Zemmour, Ruffin, police, Medef…à part ça, tout va bien !

Zemmour

Ci-dessous les traditionnelles brèves signées Bernard Morvan

Zemmour à La Baule ? – Il paraît que Eric Zemmour prépare une tournée de conférences. Où atterrir en Bretagne ? A Nantes où il a obtenu 8 990 voix (6,17 % des suffrages exprimés) au premier tour de l’élection présidentielle. A Rennes (4 126 voix/4,48%). A Brest (3 552 voix/5,88 %). A Saint-Malo (1 868 voix/6,55 %). A Saint-Brieuc (1 013 voix/ 4,99 %). A Quimper (1 632 voix/4,94 %). A Lorient (1 514 voix/5,60 %). A Vannes (2 313 voix/7,90 %). A Saint-Nazaire (1 895 voix/5,28 %). Il y a mieux : La Baule, ville où il a réalisé son meilleur score breton (1 554 voix/12,13 %) grâce à une sociologie très particulière. Le maire Franck Louvrier (LR, tendance Macron) serait heureux de l’accueillir. La salle Atlantia est disponible. Le public existe. Les retombées médiatiques sont garanties. Et comme Louvrier fait tout son possible pour animer sa ville, il serait gâté. Zemmour, ça vaut bien un match de polo organisé sur la plage par le Brittany polo club…

Député-maire ou sénateur-maire, ça fait bien sur une carte de visite – La loi organique n°2014-125 du 14 février 2014 interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur rend certains parlementaires malheureux ; ils regrettent le bon temps où ils pouvaient jouer au député-maire ou au sénateur-maire. C’est-à-dire effectuer deux métiers simultanément, voire davantage. Un champion en la matière fut incontestablement Jean-Marc Ayrault (PS). Lorsque François Hollande le nomma Premier ministre en 1972, il était tout simplement maire de Nantes, président de Nantes métropole, député de Nantes-Saint-Herblain et président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale ; on dit qu’il n’y a que vingt-quatre heures dans une journée… Souvent un député ou un sénateur s’ennuie lorsqu’il ne joue pas un rôle important dans son assemblée. Par exemple membre du bureau, président de son groupe, président de commission, rapporteur général du budget, rapporteur d’un projet de loi. Tandis que dans une mairie, il est le roi faisant la pluie et le beau temps ; il existe, ce qui n’est pas le cas pour les parlementaires de « base ». C’est pourquoi Karl Olive (Renaissance), ancien maire de Poissy, député des Yvelines, a déposé une proposition de loi visant à rétablir le cumul des mandats. Un de ses arguments : « on est moins présents sur le terrain » (Le Figaro, samedi 13-dimanche 14 août 2022) ; affirmation qui ne tient pas debout. En effet l’article 28 de la Constitution précise : « Le nombre de jours de séance que chaque assemblée peut tenir au cours de la session ordinaire ne peut excéder cent vingt. Les semaines de séance sont fixées par chaque assemblée. » Voilà qui laisse beaucoup de temps de libre au député-sénateur pour mettre les mains dans le cambouis dans sa circonscription et s’occuper de ses administrés. Mais il existe quelques parlementaires pour voir les choses différemment ; c’est le cas de Jean-Claude Raux (EELV), député de Châteaubriant et ancien maire de Saffré. Il juge « compliqué d’avoir les deux casquettes ». « Plus on a de mandats, moins l’on peut s’impliquer sérieusement », soutient-il (Le Figaro, samedi 13-dimanche 14 août 2022)

Match Balanant- Ruffin« Moteur, ça tourne ! » Depuis le quinquennat précédent, Erwan Balanant (Modem), député de Concarneau-Quimperlé, a l’habitude de moquer les interventions dans l’hémicycle de son collègue de La France insoumise François Ruffin, connu pour ses coups de gueule multipartagés sur les réseaux sociaux… et souvent dévastateurs pour Emmanuel Macron et ses troupes. « Cela s’appelle des ruffinades, raille Balanant. Parfois, il les rate, et il reprend la parole sur l’amendement suivant parce que la première prise n’a pas été la bonne » (Libération, vendredi 5 août 2022). On peut se moquer de Ruffin mais il voit des choses que les autres ne voient pas. Ainsi à propos de Marine Le Pen « qui a été vue comme l’avocate du pouvoir d’achat des plus modestes ». Réponse de Ruffin : « A fond ! Evidemment, elle ne raconte pas la même chose à « L’Opinion » qu’à TF 1. Mais j’ai lu son programme. Sur le social, il n’y a rien. Ni hier ni aujourd’hui, les questions du « partage » et de la répartition des richesses ne sont présentes. « Multinationales », « profits », « CAC 40 », ces mots sont absents. » (L’Obs, 4 août 2022). Qu’en pense Gilles Pennelle, leader du Rassemblement national en Bretagne ?

La guerre des polices – Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, veut fusionner tous les services de police dans la cadre départemental, sous les ordres du préfet. Ce projet de réforme est contesté par la Police judiciaire et par les magistrats. De 1974 à 2005, à l’antenne de la PJ de Brest, Maurice Joly a fait partie des « seigneurs de la police ». Dotés de gros moyens, n’ayant de comptes à rendre qu’aux juges d’instruction, ces policiers s’occupent des enquêtes les plus difficiles. « Quand je suis arrivé en 1974, l’antenne brestoise était au stade embryonnaire avec un an d’existence. Elle avait été créée pour réduire les frais de déplacement, et pour lutter contre les attentats du Front de libération de la Bretagne (FLB). Ils étaient quatre à la section criminelle et deux à la section économique et financière. Avec un autre collègue, je suis venu renforcer la financière. » (Le Télégramme, Brest, lundi 15 août 2022). On ne sait pas si les Brestois de la PJ ont consacré beaucoup de temps au FLB car c’était un gaspillage d’énergie et une erreur d’aiguillage. En effet les milieux FLB étaient pénétrés et manipulés par la DST. Parmi les plus fameux « exploits » du FLB, on peut citer la destruction de la villa de Francis Bouygues à Rothéneuf, opération concoctée par la DST et effectuée par deux braves « militants ». On peut également évoquer la création par cette dernière d’un « Front de libération de la Bretagne/Libération nationale et socialisme », à partir de petites annonces publiées dans le quotidien Libération. Son but : identifier les membres de « l’autre FLB » en les attirant. Voir le chapitre VIII (Face au FLB et à Carlos : la brigade des manipulations) de l’ouvrage de Roger Faligot et Pascal Krop « DST, police secrète » (Flammarion, février 2003). On lira également avec intérêt – et amusement – le livre de Jean Bothorel « Un terroriste breton » (Calmann-Lévy, mai 2001). Les activités clandestines de ce dernier se terminent en janvier 1969 par une pantalonnade : la tentative de vol d’armes à la caserne Pittie de Nevers. Les militaires les attendaient : « N’insistez pas, vous êtes cernés. » Le lendemain, Jean Bothorel était « accueilli » par Raymond Marcellin, ministre de l’Intérieur, place Beauvau : « Espèce de petit con ». Nous conseillons à Maurice Joly de lire ces deux livres qui pourront lui faire perdre certaines de ses illusions.

Le colonel manque de précision – Le colonel Gonzague Montmorency a commandé la gendarmerie des Côtes-d’Armor pendant trois ans. Dans un entretien accordé à Ouest-France (Côtes-d’Armor, mardi 5 juillet 2022), il dresse le bilan de son action. A la question « Comment analysez-vous la délinquance dans le département », il répond : « On voit des nouvelles formes de délinquance. Des nouveaux arrivants apportent des modes de violence plus urbains. A Guingamp, Dinan, Loudéac, par exemple, on retrouve des phénomènes qu’on rencontrait plutôt dans les grandes agglomérations et leurs périphéries il y a quelques années. On s’adapte à cette délinquance. » Nous posons trois questions : qui sont ces « nouveaux arrivants » ? Quels « modes de violence plus urbains » apportent-ils ? Pourquoi débarquent-ils dans les Côtes-d’Armor plutôt qu’en Seine-Saint-Denis ? Les lecteurs d’Ouest-France auraient apprécié un rapport de meilleure qualité de la part du colonel.

Le Medef est riche – Dans un article consacré à une conférence donnée par Nicolas Sarkozy aux membres du Medef du Finistère, le journaliste du Télégramme avait omis d’indiquer les tarifs de Sarko pour ce genre de travail ; nous avions regretté cet oubli qui relevait du manque de curiosité. D’après Le Canard enchaîné (10 août 2022), ces conférences sont payées entre 40 000 et 100 000 euros. Ainsi les adhérents du Medef du Finistère sauront à quoi servent leurs cotisations. L’hebdomadaire du mercredi apporte d’autres précisions : « Pas encore SDF, Nicolas Sarkozy, aujourd’hui âgé de 67 ans, peut toujours compter sur ses jetons de présence chez Accor (69 976 euros en 2021) ou chez Lagardère (49 039 euros en 2020) et sur ses retraites d’ancien parlementaire et d’ex-président. » On pourrait ajouter sa retraite de maire de Neuilly et les dividendes que lui rapporte le cabinet d’avocats Realyze dont il détient un tiers du capital. Que du bonheur !

Bernard Morvan

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Il est peu probable que Franck Louvrier serait « heureux » d’accueillir Eric Zemmour à La Baule. Comme Breizh-info l’a souligné en son temps (https://www.breizh-info.com/2020/01/11/134394/zemmour-vs-franck-louvrier-du-tres-chaud/), il s’est opposé à lui très violemment. N’oubliez pas que Louvrier, comme son ancien patron Sarkozy, a pratiquement rejoint le camp Macron.
    En revanche, l’idée d’une conférence de Zemmour à La Baule va de soi. « Grâce à une sociologie très particulière », comme vous le dites ? Ce sous-entendu cauteleux mériterait d’être précisé. Voulez-vous dire par là qu’il se trouve à La Baule beaucoup de gens âgés et aisés ? Mais, ailleurs, c’est une « sociologie » qui vote Macron, pas Zemmour ! Zemmour a beaucoup de lecteurs à La Baule : son score électoral résulte plus probablement d’un accord intellectuel que du montant des comptes en banque.

    : non seulement il y a fait son meilleur score électoral de Bretagne, mais ses livres y sont très lus.

  2. Darmanin réforme la Police et l’équipe de forces répressives ( CRS 58, blindés, munitions pour LBD etc. ) : il prépare la rentrée que Macron veut violente contre les Français. Car le baratin au conseil des ministres sur la fin du bon temps veut dire :  » vous, le peuple, vous allez morfler « .

    Pourquoi faut il d’envisager une violence d’État ? Parce que précisément Macron craint le retour de la violence politique de la part du peuple.
    L’ acte Gilets jaunes a en effet montré que la résistance populaire ( continuer à défiler sous les matraques et les balles de LBD ) a payé : 12 milliards lachés rapidement par Macron afin d’éteindre le feu ).
    Alors que depuis, les manifestations tranquilles sont restées sans effet et les recours devant la Justice sont méprisés :
    Il n’y a plus d’état de droit en France.

    https://strategika.fr/2021/04/12/labolition-de-letat-de-droit-et-la-renaissance-de-la-violence-politique/

  3. On a essayé les banquiers, les avocats, les énarques et on a vu le résultat ! Pourquoi ne pas avoir essayé un chroniqueur qui explique clairement qu’il aime la France ? Il est vrai qu’en Bretagne Macron et la gauche ont eu la faveur des électeurs ! La gauche on a vu ! Macron on a vu et souffert !!! Je ne comprends pas.

    1. Peut-être parce que le type n’a rien d’européen, c ‘est un français Crémieux, donc un algérien juif.
      Il est beau le sauveur ladidon.

  4. ruffin est le seul LFI à vraiment se préoccupé des petites gens et parler sans tabou et en ayant pleine conscience du résultats des mesures qu’il propose

  5. Il est bien naturel que la droite macronienne vienne au secours d’Éric Zemmour. Ils ont le même ennemi qui est le Rassemblement national et ses dix mois de campagne au profit d’Emmanuel Macron contre Marine Le Pen prêchent en sa faveur.

    1. Ce n’ est pas Zemmour qui s’ est couché devant Macron lors du debat du 2e tour !
      Et pourquoi les ministres de macron n’ osaient ils plus se mesurer à Zemmour dans face à l’info ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS