Les entreprises américaines possèdent des terres arables ukrainiennes via des fonds d’investissement

Le territoire de l’actuelle Ukraine étant le grenier de l’Europe (et au-delà) depuis des millénaires, le pays a été la cible de diverses sociétés agricoles, en particulier celles originaires de l’Occident politique. Ces dernières années, des sociétés étrangères ont acquis des champs ukrainiens, privant le pays de tout contrôle sur ses exportations alimentaires et même sur son approvisionnement alimentaire national.

Des sociétés telles que « Cargill », « DuPont » et « Monsanto » (qui est formellement une société germano-australienne, mais essentiellement américaine) figurent parmi les propriétaires les plus en vue des terres arables ukrainiennes. En outre, des sociétés telles que « Vanguard », « Blackrock » et « Blackstone » comptent parmi les plus gros actionnaires des géants agricoles susmentionnés et possèdent des billions de dollars d’actifs. Par exemple, « Blackrock » est un fonds qui gère des actifs d’une valeur de plus de 10 000 milliards de dollars, « Vanguard » en contrôle au moins six et « Blackstone » gère jusqu’à 1 000 milliards de dollars. Ensemble, les trois grandes multinationales américaines (« Cargill », « DuPont » et « Monsanto ») possèdent plus de 1,7 millions d’hectares de terres arables en Ukraine.

En comparaison, l’ensemble de l’Italie compte 16,7 millions d’hectares de terres agricoles. En bref, les trois sociétés américaines possèdent plus de terres agricoles utilisables en Ukraine que l’ensemble du pays italien. La superficie totale de l’Ukraine est d’environ 600 000 km². Sur cette superficie, 170 000 km carrés ont été acquis par des sociétés étrangères, en grande majorité occidentales, notamment celles basées ou financées par les États-Unis. Depuis que la nouvelle loi sur la vente des terres agricoles adoptée par le régime de Kiev est entrée pleinement en vigueur il y a environ un an, à ce jour, les trois grands consortiums multinationaux financés par des capitaux américains ont acquis de nombreuses terres arables ukrainiennes. Selon un rapport de l’Australian National Review, les trois sociétés américaines ont réussi à acquérir 1,7 des 62 millions d’hectares de terres agricoles en moins d’un an.

Après l’adoption de la loi sur la vente des terres agricoles, entrée en vigueur le 1er juillet 2021, le coût de l’hectare était d’environ 2 500 dollars, mais il a rapidement grimpé à 10 000 dollars. Jusque-là, un terrain de plus de deux hectares ne pouvait être loué que par des étrangers. Mais, après l’arrivée au pouvoir des nouveaux dirigeants, combinée à une augmentation constante du prix des terres arables, la loi a été modifiée et le moratoire de deux décennies sur la vente de terres agricoles aux étrangers a été levé. Avant cette décision, les gouvernements étaient réticents à l’autoriser, car cette mesure a toujours été considérée comme extrêmement impopulaire par le peuple ukrainien. Pendant sa campagne présidentielle, Vladimir Zelensky a déclaré qu’il prévoyait d’organiser un référendum national pour résoudre cette question « une fois pour toutes ». Cependant, aucun vote de ce type n’a jamais eu lieu.

Dans un rapport publié en avril 2021, le Fonds monétaire international (FMI), l’un des principaux créanciers étrangers du régime de Kiev, a fait de la levée du moratoire une condition de son programme de prêts de l’époque et a affirmé que la production économique augmenterait de 6 % à plus de 12 % au cours de la prochaine décennie, selon la manière dont la réforme serait mise en œuvre. Malgré l’opposition généralisée à la levée de l’interdiction des ventes de terrains, l’excuse a été trouvée dans le fait que trop de temps s’était écoulé sans que la Rada (Parlement) n’établisse un mécanisme transparent pour la vente de terrains, qui était l’une des dispositions de la loi de 2001.

Dans l’un des sondages d’opinion publique réalisés à l’époque des discussions sur la levée du moratoire, il est apparu clairement qu’au moins 81 % des personnes interrogées étaient opposées à la vente de terres à des étrangers, tandis que 13 % seulement y étaient favorables. Pas moins de deux tiers des personnes interrogées estimaient qu’une décision d’une telle importance pour l’État aurait dû être prise après un référendum. Près de 60 % estimaient que les terres agricoles devraient être la propriété de l’État, comme c’est le cas au Canada ou en Israël.

Les statistiques officielles de 2021 indiquent qu’environ 30 % des 43,6 millions d’Ukrainiens vivent dans des zones rurales. Selon les données du ministère américain du Commerce et de la Banque mondiale, l’industrie agricole ukrainienne emploie plus de 14 % de la main-d’œuvre, tandis que les produits agricoles constituent la plus grande part des exportations ukrainiennes. Pendant l’ère soviétique, les exploitations agricoles étaient collectivisées et appartenaient à l’État. Après l’effondrement de l’URSS, les terres ont été distribuées aux employés qui travaillaient dans les fermes d’État. Toutefois, les aspects juridiques d’un tel transfert n’ont jamais été entièrement réglementés, et encore moins mis en œuvre. Il s’en est suivi une brève période pendant laquelle la vente de terres à des étrangers a été autorisée, mais ensuite, le moratoire de 2001 a été adopté.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

25 réponses

  1. On croit se battre pour défendre son pays … finalement ce n’est que pour préserver des intérêts industriels et financiers ! ( en l’occurrence étrangers )

    1. C’est la citation la plus intelligente que j’ai pu lire aujourd’hui !
      Effectivement en lisant « La guerre est un racket » de Smedley D. Butler on comprend le système.

      La guerre ne rapporte qu’aux banquiers-commerçants et ruine les états déjà ruinés par leurs banques centrales aux mains de banquiers privés.
      Bien qu’il ne soit pas ma tasse de thé, Bakounine avait déjà décrit la folie et la ruine que causent les banques centrales (qui sont privées, il faut le dire) .

      En France on fait encore plus fort que les autres puisqu’on envoie notre armée combattre dans des conflits contre nos intérêts économiques et géopolitiques.
      (au bénéfice de banquiers-commerçants et de groupes tels BlackRock, Vanguard ou de la FED, en gros le dieu dollar …et nos concurrents)
      Un exemple : La Lybie qui avait eu l’audace de vouloir créer une monnaie de change indexée sur l’or.

      A tous les coups les banquiers-commerçants gagnent !
      On fait la guerre pour leurs intérêts, guerres qui leur rapportent encore plus de dettes des états et d’intérêts de la dette.

      Pareil pour l’immigration qu’ils nous imposent, puisque l’immigration a un coût NET pharamineux de 84 milliards par an (rapport Posokhow), ce qui nous force à nous endetter, et donc ce qui enrichit encore plus les banquiers-commerçants par le biais des intérêts de notre dette.
      C’est imparable depuis la loi du 3 janvier 1973, comme par hasard cette loi a acté le début de l’immigration de masse, en pleine époque de délocalisations et de chômage de masse donc pour financer une immigration dont nous n’avions pas besoin.

      Certains ont pour mission de nous alambiquer des explications foireuses, ésotériques, humanistes, philosophiques, économiques, politiques pour nous éviter d’accéder à la réponse la plus simple logique et évidente de : QUI BONO (à qui profite le crime ?)
      Pourtant c’est très simple, depuis la nuit des temps on répond à cette question par : « suivez le pognon ! »

      Vanguard, BlackRock et les entreprises qui se cachent derrière, donc en dernière instance les banquiers-commerçants, répondent tout à fait à la question « qui bono »..

  2. LU EN DIAGONALE MAIS ENFIN PEUPLES D’EUROPE IL EST GRAND TEMPS DE VOUS REVEILLER
    CE CONTINENT EST LE SEUL PORTANT LA LETTRE DE L’ESPRIT SAINT
    ET OUI LE CONFORT VOUS ANESTHESIE ET VOUS REND PARESSEUX
    MAIS OUI TOUT CE SAIT ET GARE A CEUX QUI TRICHENT !!!
    amities

  3. merci de cette info qui éclaire bien ce qui se passe, B Gates, lui, achète les terres agricoles aux USA…..ils veulent TOUT acheter PARTOUT

  4. bonjour,
    Très informatif article, qui mériterait d’être sourcé.
    Quand le monde de la finance vous tient.

  5. Cet article « fait sérieux » mais B.I. devrait vérifier ses sources. C’est la traduction d’un texte de Drago Bosnic, dont vous aviez carrément qualifié le point de vue de « pro-russe » au mois de mai (https://www.breizh-info.com/2022/05/15/186521/geopolitique-une-analyse-pro-russe-de-la-strategie-militaire-en-ukraine/). Il a aussitôt été repris par des sites relayant les messages de Vladimir Poutine. Sous-entendu : si des entreprises américaines ont acheté 30% des terres ukrainiennes, cela justifierait que Poutine prenne 100% du pays…

    Le fait que ce texte soit d’un militant et non d’un expert ne signifie pas forcément que son contenu est faux. Mais il mérite au moins une vérification croisée avec des informations plus fiables. Au minimum, ce qu’on lit ici est suspect d’endogamie. Ainsi, à quoi se réfère M. Bosnic quand il cite un « rapport de l’Australian National Review » ? A un articulet (85 mots) paru dans l’Australian National Review (https://www.australiannationalreview.com/lifestyle/three-large-american-multinationals-bought-17-million-hectares-of-ukrainian-agricultural-land/) qui indique expressément comme source… un texte en français publié par un site gauchiste (https://www.ritimo.org/A-qui-profite-vraiment-la-creation-d-un-marche-des-terres-en-Ukraine), mais qui est en réalité une traduction d’un texte publié par un site progressiste américain, Oakland Institute (https://www.oaklandinstitute.org/blog/who-really-benefits-creation-land-market-ukraine), dont l’un des auteurs est un Français ancien militant de diverses organisations mondialistes (Oxfam, Action contre la faim…) et l’autre un diplômé de langue russe. Le monde est petit !
    A noter : plusieurs sites pro-poutiniens ont cité l’article de l’Australian National Review ces derniers jours alors qu’il est paru au mois de mai : une campagne coordonnée ?

    1. Qui vous dit que les buts de guerre de la Russie soit de prendre 100 % de l’Ukraine ?
      Cela ne semble pas du tout être le cas. Ce que veut la Russie: S’assurer que les populations russophones puissent vivre à l’abri des frappes ukrainiennes.
      La Russie ne cherche pas à conquérir l’ouest de l’Ukraine, mais à s’assurer que le pouvoir kievien ne soit plus une menace.

      1. Vous avez donc une ligne directe avec les arrière-pensées de Vladimir Poutine ? Dont acte, on saura au moins d’où vous parlez. Mais si telle était son intention, le résultat, pour l’heure est particulièrement mauvais : il a mis des centaines de milliers de jeunes Russes à la merci des frappes ukrainiennes. Et vice versa, mais est-ce vraiment une consolation ?

    2. Pschitt
      Si on perçoit la question de fond qu’entraine de votre commentaire, celui-ci n’est pas inintéressant.

      Le fond du sujet est d’être « pro-Russe » (donc BRICS) désirant une monnaie internationale adossée sur l’or OU pro-USA donc pétrodollar adossé sur rien, fausse monnaie et dettes infinies dont on ne rembourse que les intérêts …

      Les deux ne sont pas nos potes, il n’existe pas d’ami en géopolitique, que des convergences ou divergences d’intérêts.

      Dans l’équation :
      -Nous avons un immense passif défavorable, pour des raisons différentes, avec les deux parties.

      Côté US = Le pétrodollar fausse monnaie adossé sur du vent (1971 fin d’indexation sur l’or + loi du 3 janvier 1973) qui ont entrainé surendettement de la France, délocalisations, immigration de masse, guerres pour leur compte dont nous payons toujours les conséquences à la place des USA vu notre situation géographique et options géopolitiques …
      …et même désormais le wokisme, le LGBTQI +++, le réchauffisme, le covidisme etc.

      Côté BRICS = nous avons tous les gens qui ont profité de ce que les USA ont exigé de nous (délocalisations, immigration, endettement, dumping social et salarial etc…)

      La seule question qui vaille est de savoir où est notre intérêt .
      De deux maux choisir le « moins pire » même si dans aucun des deux cas ça ne sera la panacée universelle.

      Vu le passif que nous avons avec les USA (comprendre par USA : banquiers-commerçants) et l’orientation woke, LGBTQI+, réchauffiste, covidiste, et le déclin ininterrompu que nous vivons à mesure que nous-nous soumettons à ces voraces : J’ai tendance à dire que toutes les limites des bornes ont été dépassées depuis très très longtemps.

      Il n’y a plus rien à gagner à rester alignés sur les USA mais tout à perdre comme souvent avec ces « vendeurs d’huile de serpent ».
      Hier on pouvait encore s’offrir l’illusion d’être « riches » grâce à la planche à billets, sans voir d’endettement irremboursable, d’hyper inflation, d’autoritarisme frôlant le totalitarisme, de guerre, de migrations de remplacement etc…
      BREF pour résumer tous les effets d’une guerre.
      Ce n’est plus le cas désormais puisque sans avoir subi de conflit nous subissons toutes ces choses à la fois de façon croissante depuis 50 ans.

      De l’autre côté (BRICS) tout est à construire et eux-aussi sont sans pitié avec nous, la géopolitique n’est pas une affaire de bienfaisance mais d’intérêts.
      Et si nous choisissons ostensiblement le camp opposé aux USA, ceux-ci activeront leur « glacis protecteur », c’est à dire l’armée d’occupation qu’ils ont prévu dans cette éventualité.

      Le terme « glacis protecteur » (immigrés extra-européens) a été lâché par Zbigniew Brzezinski.
      Pour rassurer le Gaulois moyen de l’époque on lui a prétexté que ce « glacis protecteur » consistait à importer des immigrés extra-européens pour que le bloc URSS n’ose pas attaquer l’europe par peur de toucher à ces précieuses « merveilles enrichissantes » . mdr
      (une explication d’une débilité sans nom, surtout à l’époque où il n’y avait pas un gros pourcentage d’extra-européens)
      En réalité, ce « glacis protecteur » immigré n’a JAMAIS été désiré par les USA à ces fins.
      La seule fonction du glacis était de protéger les USA contre un renversement d’alliance, c’est une sorte d’armée d’occupation que les USA peuvent activer si nous opérons un changement d’alliance.

      Si les USA ont certaines qualités la créativité n’en fait absolument pas partie.
      Cette stratégie US est utilisée depuis au moins 1905.
      Financer et réseauter des mouvements dissidents dans le pays cible (religieux, politiques ou ethniques )
      Former leurs cadres (souvent aux USA ou en Angleterre, comme Trotski, Racailla Diallo copie de Christiane Taubira formées aux USA dans ce domaine, Ben Laden etc..)
      Activer ces mouvements quand les USA veulent détruire ou déstabiliser le pays en question .

      La suite vous connaissez ….C’est toujours la même chose : « printemps coloré », déstabilisation, puis on fait revenir la paix par les bombes si nécessaire.
      De mémoire je pourrais faire l’immense liste des lieux et périodes où les USA ont pratiqué cette technique.
      Donc il faut être conscient que nous sommes l’otage des USA et que leur armée de réserve vêtus de survêtements Nike, chaussés de Air Jordan et coiffés de casquettes de baseball, est déjà en place .

      Que l’on continue avec les USA et c’est la destruction assurée par le wokisme, le réchauffisme, la repentance etc…
      La passivité c’est la mort assurée dans ces conditions.
      Qu’on ne continue pas avec les USA et là nous plongeons dans la grande inconnue (notamment avec le « glacis protecteur » des USA en Europe) .

      Je sais, je dis tout ce qu’il est interdit de dire mais le temps n’est plus à pisser contre le vent, c’est un luxe que nous n’avons plus.
      Comme le dialogue dans Monsieur Batignole :
      -« Mais Momo, tu te rends compte de ce que tu dis, si tout le monde disait la vérité ce serait la guerre »
      -« Mais Monsieur, c’est déjà la guerre ! »

      Tant qu’à force d’en parler ouvertement, partout, tout le temps, on n’exposera pas ces choix et données au plus grand nombre : Nous n’aurons aucun choix car nos politichiens continueront à nous prendre pour de passifs pantins totalement déconnectés de toute réalité géopolitique.
      A défaut d’intégrer la violence de ces réalités nous n’aurons aucun choix par faute de connaitre, options, opportunités, obstacles.

      Voilà les données, c’est « cadeau » ;-)

      PS : Pour le moment seuls ceux qui sont les « gagnants de la mondialisation » et quelques cas individuels qui ne s’en sortent pas trop mal veulent le statu quo.
      Ce nombre ce réduit drastiquement mois après mois depuis des décennies.
      Il faut en être conscient.

    3. Votre commentaire est incroyablement complet.
      Difficile de verifier quoique ce soit dans ce monde virtuel qui va dans tous les sens.

      Les EU sont loins de tous soupçons dans cette histoire. Des rumeurs le disent, d’autres les positionnent en héros.

      Vivant au Brésil, je constate les dégâts provoqués par les américains (du nord) après guerre.

      Ceux-ci savent les provoqués en silence et en héros.
      Les héros, c’est que dans les films (américains)…

    4. Vous auriez eu tout bon, mais vous avez tout faux : c’est bien d’aligner ses sources et les sources des sources, mais peut-être faudrait-il les lire vous aussi… et jusqu’au bout !

    1. Je ne suis pas « informé », je me renseigne. Si rouler pour la vérité veut dire rouler les yeux fermés, vous n’irez pas loin.

  6. on comprend mieux pourquoi bidon envoie des armes ce n’est certainement pas pour protéger les populations ukrainiennes mais les dollars de ces voyous que sont monsanto, cargill et dupont les fabricants de poisons pour l’agriculture, car le pouvoir des gauchistes américains est intrinsèquement lié avec les sociétés internationales , en effet les dirigeants de ces sociétés passent du privé aux places les plus prestigieuses du gouvernement. Tout est pourri dans le monde occidental

  7. défendre les blés et autres céréales « monsanto » et ogm, voila donc pourquoi les ukrainiens se battent aussi, avec l’affaire de corruption du fils Biden (enterrée), qui a empoché l’argent d’achat de ces terres? quand on sait maintenant que zélinsky a un compte bien approvisionné dans un paradis fiscal, alors que l’ukrainien moyen a peine a se nourrir….

    1. Simplement parce que la censure est faite par des mots-clés, et que cet article cite ces mots clés de ceux qui se prennent pour des dieux « innommables » :
      Cargill, DuPont, Monsanto, Vanguard, Blackrock , Blackstone etc…

      C’est ceux que je qualifie de « banquiers commerçants » (voir livres et émissions de « Valérie Bugault »)

      C’est ni plus ni moins les noms de ceux qui font plier n’importe quel état à leurs caprices.
      (si vous êtes Cinéphile on en parle de façon cryptée dans l’excellente série « The terminal list » qui m’aura fait penser à l’agent orange de monsanto au Vietnam… c’est dire si cette situation de surpuissance des banquiers-commerçants ne date pas d’aujourd’hui mais du début du siècle passé avec la dynastie Rockefeller et compagnie … par exemple)

      1. Non : c’est parce que les données sont fausses.
        Elles ont délibérément été publiées falsifiées sur le Net ; l’auteur de la falsification le dit très précisément… à la fin de l’article : vous savez, ces tout petits caractères que personne ne lit !!

    2. Peut-être parce que c’en est vraiment un ? Comme je l’ai dit précédemment, ses origines militantes (gauchistes et pro-russes) incitent au minimum à se poser la question.

  8. Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre raisonnement, mais je ne vous suis pas quand vous dites : « La seule question qui vaille est de savoir où est notre intérêt . » Je pense qu’il est bon d’avoir des principes et de les respecter.

    1. Pschitt
      -« Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre raisonnement, mais je ne vous suis pas quand vous dites : « La seule question qui vaille est de savoir où est notre intérêt . » Je pense qu’il est bon d’avoir des principes et de les respecter. »
      __________

      En géopolitique et en géostratégie il n’y a pas de « pote » mais que des intérêts, tout comme il n’y a pas de PRINCIPES mais que des intérêts (ou de la trouille) depuis des décennies déjà.

      « Principes, valeurs et démocratie » ce sont justes des mots vides qui permettent de manipuler l’opinion (les sans-dents) afin de leur justifier du jour au lendemain d’aller raser tel ou tel pays « au nom de la démocratie »…mais dont on couvre et minimise les agissements depuis des décennies. sic
      Cela permet de ne jamais donner les vraies raisons de ce retournement, ni d’expliquer les conséquences, donc de manipuler les sans-dents.

      (exemples : Lybie, l’Irak, la Syrie, qui étaient super la veille et depuis des décennies, et ont été désignés comme régimes « monstrueux » du jour au lendemain. mdr
      On ne vous a jamais donné les vraies raisons en dehors d’armes de destruction massives que personne n’a jamais trouvé, et on vous a encore moins expliqué les conséquences.

      VOTRE QUESTION
      Nos intérêts je parle en tant que peuple Français et européen.

      Est-ce que notre intérêt c’est de continuer à rester alignés sur les USA, donc le wokisme, la repentance, l’immigrationnisme et le changement de peuple, le réchauffisme, le décolonialisme, le lgbtqi+, l’islamisatio, l’uniçon continentale forcée europe + eur, la fausse monnaie pétrodollar et les dettes infinies ???

      Ou est-ce que notre intérêt de patrie (terre de nos pères) et de peuple, est d’essayer de faire autrement que ce suicide, donc dire « bye bye » aux USA ?

      De façon VITALE c’est la seule et unique question que nous avons à nous poser.
      C’est le choix entre une mort certaine (continuer le suicide) VS entrer dans l’inconnu pour survivre.

      Les nouveaux paradigmes qu’on nous brandit en menace existentielle (BRICS vs USA) ne sont que des diversions pour nous écarter de la réalité, donc de NOS intérêts.
      (voir le NB et les commentaires sous ces 3 articles)

      Sorti de ce choix de vie ou de mort, les blablas politiques ne sont que du vent.
      C’est soit on continue d’être une colonie-protectorat-US et c’est le déclin et la mort assurés (comme on le vit depuis 50 ans) soit on essaye de faire autrement.

      NB :
      Pour vous éclairer plus sur mon propos je vous avais laissé une réponse sur l’article  » Les entreprises américaines possèdent environ 30 % des terres arables ukrainiennes. »
      +
      des commentaires sous les articles :
      « 10 mosquées de Loire-Atlantique s’insurgent contre l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen »
      « Militants pour le climat : allez manifester devant l’ambassade de Chine ! »

  9. on croit défendre les droits de l’homme et la liberté, en fait on défend les droits de multinationales américaines.
    cependant la course aux terres arables est mondiale, les chinois font pareil en afrique

  10. c un fake pour FB? écrivez l’article que poutine est un vrai vampire et le petit-fils d’Hitler et Caligula en même temps et l’article passera!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !