Etats-Unis. Un raid de la police fédérale contre des fermiers Amish…accusés de ne pas passer par les circuits traditionnels de distribution

Aux Etats-Unis également, l’Etat fédéral cherche à contrôler toujours plus sa population. Récemment, la ferme biologique de M. Miller à Bird-in-Hand, en Pennsylvanie, a été perquisitionnée par des agents fédéraux armés. Ils ont exigé que la ferme, tenue par des membres de la communauté Amish, cesse ses activités et les autorités ont décidé de paralyser économiquement l’entreprise en lui infligeant plus de 300 000 dollars d’amendes.

Le gouvernement indique que la ferme ne respecterait pas les exigences réglementaires fédérales en matière d’alimentation. Pourtant, comme l’indique le responsable de la ferme, tous les animaux de la ferme ont une alimentation entièrement biologique et ne mangent que des plantes sauvages, des fleurs et des insectes dans leurs pâturages.

Une petite ferme Amish contre le gouvernement fédéral

La ferme, située dans un village amish isolé de Bird-in-Hand, en Pennsylvanie, existe depuis près de 30 ans. Elle fonctionne selon des pratiques agricoles vieilles de plusieurs siècles. Sa ferme n’utilise pas d’électricité, pas de tracteurs, pas de diesel, pas d’essence, et produit des rendements exceptionnels entièrement naturels que les gens sont prêts à payer le prix fort pour acheter.

Cependant, un juge fédéral a statué que malgré son marché fermé réservé à ses membres, il doit avoir des inspecteurs de l’USDA pour ses processus d’abattage de bœuf et de bovins. Miller ne veut pas utiliser les antibiotiques pharmaceutiques réglementés et obligatoires, ni les autres processus réglementaires exigés par l’USDA.  Le patron de la ferme avait attiré l’attention des autorités fédérales pour la première fois en 2016, lorsque la Food and Drug Administration a déclaré avoir identifié la Listeria dans des échantillons du lait cru de Miller ; l’agence a constaté que la Listeria était génétiquement similaire à la bactérie trouvée chez deux personnes qui ont développé une listériose – dont l’une est décédée – après avoir consommé du lait cru.

Les avocats du gouvernement affirment que Miller fait preuve d’une « volonté singulière et historique de bafouer les lois fédérales d’application générale sur la sécurité alimentaire adoptées démocratiquement« . Plus précisément, il s’est opposé au droit de regard des services d’inspection et de sécurité alimentaire de l’USDA, qui doivent s’assurer que la viande et la volaille vendues dans le commerce sont sûres, saines et correctement étiquetées et emballées.

M. Miller avait auparavant accepté de faire appel à un abattoir inspecté par le gouvernement fédéral pour traiter sa viande, mais il a cessé de le faire parce qu’il s’opposait à l’utilisation d’acide citrique antimicrobien. Miller affirme que les réglementations et les inspections rendent les aliments moins sûrs, et non plus sûrs.

Michael Yoder, journaliste et client de longue date de la ferme d’Amos Miller et a suivi de près l’affaire pour un journal local. « Je pense qu’ils veulent utiliser Amos comme un exemple », a déclaré Yoder.

Il explique que le gouvernement veut s’assurer que d’autres agriculteurs ne tentent pas de reproduire ce que la ferme de Miller a réussi à faire.

« Miller vend sa viande et ses produits laitiers directement au consommateur, sans que le gouvernement ne joue le rôle d’intermédiaire. Le gouvernement n’a pas autant de contrôle sur ce type d’opération », explique Yoder « Amos Miller m’a expliqué que parce que sa ferme n’utilise pas d’engrais chimiques, d’herbicides ou de semences brevetées, qui sont principalement fabriqués par des géants de l’industrie ayant des liens étroits avec le gouvernement, ces derniers utilisent le pouvoir du gouvernement pour le faire fermer ».

« Les entreprises américaines prennent le pouvoir et placent des gens au sein de notre gouvernement… Elles ont le gouvernement de leur côté et font en sorte qu’il soit plus difficile pour les agriculteurs d’être des agriculteurs », a déclaré Amos Miller.

M. Miller fait valoir que parce qu’il vend à ce qu’il appelle un « club alimentaire privé » et non au marché libre, certaines règles et réglementations du gouvernement fédéral ne s’appliquent pas à lui. Les clients achètent de la viande et des produits laitiers de sa ferme explicitement parce que sa nourriture n’est pas traitée et fabriquée dans des installations industrielles géantes, mais qu’elle est cultivée, nourrie et traitée ici même, sur la terre.

« Certains viennent de Floride, de Californie, de Caroline du Nord, en fait de tout le pays parce qu’ils recherchent des aliments à forte densité nutritionnelle comme la viande crue et le lait de bufflonne cru… et ils nous font confiance parce que nous gardons nos animaux dans les pâturages et qu’ils peuvent voir la couleur de la graisse du bœuf et la couleur distincte du lait… cette couleur provient de la densité nutritionnelle des animaux qui se nourrissent d’herbe« , a expliqué Miller à Rebel News.

M. Miller, qui prépare les aliments comme Dieu l’a voulu selon lui, fournit tout, du bœuf et du fromage nourris à l’herbe au lait cru et aux œufs biologiques, à un club alimentaire privé comptant près de 4 000 membres. Il risque désormais, en plus de l’amende colossale, une peine de prison potentielle pour avoir simplement exercé sa liberté religieuse de cultiver des aliments conformément à ses croyances.

Amos, bien qu’il ait été perquisitionné par des marshals américains armés et qu’il risque des centaines de milliers de dollars d’amendes, a expliqué que les agriculteurs doivent rester forts. « Nous, les agriculteurs, devons rester unis et forts, et nous ne pouvons pas nous contenter de suivre les règles et règlements du gouvernement« , a-t-il ajouté.

Une pétition a été lancée pour soutenir la ferme et la solidarité entre Amish mais aussi entre fermiers alternatifs s’organise.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. Les USA sont une immense dictature de la consommation des pesticides des armes et des médicaments, des engrais chimiques dont les lobbies gouvernent les USA. Entre la pharmaceutique destructrice, le business de l’armement, les médicaments dangereux, les pseudos vaccins qu’ils ont réussi à nous vendre en même temps que leurs virus de laboratoire ruine notre santé en annihilant les protéines ACE2 anti inflammatoire et la P53 anti oncogène . Après ils nous vendrons le vaccin anti cancers généré par le pseudos vaccin anti épidémie SARS COV 2. Le monde occidental prône la liberté des USA leur dollar hégémonique mais c’est une fausse liberté, ou la population est obligée de subir et manger ce que l’on vend. Dictateur au sein du gouvernement américain en alimentation et en santé, le tout orchestré par Anthony Fauci véritable despote aigri calculateur au 7 milliards de budget qui travaille pour la big pharma. Il vient de prendre sa retraite à 80 ans. Espérons que son successeur sera moins sectaire mais c’est peu probable la finance est partout et contrôle tout aux USA. De nombreuses plaintes et procès sont en cours contre le Dr Fauci et ses organisations. Les BRICS ont déposé une plainte devant l’ONU pour les guerres bactériologiques et virologiques initialisées par les USA avec des preuves accablantes notamment en Ukraine avec la mise en place de laboratoires à virus.

  2. Vous seriez bien aimable de nous présenter les vidéos traduites en Français, nous ne sommes pas tous amateur de l’anglais, « S’Kiouse My » Ah,Ah,Ah !!!!

    1. Bonjour P.L.C. Je vais tenter de t’aider concernant la traduction des vidéos You tube. D’abord, tu cliques sur le petit rectangle blanc des sous-titres situé en bas à droite de la vidéo. quand les sous-titres sont activés, un trait rouge apparaît sous ce rectangle blanc. Ensuite, tu cliques sur la roue dentée (paramètres) se trouvant à droite du rectangle blanc. Des annotations apparaissent alors au-dessus de paramètres. Tu cliques sur « Sous titres », puis sur « traduire automatiquement ». Une liste de langues au choix apparaît. Tu fais dérouler cette liste, puis Tu cliques sur la langue désirée. On y trouve les langues nationales les plus connues et quelques langues régionales comme Corse, Basque Catalan Créole haïtien, Gallois, Galicien, Gaëlique… je n’ai pas trouvé Breton, ce qui est en soit une injustice ! En principe, si la manip. marche du premier coup, la traduction en sous-titre, accompagne la vidéo. C’est une traduction phonétique, il ne faut pas être très exigeant sur l’orthographe et les accords. j’espère que cela répondra à tes attentes.

    2. Cliquez sur l’icône « sous-titres (c) » à gauche de la roue dentée en bas de la vidéo, puis dans le menu, choisir « Français » et le tour est joué.

  3. Tiens c’est bizarre, on accuse les Amish de ne pas passer par le circuit traditionnels de distribution mais qu’en est-t-il des musulmans US, sont-t-ils astreints aux normes d’abattage du bétail en vigueur chez nos « amis » ricains de mème que les dealeurs de came, suivent-t-ils la filière normale de distribution de leurs produits ? Le FBI n’a vraiment rien d’autre à foutre !

  4. et surtout de produire des produits sains , sans ogm ni antibiotiques, j’ai vu ces amish au usa et au canada, que des gens sensés même si je ne vivrais pas leur façon de vivre

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS