Nantes. Deux nouvelles fusillades en trois jours

Suède

Et c’est reparti. Après un mois sans coup de feu, la trêve n’aura pas tenu longtemps. Après un coup de feu suite à une rupture amoureuse houleuse (deux mois ferme) le 30 juin dernier, puis des individus qui ont essayé une arme pour impressionner des passants boulevard de la Fraternité le 3 juillet dernier (ils courent toujours), deux nouvelles fusillades ont eu lieu.

Dans la nuit du 8 au 9 juillet, les caméras de supervision urbaine, rue Samuel de Champlain, ont été visées par deux hommes cagoulés sur un scooter et ont essuyé de nombreux impacts. Situées juste au-dessus d’un point de deal juteux du Chêne des Anglais, au nord de la ville, quartier « sensible » s’il en est, elles ont déjà été la cible de tirs à de nombreuses reprises, la dernière fois mi-avril dernier.

Par ailleurs, un différend familial entre gitans installés avenue de la Grive au nord de Nantes a eu lieu – un homme a tiré à deux reprises sur son père avec un fusil, sans le blesser, et a pris la fuite – il est recherché. Une arme a été trouvée en perquisition, mais pas celle de la fusillade. Deux personnes ont été placées en garde à vue.

Par ailleurs, place Jean V près du musée Dobrée, trois voitures ont été détruites par un feu parti de l’une d’entre elles. Des riverains affirment avoir entendu des « voix jeunes » peu avant le début de l’incendie, qu’un voisin a tenté, en vain, d’éteindre avec un extincteur. Une enquête a été ouverte pour tenter d’en déterminer la cause.

Louis Moulin

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Depuis plusieurs années les zones hors la loi (plutôt que non droit) ont proliféré en France sur tous les endroits  » sensibles  » en traduction : zones de trafic de drogue.
    Aucun gouvernement, malgré des paroles musclées, n’a jamais tenté des solutions efficaces donc……pourquoi ne pas continuer ce commerce juteux vu le minimum de risques venant du ministère de l’intérieur et de la justice….le vrai risque est plutôt dans les violences entre bandes pour marquer leur territoire.

  2. faits divers qui n’intéressent pas les médias (mainstream=de grand chemin, comme les bandits d’antan)

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !