Une guerre nucléaire provoquerait une famine mondiale et tuerait des milliards de personnes

Lorsqu’ils parlent de conflit nucléaire, les généraux, les wargamers, les stratèges et les experts militaires se concentrent généralement sur les effets immédiats d’un échange nucléaire, comme le nombre de personnes tuées lors des premières explosions, les mégapoles rasées, etc. Ce à quoi la plupart des gens ne prêtent pas attention, ce sont les conséquences à plus long terme d’une guerre nucléaire.

L’une de ces conséquences est liée à l’effondrement quasi-total des chaînes d’approvisionnement mondiales, notamment celles concernant la nourriture. La majorité de la population mondiale ne produisant aucun produit agricole, l’effondrement de l’approvisionnement alimentaire aurait un effet néfaste terrifiant sur la plupart des habitants de la planète, provoquant une famine généralisée et le chaos qui s’ensuivrait, mettant fin au monde tel que nous le connaissons, très probablement pour toujours.

Des scientifiques de l’université Rutgers ont projeté la quantité de suie qui serait projetée dans l’atmosphère terrestre dans divers scénarios de guerre nucléaire, allant de petits échanges entre l’Inde et le Pakistan à une guerre totale entre la Russie et les États-Unis. Une guerre indo-pakistanaise relativement modeste et localisée réduirait la production calorique moyenne de la planète de 7 % au cours des cinq premières années, ce qui est plus important que toutes les perturbations auxquelles l’humanité a été confrontée jusqu’à présent. « Même pour une guerre nucléaire régionale, de grandes parties du monde pourraient souffrir de la famine« , affirment les auteurs de l’étude.

En revanche, une éventuelle guerre nucléaire russo-américaine dévasterait presque complètement la production alimentaire mondiale, la réduisant d’au moins 90 % en seulement trois ou quatre ans après la fin des tirs, affirment les chercheurs. Au moins 75 % de la population mondiale périrait en deux ans seulement.

Outre l’effondrement des rendements agricoles, le modèle de l’université Rutgers a tenté de prendre en compte les restrictions à l’exportation, ainsi que les efforts d’atténuation tels que la distribution d’aliments pour animaux aux humains. Aussi dévastateur que soit le tableau présenté par l’étude, il est sous-estimé. « La couche d’ozone serait détruite par le réchauffement de la stratosphère, produisant davantage de rayons ultraviolets à la surface, et nous devons comprendre cet impact sur les approvisionnements alimentaires« , a déclaré Lili Zia, professeur adjoint de recherche à l’université Rutgers, à Sky News. Les chercheurs n’ont pas non plus pris en compte les changements dans les engrais et les réserves alimentaires, qui seraient considérables.

Notant que les crises « à connotation nucléaire s’enveniment », le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a averti au début du mois que l’humanité « n’est qu’à un malentendu de l’anéantissement nucléaire ». Outre la Russie, la belligérance impérialiste américaine accroît également les tensions avec d’autres puissances nucléaires, comme la Chine. En juin dernier, le New York Times rapportait :

« L’été dernier, des centaines de nouveaux silos à missiles ont commencé à apparaître dans le désert chinois. Le Pentagone a déclaré que Pékin, qui avait longtemps affirmé n’avoir besoin que d’une ‘dissuasion minimale’, s’apprêtait à construire un arsenal d »au moins’ 1 000 armes nucléaires d’ici 2030. »

Le problème est que l’Occident politique, en particulier les États-Unis, ne semble pas (ou ne veut pas) trouver une porte de sortie. Alors que les tensions entre Washington DC et Pékin commençaient à s’apaiser après la visite controversée de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi dans la province chinoise sécessionniste de Taïwan, une délégation non annoncée de cinq autres législateurs américains est arrivée à Taipei dimanche. Ce geste belliqueux a provoqué une colère encore plus grande à Pékin, entraînant une nouvelle série d’exercices militaires près de Taïwan.

Dans le contexte le plus dur de l’étude de l’université Rutgers, un pays s’est distingué en s’en tirant beaucoup mieux que les autres : la production calorique de l’Australie n’a connu que de faibles réductions, voire une légère augmentation. Pourtant, les chercheurs ont constaté que le pays serait inondé de réfugiés venus d’Asie, ce qui conduirait inévitablement à son effondrement. L’étude est considérée comme approfondie, mais elle ne prend toujours pas en compte toutes les conséquences possibles d’un échange nucléaire mondial.

Le monde doit certainement travailler ensemble pour éviter que ce sombre scénario ne devienne un jour réalité et que les Etats-Unis notamment – qui mènent la guerre dans le monde entier depuis des décennies – n’entrainent pas la population mondiale vers le chaos.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

15 réponses

  1. Seuls les gens n’ayant jamais combattu ni jamais fait d’OpEx sur les zones de conflit peuvent désirer une guerre.
    Si en plus la personne la désire au nom du Great Reset, nous savons dans quel camp ennemi il se situe.
    Si de surcroit il la désire « au nom de l’économie », là nous savons qu’il sert des intérêts étrangers made in USA.

    POINT
    mef

      1. Ne jamais oublier que les généraux qui n’ont pas fait tout le parcours rang, ss off, off etc… sont des administrateurs po-li-ti-ques.
        (politique ce qui est relatif à l’administration d’une cité …ou d’une cité-corps d’armée)

        A contrario j’ai eu l’honneur de servir sous les ordres d’un vrai général ayant débuté 2nd classe pour gravir tous les échelons, un homme, un vrai, d’une toute autre trempe et d’une grande expérience.
        Jamais un tel homme, un vrai, n’aurait souhaité une guerre nucléaire et encore moins une guerre sous motivations « économiques + relancer la croissance + faire passer des lois d’exception + Grand Reset.
        On appelle cela de la haute trahison : celle de souhaiter une guerre mais pire encore motivée par ces raisons expliquées, qui sont les mêmes que celles des ennemis de la France et des Français.

        Ne jamais oublier que c’est bien de tels types, qui lors de 14-18, se sont permis de fumer certains civils conscrits enrôlés par obligation pour « non combattivité ».
        Hommes du rang qui n’avaient rien pour se battre , l’un avait l’arme l’autre les chargeurs.
        Qui plus est dans une guerre de nouvelle génération, ultra-mécanisée, inconnue jusqu’alors tant au niveau de la stratégie que du matériel.
        Une boucherie qui aura, après la révolution ultra-libérale dite « Française » achevé la démographie du pays
        (révolution bourgeoise dite « française » qui a plus tué de civils Français que toutes les guerres d’empire réunis + la première et seconde guerre mondiale)

        Pire encore le contexte ethno-démographique Français, qui en cas de guerre serait l’occasion d’une guerre civile en temps de guerre militaire.
        Un général de gendarmerie conscient de cet état de fait ne souhaiterai jamais une guerre, seul un taré peut souhaiter une guerre à son peuple.

        Je doute très très fortement qu’un vrai général s’exprimerait ainsi sur les réseaux sociaux, même s’il le pensait.
        Les généraux sont soumis à certains devoirs, y compris à l’heure de leur retraite.

    1. Parfaitement dit !
      Et malheureusement, je suis d’avis de dire que vous avez fait mouche…
      Les propos que vous dénoncez sont à lire sous l’angle du CV de celui qui les a rédigés….
      Plusieurs internautes ont d’ailleurs rédigé des commentaires très pertinents à ce sujet sous l’article de BI sur les F35, daté du 9 août de cette année. Et je vous invite à lire le tout dernier commentaire dudit article.
      Nous pourrions en rire si la situation n’était pas si grave, idem s’il n’y avait pas un tel manque de discernement dans la nomination actuelle des gradés… Pauvre France.

      1. Castel
        « Nous pourrions en rire si la situation n’était pas si grave, idem s’il n’y avait pas un tel manque de discernement dans la nomination actuelle des gradés… Pauvre France. »

        Comme vous dites…
        Je vous fais remarquer qu’en sus, ces « officiers sup » qui, nous parlent aujourd’hui de leurs motivations économiques et sociales de nous infliger une guerre nucléaire, n’ont paradoxalement pas levé le petit doigt ni ouvert leur bouche contre :
        -La loi du 3 janvier 1973

        -L’immigration massive
        (l’Allemagne a occupé la France avec 40.000 soldats, on nous inflige plus de 300.000 africains supplémentaires par an)

        -Les délocalisations

        Ceci étant constaté, notez bien que la personne dont nous parlons n’en en rien un général, ni un officier supérieur.
        Prendre de tels titres est une techniques de trolls d’internet qui veulent par la même se donner du crédit à bon compte, des imposteurs qui jouissent quand certains civils crédules leur donnent du « mon général » .

        Un officier supérieur, surtout des promo post 1990, ne se mouillerait jamais à ce point.
        Qui plus est un officier de gendarmerie qui, normalement, devrait savoir qu’à chaque fois qu’un conflit mondial a éclaté l’europe en était l’épicentre .
        Un gendarme n’a majoritairement pas vocation a être une troupe coloniale (OpEx), de ce fait ils ne connaissent quasi pas le feu en conditions réelles de guerre.
        Donc ne sont pas crédibles pour parler de guerre à l’extérieur de nos frontières, ce n’est ni leur vocation, ni leur formation, ni relevant de leur expérience d’active.

        Bref, certains adorent se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, et en général plus c’est le cas moins ces gens ont eu le moindre contact avec l’armée (au moins les métros) et encore moins d’expérience du feu.
        De la même façon très peu d’anciens d’active, surtout s’il a connu le feu, n’ira dire ce qu’il a été. Tout au plus il éludera en disant « j’étais fonctionnaire » (ou autre)
        Dans la même veine, dans 95% des cas, c’est uniquement chez les 100% civils que vous trouverez des collections de médailles et insignes militaires exposées. Dans 95% des cas des gens qui ont servi soit ces breloques ont été données, vendues, ou elles trainent au fond d’un vieux sac dans une cave ou un grenier.
        Toujours dans la même veine jamais un ancien d’active ne dira « j’ai fumé X mecs » ou ne parlera de choses comme-ça. (de un : on ne sait jamais si c’est le cas, de deux chacun veut oublier et éluder les mauvais moments pour ne garder que les bons. Il parlera plus facilement des fêtes, des gens et animaux rencontrés, du contexte et son mode de vie, des nanas, mais jamais des « cartons » )

  2. Il n’y a pas de « bonne guerre ».
    Elles finissent toutes par la destruction et la mort de millions de personnes.
    En revanche, c’est ce que poussent tous les oppresseurs du monde pour plier le monde à leurs ordres et pour détruire l’humanité qui, selon leur délire, devrait disparaître.
    Voyez tous les discours des écolos extrémistes qui veulent « sauver » la terre en exterminant les humains… (et par la même occasion toute la vie animale, mais ça ils ne le disent pas tout haut, seulement, c’est inclus dans les guerres, classiques avec bombardements, mais surtout nucléaire)

  3. D’accord ça permettrait de faire du nettoyage mais au final qui reprendrait les rênes ? Une bande de dictateurs qui soumettrait ( à nouveau ) les peuples restants. L’idéal serait que les peuples  » s’occupent  » de leurs dirigeants pourris et de toute leur famille. Un peu radical…

  4. Mon général, vous avez raison ! Une bonne guerre aurait certainement les vertus que vous décrivez et beaucoup le pense aussi. Mais n’y a-t-il pas d’autre moyens pour relancer la croissance, supprimer les excédents, diminuer les parasites sociaux tout en accélérant la demande ? N’y a-t-il pas d’autre moyens pour neutraliser les voyous et leurs réseaux qui agissent en toute impunité, alors que la plupart des citoyens s’efforce d’évoluer en société dans le droit ? Votre solution est une solution efficace mais facile. Je ne cherche pas une quelconque polémique, mais c’est tout l’enjeu, auquel l’histoire présente nous convie : N’y a-t-il pas d’autres solutions ? Respectueusement.

  5. Tous les gents qui désirent la guerre la connaissent au travers des films Américains où à la fin le « bon » finit toujours par gagner, ou par les jeux vidéo du style Call of Duty où les armes sont variées, les munitions inépuisables et le retour à la vie possible. Il faudrait passer à la télé des images d’actualité de la guerre de 39/45 et surtout de celle du Viet Nam pour qu’il voient les réalités de la guerre, que c’est des souffrances et des larmes et que ça pue la m….

    1. « Tous les gents qui désirent la guerre la connaissent au travers des films Américains où à la fin le « bon » finit toujours par gagner »

      Totalement exact !
      C’est (entre-autre) bien à cela qu’on reconnait les imposteurs qui se font passer pour ceux qu’ils ne sont pas.

      1. Vous ne manquez pas de culot quand même, l’usurpateur. Je vous ai signalé déjà à l’administrateur mais je vois que votre message a subsisté.

  6. Il faut être fou dangereux et suicidaire pour désirer une guerre quelle qu’elle soit, nucléaire ou classique….
    L’horreur absolue qui n’a jamais rien résolu.

    1. Après tout un conflit nucléaire général permettrait d’éradiquer toute vie sur la terre. La paix serait enfin absolue et éternelle. Cependant je ne sais pas ce qu’en penserait le Bon Dieu là-haut dans le Ciel.

  7. 75% de la population mondiale rayée de la surface du globe : plus aucun problème de surpopulation et d’alimentation SAUF… pour les 25% restants réduits à survivre. Mais les commanditaires, comme toujours, bien planqués dans leurs abris, continueront à tirer les marrons du feu et à nous marcher sur la gueule !..

  8. La vaste blague avec usurpation de mon pseudonyme.
    Je ne m’excuserai jamais face à un usurpateur, et si toutefois il s’agit du « général » il a largement les moyens de me retrouver par mon IP et d’accéder à mon dossier Def Nat .
    Là il pourra venir me baratiner tant qu’il veut, mais attention contrairement à lui je ne suis pas un métro.^^

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS