Roumanie. « Vous ne posséderez rien et serez heureux. Nous avons vécu cela sous le communisme et nous étions des esclaves »

La semaine dernière, notre confrère Álvaro Peña était  invité à l’université d’été du parti AUR qui s’est tenue à Timisoara, en Roumanie.

Une école de formation pour les cadres d’un parti, actuellement la quatrième force politique du pays au Parlement, qui devient de plus en plus puissante (AUR est le troisième parti dans les intentions de vote selon les sondages). Intitulées « La Roumanie dans l’Europe d’aujourd’hui et de demain« , les conférences ont porté sur des questions idéologiques, la diaspora roumaine et le rôle international de la Roumanie.

Le premier jour, vendredi, le professeur Radu Baltasiu, chef du Centre européen d’étude des problèmes ethniques de l’Académie roumaine, a axé son discours sur la doctrine. Nationalisme, patriotisme et conservatisme face à un néo-communisme qui se fait passer pour du progressisme et qui n’est en réalité que « la dictature de personnes et d’entités qui n’ont été élues par personne ». Le général Mircia Chelaru, membre de la Chambre des députés et ancien chef d’état-major des armées, a placé la Roumanie sur la carte géopolitique, en soulignant l’importance de la souveraineté dans un paysage international de plus en plus complexe.

Entre les deux intervenants, Álvaro Peña, qui dirige El Coreo de Espana, a eu l’occasion de présenter au public la réalité que vit l’Espagne. Il a axé son discours sur deux des lois les plus néfastes proposées par la gauche, que la droite mondialiste a adoptées avec enthousiasme. La loi sur la violence de genre et la loi sur la mémoire historique, désormais mémoire démocratique.

Sans oublier de mentionner les autres lois d’ingénierie sociale : avortement, euthanasie, animaux, trans, etc. Un avertissement pour que cela n’arrive pas, un jour aussi en Roumanie. Lorsqu’il faut expliquer qu’en Espagne, la présomption d’innocence n’existe pas pour la moitié de la population, que la dissidence par rapport à la nouvelle histoire officielle est punie par la loi, ou que le fait de démolir les croix est un signe de tolérance, la question que l’on vous pose est : « Quelle sorte de tyrannie subissez-vous en Espagne ? » Je suppose que nous sommes immergés dans cette folie depuis si longtemps que parfois nous ne nous rendons pas compte de tout ce qui nous a été enlevé.

Samedi, c’était au tour de Vlad Cubreacov, journaliste moldave et ancien député, de faire un exposé détaillé sur la diaspora roumaine. Quelque huit millions de Roumains, plus quatre millions en Moldavie, vivent hors de leur patrie. Or, le gouvernement actuel, une alliance de socialistes (PSD) et de libéraux (PNL, membre du Parti populaire européen), veut importer 100 000 travailleurs du Bangladesh ou de l’Inde, au lieu d’encourager le retour de leurs compatriotes. Sorin Lavric, sénateur et philosophe, a ensuite prononcé un discours fort sur la souveraineté nationale : « Nous ne pouvons pas perdre la bataille pour la souveraineté. Il n’y a pas d’entre-deux ici, soit nous gagnons, soit la nation disparaîtra ».

Le discours de clôture a été prononcé par l’organisateur de l’événement et numéro deux du parti, Claudiu Târziu, qui a parlé d’une nouvelle aristocratie fondée sur l’héroïsme et la méritocratie : « Nous avons besoin d’une révolution conservatrice et d’être meilleurs chaque jour« . Târziu a également eu un mot pour l’Agenda 2030 et son « Vous ne posséderez rien et serez heureux  » : « Nous avons déjà vécu cela dans le communisme, nous ne possédions rien et nous étions des esclaves. La liberté sans propriété n’est pas possible »

George Simion, président du parti, a également eu quelques mots pour les participants à l’école politique avec un discours dans lequel il a souligné la richesse de la Roumanie et l’exemple des pays « de l’Est » comme la Hongrie et la Pologne.

George Simion : « Il est  nécessaire que les gens se rendent compte de ce qui nous attend car toutes ces expériences occidentales vont arriver en Roumanie ».

Álvaro Peña a rencontré George Simion, président de l’AUR, lors de la messe dominicale dans la cathédrale orthodoxe. C’est en effet un dirigeant très populaire, et de nombreuses personnes sont venues lui serrer la main après l’office. Par la suite, il a réalisé une interview sur la Place de la Révolution, lieu des manifestations qui ont conduit à la chute du régime communiste de Nicolae Ceausescu en 1989.

Quelle est l’importance pour l’AUR d’organiser de telles conférences ?

George Simion : C’est très important car nous sommes un jeune parti et la plupart de nos membres n’ont jamais fait de politique auparavant. Nous n’avons pas de culture politique, comme le reste des Roumains, à cause du totalitarisme, et beaucoup de gens confondent la politique avec les voleurs qui ont dirigé la Roumanie jusqu’à présent. Nous devons donc apprendre à nos militants à débattre, à leur faire comprendre nos positions au jour le jour, car c’est cela la politique, les problèmes quotidiens. C’est pourquoi nous organisons ces conférences, dirigées par Claudiu Târziu, depuis deux ans maintenant. Il est très nécessaire que les gens se rendent compte de ce qui nous attend, parce qu’après le communisme nous avons eu trente ans de liberté, mais toutes ces expériences occidentales qui se font en Espagne, en France ou en Italie, vont arriver en Roumanie. C’est pourquoi il est si important de connaître et d’échanger les expériences, d’organiser la résistance de tous les gens normaux du vieux continent.

Dans votre discours, vous avez donné les exemples de la Hongrie et de la Pologne.

George Simion : Bien sûr, la Hongrie et la Pologne sont un exemple pour nous. La plupart des Roumains sont conservateurs et se rendent compte de ce qui s’est passé ces dernières années en Roumanie. Nous sommes également un pays riche, mais en raison de la mauvaise gestion politique et économique, de nombreux Roumains ont dû quitter leur pays pour travailler en Espagne ou dans d’autres pays. Il y a presque deux millions de Roumains en Espagne, ce n’est pas normal car nous avons un sol riche, et ce n’est pas normal non plus que beaucoup travaillent là-bas dans la construction alors qu’ici il y a un déficit de travailleurs dans ce secteur. Espérons qu’à l’avenir, lorsque l’AUR sera au gouvernement, nous pourrons progressivement changer cette situation et que les Roumains iront en Espagne en vacances ou y resteront de leur propre gré, c’est-à-dire qu’aucun Roumain ne sera obligé de quitter son pays à cause de la pauvreté ou de la mauvaise situation économique.

Cependant, le gouvernement roumain veut faire venir 100 000 immigrants.

George Simion : C’est exact, et c’est totalement absurde quand on a plus de 5 millions de compatriotes à l’étranger. Actuellement, les salaires s’améliorent, mais il y a encore beaucoup à faire en termes d’infrastructures, d’hôpitaux, etc. Si ces conditions s’améliorent, les gens reviendront naturellement au pays.

Il n’y a pas d’élections en Roumanie avant 2024. Avez-vous la possibilité de conclure des pactes électoraux avec d’autres partis ou existe-t-il un « cordon sanitaire » contre l’AUR ?

George Simion : Non, nous n’avons pas de cordon sanitaire en Roumanie. Le parti est accepté, coopère au Parlement et est capable de former des majorités dans les municipalités et les gouvernements régionaux. Nous avons un problème parce que nous ne voulons pas former un gouvernement national avec l’un des partis qui ont dirigé la Roumanie jusqu’à présent. Cependant, la situation en Roumanie ne cesse de se dégrader, et nous attendons donc l’émergence de nouveaux partis avec lesquels nous pourrions former un gouvernement de coalition.

Claudiu Târziu : « Je crois fermement qu’un mouvement politique doit être guidé par une base culturelle forte ».

Alors que la grande majorité des députés et sénateurs sont en vacances, Claudiu Târziu a visité différentes localités et rencontré les militants de l’AUR. Entre le 11 et le 20 juillet, il s’est rendu en Moldavie, parcourant plus de 1 500 kilomètres, et depuis le 5 août, il a parcouru toute la Transylvanie, soit quelque 2 000 kilomètres de plus. Dimanche, après le départ de tous les participants de l’université d’été, notre confrère espagnol a interviewé leader de l’AUR au Sénat.

Etes-vous satisfait du développement de cette Université d’été à Timisoara ?

Claudiu Târziu :  Oui, je le suis. Nous avons eu de très bons conférenciers et les participants étaient très intéressés à apprendre et à poser des questions. Ils sont donc repartis d’ici armés d’arguments et avec une compréhension claire de la situation de la Roumanie en Europe et de ce que nous voulons qu’elle soit demain.

De nombreux partis de droite font peu de cas des questions culturelles, mais ce n’est pas le cas de l’AUR. Est-ce en raison de votre expérience antérieure dans des organisations de la société civile ?

Claudiu Târziu :  Pas seulement pour cette raison, mais aussi parce que j’ai toujours été intéressé par l’identité culturelle roumaine et par la défense du mode de vie traditionnel. Je crois fermement qu’un mouvement politique doit être guidé par une base culturelle solide. L’action politique suit la pensée politique, et si la pensée est correcte, on peut s’attendre à ce que l’action le soit aussi.

Les mouvements de la société civile sont-ils toujours actifs en Roumanie ?

Claudiu Târziu : Oui, ces mouvements sont toujours actifs, et je crois qu’un parti fort doit entretenir de bonnes relations avec la société civile. La société civile peut aider le parti politique et vice versa. En outre, ces mouvements ne se contentent pas d’identifier les problèmes de la société, ils proposent également des solutions. C’est une autre façon d’être en contact avec les personnes que vous servez. Évidemment, je parle des mouvements qui contribuent à résoudre les problèmes de la société, et non de ceux qui sont payés de l’extérieur pour créer une société ouverte.

Le gouvernement roumain a-t-il essayé de faire avancer l’agenda imposé par Bruxelles ou craint-il la réaction de la société ?

Claudiu Târziu : Le gouvernement a essayé de faire avancer le programme et a promis publiquement de le faire. Par exemple, au Parlement, nous avons arrêté une loi qui visait à introduire l’éducation sexuelle, qui introduisait la pornographie dans les écoles. Après avoir perdu au Parlement, le ministre de l’éducation a annoncé que la loi serait adoptée par décret, mais cela ne s’est pas encore produit. Ils savent que nous avons le soutien de la population, qui a voté pour nous afin de stopper ce genre d’initiatives. Mais nous nous attendons à ce qu’ils l’imposent finalement à cause de la pression de Bruxelles et ignorent la volonté du peuple roumain.

Quand vous dites que vous l’avez arrêtée au Parlement, est-ce parce que vous aviez le soutien de députés d’autres partis ?

Claudiu Târziu : Oui, et c’est parce que l’opinion publique en général est opposée à cette idéologie et cela met beaucoup de pression sur les politiciens. Notre pouvoir réel va bien au-delà des 10 % que nous avons au Parlement, car la majorité de la population pense de manière saine, elle nous soutient et soutient nos opinions.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

5 réponses

  1. Actuellement les Russes et les Chinois sont en train de  »coloniser » les Africains!…ceux-ci sont heureux du communisme qui s’installe chez eux!… »Qui vivra verra! »…

  2. « la Hongrie et la Pologne sont un exemple pour nous ». Non il s’agit d’exemples diamétralement opposés. La Pologne soumise à l’OTAN, demandant toujours plus de sanctions envers les Russes, et même prête à faire la guerre à la Russie. La Hongrie, bien que membre de l’OTAN, veut rester neutre dans le conflit. Elle refuse le transit des armes fournies par l’OTAN à l’Ukraine (qui passent par la Roumanie et la Pologne) et a augmenté ses achats de gaz à la Russie.

    1. Cher ami Melennec,
      Je déplore comme vous la passivité de la majorité de nos compatriotes. Cette passivité d’une grande masse bernee, manipulée par les médias, formatée par l’école ne doit pas pas faire oublier une minorité tenace, inébranlable et parfois héroïque dont l’action discrète, persévérante, désintéressée finit par donner des fruits. Un exemple : pour la première fois depuis bien longtemps, une étude vient de montrer que le nombre de locuteurs de la langue bretonne cessait de décroître et qu’une courbe ascendante commençait à apparaître. Autre signe prometteur : une Bible en breton, sous la forme d’un beau livre, élégamment relié, a paru en 2018 (éditions Penkermin, 20 €), ce qui ne s’était pas produit depuis plus d’un siècle. On peut y voir un signe des temps…
      Dalc’homp mat !
      Marcel Texier

  3. « Vous ne posséderez rien et serez heureux.  »
    nous, retraités sommes donc en voie de devenir heureux, quel bel espoir !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS