Ille-et-Vilaine. Sécheresse : de nouvelles mesures de restriction en eau

Ille-et-vilaine

Afin de protéger la ressource en eau et les milieux aquatiques, la préfecture d’Ille-et-Vilaine vient de prendre de nouvelles mesures dans un contexte de fort déficit pluviométrique.

Une large partie de l’Ille-et-Vilaine placée en « crise sécheresse »

La sécheresse s’accentue encore en Ille-et-Vilaine. Si la préfecture du département avait déjà placé celui-ci en « état d’alerte sécheresse » le 24 mai dernier avec un encadrement des usages d’eau potable, une nouvelle étape a été franchie le 25 juillet avec l’entrée en vigueur de nouvelles mesures de restriction et le placement des milieux aquatiques naturels du département en état de « crise sécheresse ».

Ces nouvelles restrictions s’appliquent à deux types d’usage de l’eau. Tout d’abord les usages « milieux aquatiques », c’est-à-dire les usages utilisant de l’eau prélevée dans le milieu naturel (forages, puits, prélèvements en rivière, plans d’eau ou retenues connectés durant l’étiage), effectués à l’aide d’installations fixes ou mobiles :

  • Le secteur Chère est maintenu en crise et les secteurs Bassin de la Vilaine Nord-Meu et Bassin de la rive gauche Vilaine sont placés en crise ;
  • Le secteur Bassins côtiers est maintenu en alerte renforcée et le secteur Bassin de la Vilaine en amont de Rennes est placé en alerte renforcée ;
  • Le secteur Bassin du Couesnon, Bassin de la Vilaine en amont de Rennes est maintenu en alerte et le secteur Bassin de l’Aff est placé en alerte sécheresse.
Carte du niveau de sécheresse des milieux aquatiques au 25 juillet 2022 en Ille-et-Vilaine. Source : préfecture d’Ille-et-Vilaine.

Les mesures concernent également les usages « eau potable » :

  • Le secteur « A – Bassins côtiers » est maintenu en alerte renforcée ;
  • Le secteur « B – Couesnon / Vilaine » est maintenu en alerte.

Quelles restrictions dans le département ?

Déplorant une situation « qui s’aggrave » conjuguée aux « fortes chaleurs actuelles », la préfecture d’Ille-et-Vilaine enjoint les résidents, touristes, industriels, collectivités et exploitants agricoles à « respecter les mesures de restriction actuellement en vigueur ». La population bretillienne est ainsi invitée à réduire sa consommation d’eau « quelle que soit son origine ».

Ainsi, dans les zones du département placées en « crise sécheresse », il est interdit de nettoyer son véhicule depuis le 25 juillet. L’arrosage des pelouses et des terrains de sport est également proscrit. Quant aux jardiniers, ils peuvent toujours arroser leur potager après 20 h. Du côté des industriels et des agriculteurs, aucun changement notable par rapport au niveau d’alerte « renforcée » concernant l’usage de l’eau n’est à relever.

Par ailleurs, afin de protéger les milieux naturels, il est interdit de prélever dans un cours d’eau ou sa nappe d’accompagnement rapprochée, lorsque le débit à la station hydrométrique de référence de ce cours d’eau est inférieur au dixième du module du cours d’eau. Un seuil qu’il est possible de consulter via ce lien.

Déficit pluviométrique de 40 % et pas de pluie à l’horizon

En Bretagne, ce sont les départements de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine qui sont les plus frappés par la sécheresse. Ille-et-Vilaine où le déficit pluviométrique observé sur les pluies de printemps a atteint 20 à 40 % selon les secteurs. Une situation qui a succédé à un hiver où la pluviométrie s’est déjà révélée être déficitaire de 20 %.

De plus, la préfecture d’Ille-et-Vilaine indique qu’au 20 juillet 2022, les pluviomètres de Météo France des stations de Dinard et Rennes enregistraient un cumul de précipitations sur le mois en cours de moins de 3 % par rapport à la précipitation mensuelle moyenne sur la période 1991-2020. Et les services de l’État dans le département ne sont guère optimistes au sujet de cette pluviométrie pour les deux prochaines semaines puisqu’ils soulignent que « les quinze prochains jours sont annoncés secs ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Bonjour Messieurs, La sécheresse actuelle n’a rien de naturel. L’influence des chemtrails sur le climat est admise dans de nombreux pays ( Espagne, US ).Leur composition empêche la formation des nuages et donc les pluies. Pourquoi ce sujet n’est pas abordé ?Tous les jours ces épandages se renouvellent ???

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !