergétiques russes, a convenu d’une interdiction partielle d’ici la fin de l’année. Les pays du G7, les plus grandes économies occidentales et alignées sur l’Occident, ont convenu d’« étudier d’éventuels plafonds de prix » sur le pétrole et le gaz russes pour tenter de « limiter la capacité de Moscou à financer son invasion de l’Ukraine« , ont déclaré les responsables du G7 mardi. Le changement de formulation est assez révélateur, car une semaine auparavant, les dirigeants politiques occidentaux parlaient du plafonnement des prix comme s’il s’agissait déjà d’une affaire réglée. Cependant, lors de la réunion du G7, les responsables ont parlé d’un « accord pour étudier le plafonnement des prix du pétrole et du gaz russes ». Les responsables, dont la secrétaire d’État américaine au Trésor Janet Yellen, affirment que cette mesure réduira les revenus que la Russie tire des ventes d’énergie, tout en permettant aux consommateurs occidentaux de continuer à s’approvisionner en pétrole et en gaz.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette affirmation est extrêmement farfelue. L’idée même de plafonner le commerce international va à l’encontre des principes les plus fondamentaux du libre-échange et de l’économie de marché, qui sont (ou du moins étaient officiellement) le saint graal du système économique de l’Occident politique. Les États-Unis et leurs alliés, ainsi que de nombreux États clients, sont même entrés en guerre sous prétexte d’instaurer le « libre-échange » et l' »économie de marché » dans certains pays, dont la Yougoslavie, qui avait une économie mixte (de marché et planifiée). Outre le fait que l’Occident politique a littéralement détruit et démantelé le pays, il a également forcé les restes brisés de la Yougoslavie à renoncer à des secteurs entiers de leur économie et à les céder effectivement aux oligarques occidentaux. Essentiellement, en introduisant un plafonnement des prix du pétrole et du gaz, l’Occident politique tente de mettre en œuvre les mêmes politiques économiques qu’il a utilisées comme excuse pour bombarder et détruire de nombreux autres pays.

Il convient également de noter que ces tentatives impuissantes sont encore loin de l’interdiction totale des exportations russes annoncée pompeusement il y a environ quatre mois. Si l’Occident politique avait été en mesure de limiter ou d’arrêter les revenus russes provenant du pétrole, du gaz, de la nourriture et de nombreux autres produits de base aussi essentiels qu’ils puissent l’être, il l’aurait fait depuis longtemps. Cependant, l’Occident politique se rend compte que toute perturbation sérieuse des produits de base russes atteignant leurs propres pays aurait un effet désastreux sur la stabilité de leurs économies. Dans le même temps, l’Occident politique est frustré de devoir payer pour ces produits. Il en résulte une série de mesures schizophréniques ou de proclamations comiquement arrogantes de mesures futures qui n’ont jamais vraiment lieu.

L’objectif déclaré est « d’encourager les ventes de pétrole russe à des niveaux légèrement supérieurs aux coûts de production afin de s’assurer que les revenus de la Russie soient réduits alors qu’elle maintient sa production ». Tamas Varga, du courtier en pétrole PVM, a déclaré que l’idée de plafonner les prix du gaz et du pétrole revient à prouver que les interdictions pures et simples des produits de base russes ont été « contre-productives, car les revenus russes ont augmenté ». Et en effet, les revenus de la Russie provenant des ventes de gaz et de pétrole ont augmenté de manière exponentielle par rapport à la même période l’année dernière. Ainsi, Varga estime que « créer un cartel d’acheteurs pour priver la Russie de pétrodollars tout en atténuant la pression inflationniste des prix du pétrole est un défi ».

« La grande inconnue est la réaction de Vladimir Poutine« , a déclaré M. Varga. « Si le président russe Vladimir Poutine décide de réduire les exportations de pétrole ou de gaz, le plan se retournera contre lui et entraînera une nouvelle hausse des prix. C’est un scénario cauchemardesque », a ajouté M. Varga.

Selon Reuters, les coûts de production russes sont de 3 à 4 dollars par baril et les entreprises russes pourraient probablement réaliser des bénéfices même si les prix du pétrole étaient de 25 à 30 dollars par baril. L’objectif de ce « cartel d’acheteurs » occidental est d’imposer un plafond de prix qui serait juste au-dessus du coût de production, permettant aux compagnies pétrolières de continuer à opérer, ce qui devrait empêcher le gouvernement russe de tirer des bénéfices. Richard Mallinson, d’Energy Aspects, a confirmé que tel était l’objectif dans sa déclaration pour Reuters.

« Les pays du G7 veulent réduire les revenus pétroliers russes, ce qui implique un plafonnement des prix bien en dessous de ce que les acheteurs paient actuellement. Certains militants plaident pour une réduction très agressive, en soulignant les faibles coûts de production de la Russie et en faisant valoir qu’elle continuerait à vendre du pétrole à tout prix supérieur à ce niveau », a déclaré Mallinson.

Il n’y a qu’un seul « petit » problème avec ce plan. La Russie peut tout simplement couper les approvisionnements en gaz et en pétrole de tous les pays qui tentent d’imposer ce plafonnement illégal des prix occidentaux. Cela pousserait les marchés mondiaux à une nouvelle frénésie. Les pays de l’OPEP déclarant ouvertement qu’ils ne peuvent pas remplacer la part de la Russie sur le marché du pétrole et du gaz, les prix entreraient en orbite, provoquant un effet en cascade de hausses de prix dans toutes les autres industries, augmentant de manière exponentielle l’inflation, tandis que la stagnation se transformerait en récession dans de nombreux pays. Ainsi, toute tentative d’imposer des plafonds de prix n’est pas seulement illégale, mais pourrait facilement se retourner contre nous et détruire les économies occidentales.

Il semble que l’Occident politique n’ait rien appris des 4 derniers mois d’un siège économique raté de la Russie.

Drago Bosnic

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

2 réponses

  1. Comme toujours après notre grand DE GAULE qui a foutue les Américains dehors avec Sarko qui les a fait revenir les Démocrates USA sont des va en guerre en plus que leur président Biden a des intérêts en Ukraine l’Europe suis les Amerloques les Polonais les Allemands achètent des avions Américain au lieu des Français nous somme marron dans cette Europe les Allemands tire la couverture à eux Macron ne dit rien et ne répond pas

  2. Incroyable une bêtise à ces sommets, tous ces « Mozart » de la finance qui nous gouvernent, à force de faire ce qu’ils veulent dans les gouvernements Européens ils pensent traiter les Russes comme ils nous traitent, il ne faut pas avoir fait des grandes écoles pour savoir que toutes ces restrictions ne feront que se retourner contre nous. Comment peuvent-ils croire qu’ils vont imposer des prix juste au dessus du prix de production ? Ils prennent leurs rêves pour des réalités. Les Russes arrêteront de nous vendre leurs hydrocarbures que nous irons acheter à d’autres pays qui nous les factureront au double ou au triple. Où sont tous ces euro-écolos-bobos au moment où l’on va rouvrir des centrales au charbon ? Faut commencer à graisser les bois de justice.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS