Belgique. À Bruxelles, les partisans de l’assimilation ont du souci à se faire…

Nyans

Nouvelle conséquence de l’immigration massive d’origine extra-européenne en Belgique : de plus en plus de nouveaux arrivants considèrent que leur religion doit primer sur la loi du pays, particulièrement à Bruxelles, une ville que la propagande médiatique présente généralement comme un modèle de cosmopolitisme…

Bruxelles, cheval de Troie de l’islamisation en Flandre ?

En Belgique comme en France, les partisans de l’intégration et, de surcroît, de l’assimilation ont du souci à se faire ! Notamment en se penchant sur les résultats du Baromètre du Vivre Ensemble (Samenleven), publié le 26 juillet par le gouvernement flamand à la demande du ministre flamand du Vivre Ensemble, Bart Somers (Open VLD).

Si cette enquête d’opinion avait pour objectif « d’évaluer l’état du vivre ensemble dans la diversité en Flandre et à Bruxelles » comme le précise l’hebdomadaire belge Le Vif, ses commanditaires n’ont probablement pas été déçus des conclusions.

En effet, il s’avère qu’en Flandre, le baromètre rapporte que 9 % des citoyens de deuxième génération « d’origine non européenne » pensent que la loi peut être enfreinte en cas de conflit entre la loi et la religion.

Quant à cette notion de deuxième génération, il est précisé qu’un individu est qualifié de « nouvel arrivant » ou de « personne d’origine étrangère » si lui ou l’un de ses parents est né à l’étranger. Ainsi, les personnes nées à l’étranger sont considérées comme de première génération et celles nées en Belgique représentent donc cette deuxième génération.

Autre élément relevé suite à cette enquête, les Flamands d’origine extra-européenne de deuxième génération sont davantage enclins que leurs parents à enfreindre les lois belges qui ne seraient pas compatibles avec les règles de leur religion. En effet, parmi cette première génération, « seulement » 8, 5 % se disent prêts à enfreindre la loi.

Le contraste est encore plus saisissant à Bruxelles, où ce sont pas moins de 13,2 % des membres de la deuxième génération qui indique placer leur religion au-dessus de la loi belge. Une proportion qui est de 7,6 % parmi la première génération.

Enfin, en guise de comparaison, relevons également qu’en Flandre, seulement 1,2 % des sondés « d’origine belge » européenne considèrent que les règles religieuses doivent prendre le pas sur la loi. Considérant par ailleurs que la notion « d’origine belge » demeure relativement floue…

Le Vlaams Belang réagit

Suite à la publication de ces résultats qui ont contraint la presse mainstream belge et une large partie du spectre politique à des contorsions de mauvaise foi afin d’éviter de voir la réalité en face, les nationalistes flamands du Vlaams Belang, seule formation à dénoncer le Grand remplacement à l’œuvre dans le pays, ont eux aussi réagi.

Le parti estime ainsi qu’il n’y a pas de place dans la société flamande « pour les nouveaux arrivants qui placent leur religion au-dessus de nos lois ». Pour le député du Vlaams Belang Sam Van Rooy, « quiconque veut rester ici doit être loyal envers la Flandre et embrasser et respecter nos lois. Ces 9 % montrent déjà qu’ils devraient partir. »

Au sujet du cas bruxellois, l’élu flamand semble voir clair : « Il n’est pas non plus surprenant que ce pourcentage soit encore plus élevé à Bruxelles, qui est connue pour son laxisme. Là, 13,2 % de la deuxième génération pensent que nos lois peuvent être enfreintes sans problème. Cela prouve que l’islamisation fait son travail. »

Sam Van Rooy en a profité pour rappeler les conclusions d’une autre étude réalisée en 2013 qui indiquait déjà en son temps que « pas moins de la moitié des musulmans belges – car c’est bien de cela qu’il s’agit lorsqu’il s’agit de nouveaux arrivants religieux – sont des fondamentalistes. 82 % pensent que les musulmans doivent adhérer à une interprétation stricte du Coran et 70 % pensent que le Coran doit primer sur nos lois ».

Pour le Vlaams Belang et son député, « les normes, les valeurs et les traditions de l’islam sont en totale contradiction avec les nôtres. […] Quiconque veut vivre ici et participer à la vie publique doit se conformer inconditionnellement à notre culture dominante flamande et européenne ».

Au sujet de l’islamisation à Bruxelles :

Belgique. À Bruxelles, 76 % des jeunes musulmans s’identifient avant tout au « Monde islamique » mais s’estiment « chez eux »

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

10 réponses

  1. Quand nous serons très bientôt débordés il sera trop tard pour réagir ! Prendre la valise pour aller où ???…….

  2. Les dirigeants occidentaux, en Europe tout particulièrement quand on constate le parti pris par toutes les instances de l’UE, organisent sciemment contre la volonté de leurs ressortissants, mais au nom de prétendues « valeurs », le suicide de notre civilisation. Le seul à résister est V. Orban, et on voit comment il est traité.
    On peut noter toutefois que M. Biden et les démocrates actuellement au pouvoir se gardent bien de toucher au mur édifié par Trump…

  3. La diversité est une richesse, c’est bien connu ! Les immigrés arrivent avec leur culture et les bonnes âmes se réjouissent de voir de nouveaux vêtements, d’entendre de nouvelles langues, de goûter de nouvelles saveurs, etc. Pourquoi s’offusqueraient-ils de subir de nouvelles lois divines ? Elles vont avec le reste. Avant le reste, en fait : on ne peut reprocher à un musulman de tenir plus à l’islam qu’à ses babouches. Les immigrés ne s’intégreront que s’ils sont soumis à une pression sociale forte. Une immigration massive exclut cette pression sociale, ou plutôt la pression sociale parmi des immigrés vivant entre eux tend à maintenir leur différence. Et comme en plus la société d’accueil répète sans cesse que cette différence est une richesse, le sécessionnisme est inévitable. Ce sondage le démontre une fois de plus.

  4. J’ai dit au policier que ma religion m’autorisait à rouler à 160 km/h et que c’était, bien sûr, au dessus des lois républicaines du code de la route….il n’a rien voulu savoir et m’a verbalisé mais je vais saisir les associations spécialisées contre la discrimination et le traîner devant les tribunaux !

  5. Les musulmans ne veulent pas  »s’assimiler » au pays, qui les accueille, mais nous convertir à leur religion aux moeurs moyennageuses!… Nos  »gouvernants » les encouragent en faisant apprendre la langue arabe, aux immigrés musulmans, dans nos écoles! Les immigrés non-musulmans, du siècle dernier, n’avaient pas le droit d’apprendre la langue de leurs parents, dans nos écoles! Ces immigrés européens (Italiens, Espagnols, Polonais, Portugais..) se sont bien  »assimilés » à nos moeurs et si on les rencontre, dans la rue, on ne sait pas qu’ils sont d’origine étrangère: ils parlent  »le français » ,leurs enfants ont des prénoms  »français » ,également, ils sont habillés comme nous, aussi!!Je rends nos  »gouvernants » responsables de la  »non-assimilation » des immigrés musulmans! Ces  »gouvernants » doivent leur dire:<>

  6. La France a Paris , la Belgique a Bruxelles ! Finalement les démocraties c’est comme le poisson ça pourrit d’abord par la tête !

  7. le suicide français de zemmour est devenu le suicides des européens par leurs zélites atteints du syndrome de stockholm (amour de leur bourreaux)

  8. Ceux qui n’ont pas encore compris qu’il est déjà trop tard, ou ceux qui l’ont compris mais se résignent, vont vivre des lendemains de plus en plus douloureux, dépossédés qu’ils seront de leur culture et de leur mode de vie belge ou européen. Ceux qui comprennent qu’un point de non retour a été franchi et que dans notre pseudo-démocratie, nous n’aurons plus jamais la majorité permettant de stopper le grand remplacement, s’ils en ont la possibilité s’en vont. Ils émigrent vers des pays où nos valeurs traditionnelles sont inaliénables. Je suis parti et me suis établi dans un de ces pays privilégiés, il y a maintenant 20 ans, et ce fut indiscutablement une des meilleures décisions de toute mon existence.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS