Effondrement économique, monétaire & civilisationnel ? Avec Charles Gave & Olivier Delamarche

Effondrement économique, monétaire & civilisationnel ? Une excellente émission signée Thinkerview, avec Charles Gave & Olivier Delamarche

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. C’est surtout l’effondrement de l’américanisation de l’Europe. Ce n’est pas grave. Quoi? la liberté d’expression? On n’en a plus! La liberté politique? Elle est truandée à chaque étape! les minorités n’auront plus le pouvoir de nuisance et de déconstruction? La belle affaire! Restera le paysan de la Lozère et de la Creuse, La Bretagne, la Bourgogne le Bearn, l’Alsace LOrraine..où seules les villes sont atteintes du syndrome américain de l’argent facile et de la planche à billets pour une élite. Les autres prendront leur revanche. Ils savent encore travailler.

  2. Un effondrement économique n’aurait pas que des désavantages : passé le moment de panique et de sidération, il forcerait l’ensemble de la société à retrouver une certaine sobriété en rompant avec le consumérisme compulsif (décroissance passagère) et casserait le rythme de vie qui nous est imposé. Cela aurait des effets psychologiques et spirituels inattendus et salvateurs. Cet effondrement nous remettrait les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Instantanément, nous retrouverions notre vraie place dans la société, notre identité et notre destin là où nous l’avions perdu. En effet, nous sentons tous confusément, que nous sommes embarqués malgré nous dans un train à grande vitesse, destination inconnue et non désirée, d’où l’angoisse générée. Cette tension qui traverse l’ensemble de la société, provoque une ambiance pourrie, un étirement voir des déchirures ici et là. Comme dit Souchon dans une de ses chansons :  » Putain ça penche, on voit le jour à travers les planches ! « . L’évolution d’une société ne doit pas être un flux tendu, une marche forcée, une fuite en avant du style « ça passe ou ça casse », ou du genre « la fin justifie les moyens ». Elle doit être entrecoupée de temps d’arrêt où on refait le cap, de remises en question, si nécessaire. Que fuyons-nous au juste ? Loin d’être l’avènement d’une Apocalypse, ce sera un nouveau départ. Cet effondrement se produira tôt ou tard, que nous le voulons ou pas, mais le plus tôt sera le mieux, si nous ne voulons pas une bonne guerre en prime.

    1. Nous ne voulons pas la guerre et elle ne dépend pas de nous , mais des hystériques qui en fabriquent les conditions.
      Selon de dernières nouvelles, la suspecte de l’assassinat à Moscou de Daria Dugina serait cachée en Estonie pays de l’Otan. S’il se passe quoi que ce soit en Estonie , même et surtout des provocations , tous les pays de l’Otan-va-t-en guerre seront priés de s’associer pour défendre ce petit pays balte .
      Ce chaos opportuniste voulu en arrangerait certains qui ne manqueront de rien quoi qu’il arrive et n’iront pas au casse pipe. .

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS