Hannan Serroukh : « Les indépendantistes catalans ne veulent pas faire face aux défis posés par l’islamisme » [Interview]

Entretien avec Hannan Serroukh, travailleur social et coordinatrice de l’espace d’études islamiques du GEES, en Espagne. Un entretien réalisé par  notre confrère Alvaro Pena (https://elcorreodeespana.com/) et traduit par nos soins.

Qu’est-ce que le GEES ?

Hannan Serroukh : Le GEES est un groupe de réflexion qui collabore avec les forces de sécurité de l’État et qui a été fondé par d’anciens membres de ces mêmes forces ayant une longue expérience du service public. Son directeur, Diego Miranda, m’a choisi pour travailler dans un domaine très spécifique : la sensibilisation à l’islamisme, bras politique et social du djihadisme.

Rubén Pulido, journaliste expert en immigration clandestine, a dénoncé l’arrivée de djihadistes en Europe dans ces flux migratoires. L’absence de politiques d’immigration sérieuses est-elle la cause de l’augmentation du djihadisme ?

Hannan Serroukh : Les lois sur l’immigration devraient être un élément de prévention, une bonne loi sur l’immigration qui est correctement appliquée et qui détermine si une personne remplit les conditions pour être un Espagnol, ce qui est légitime pour un pays. En d’autres termes, qu’est-ce qui fait de nous des Espagnols ? Il doit y avoir un élément commun qui nous identifie comme Espagnols : des racines sociales, culturelles et idéologiques. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

En ce qui concerne le djihadisme, nous devons faire la différence entre le djihadiste, membre d’un groupe terroriste armé, et l’islamiste, qui en est la branche politique. Il est vrai que les organisations terroristes profitent de la vulnérabilité des frontières pour entrer en Europe, mais si nous examinons les profils de la grande majorité des djihadistes et des islamistes, nous constatons qu’ils sont issus de l’immigration. Ils sont des enfants de l’immigration ou sont arrivés ici par le biais du regroupement familial. Mardi dernier, la France a pris un arrêté d’expulsion ferme à l’encontre d’un imam qui était là depuis plus de 30 ans. L’expulsion est due au fait qu’il promouvait ce qu’ils appellent le « séparatisme islamique » et était une menace pour la paix sociale. Lorsqu’il a été informé de son expulsion, l’imam s’est enfui en Belgique. Et cela se passe aussi en Espagne, nous avons deux cas, celui de Mohamed Said Badaoui et un autre à Vilanova de la Geltrú, avec un ordre d’expulsion administrative, mais pas parce qu’ils vont commettre un attentat, mais parce qu’ils menacent notre modèle social et politique.

Essentiellement parce qu’ils veulent construire une société islamiste.

Hannan Serroukh : C’est vrai, les quartiers islamisés, les zones dites « interdites », se développent autour de leaders comme eux. Ils forment des organisations islamiques multiculturelles pour enseigner leurs idées identitaires et politiques aux plus jeunes, sous le camouflage des valeurs islamiques, de l’éducation religieuse et même des cours d’arabe. Cela a des conséquences directes sur la société car ces jeunes sont particulièrement sensibles aux messages qu’ils trouvent sur les réseaux sociaux et, dans certains cas, comme à Barcelone, ils commettent même des attentats. Ces jeunes ne sont pas arrivés sur un bateau, ils sont nés et ont vécu ici. Ou comme dans le cas de ce jeune de 24 ans, né à Miami, qui n’a même pas lu les « Versets sataniques » de Salman Rushdie, mais qui est tellement sensibilisé à l’islam qu’il se sent obligé de se conformer à une fatwa émise il y a trente ans. Ce jeune homme n’a jamais été dans un pays musulman.

C’est une question complexe et l’une des plus grandes erreurs de l’Occident à l’égard de l’Orient est de ne pas avoir compris sa trajectoire ou son histoire. Par exemple, en Égypte, depuis 2013, les Frères musulmans sont considérés comme une organisation terroriste. La vidéo dans laquelle Nasser rit parce que les Frères musulmans lui demandent d’imposer le hijab aux femmes est bien connue. Cette vidéo devrait interpeller l’Occident, faire comprendre que le hijab est un instrument politique et ne pas permettre à un groupe comme les Frères musulmans de se répandre en Europe sous différents noms. En Espagne aussi, l’une de ses organisations les plus connues se trouve en Catalogne, la Jeunesse multiculturelle islamique, qui fonctionne selon les critères et les objectifs des Frères musulmans.

Les Frères musulmans sont financés par la Turquie, tout comme de nombreuses organisations « culturelles » sont financées par le Qatar, comme l’ont montré les fameux « Qatar Papers » publiés en France.

Hannan Serroukh : C’est exact. Tant la Turquie que le Qatar, par le biais de la « Qatar Charity », financent ces groupes, mais en outre, ces organisations reçoivent également des fonds européens et en viennent à avoir la capacité d’interférer dans la prise de décision. Pour moi, l’exemple le plus notoire est celui du Conseil européen qui fait campagne pour les jeunes et les identifie au hijab. Un autre exemple est celui de la Catalogne, où les organisations musulmanes ont fait pression pour l’approbation d’un protocole d’action pour la police lors de l’identification d’une personne dans la rue. Ce protocole est censé combattre les attitudes islamophobes et racistes. Le simple fait de l’approuver fait croire que notre police est raciste, ce qui est absolument faux, et le pire est que ce mensonge est accepté par le gouvernement catalan.

Hannan Serroukh : La Catalogne est la région la plus touchée par l’islamisme. Il y a quelques jours, la conseillère catalane pour l’égalité et le féminisme a rencontré Mohamed Said Badaoui, un salafiste qui fait l’objet d’un ordre d’expulsion. Comment expliquer cela ?

Plusieurs éléments se conjuguent ici. D’une part, il y a la croyance en Catalogne que l’État espagnol mène une persécution idéologique contre un militant, tout comme l’État persécute les militants indépendantistes. D’autre part, ils croient qu’en soutenant l’islamisme, ils gagneront plus de voix, et ce n’est pas le cas ; ce sont les islamistes qui utilisent toute fissure sociale, et l’indépendantisme en est une, pour atteindre leurs objectifs, et ils sont en train de les atteindre.

Dans le cas des islamistes qui doivent être expulsés, les indépendantistes ont demandé au ministre de l’intérieur Marlaska d’annuler l’ordre d’expulsion. Si Marlaska cède, il ruinera le travail de notre police et ce sera la première fois que l’Espagne cède à la pression politique de l’islamisme. L’alliance de l’islamisme et de l’indépendantisme aura des conséquences très graves.

En plus de ce soutien à l’islamisme, les partis indépendantistes présentent également des militants musulmans comme candidats…

Hannan Serroukh : Oui, parce que l’ERC (Gauche républicaine catalane) croit qu’elle consolide son projet en mettant des hijabs sur les listes électorales, alors que ce n’est pas comme cela que l’on résout les problèmes. C’est une idée raciste et classiste de penser que moi, en tant que musulmane, je préfère un hijab ou une mosquée à un quartier sûr. En tant que fille d’immigrés, je suis Espagnole et je me sens insultée et offensée par ces politiques simplistes. Pourquoi pensent-ils que je ne m’intéresse pas à la sécurité ou à l’économie ? Parce qu’en fait, ils prennent le discours des Frères musulmans pour argent comptant.

En fait, ils l’achètent parce qu’ils ne veulent pas faire face aux défis de l’islamisme, qui est une réalité politique et sociale dans notre pays. Et s’ils le faisaient, toutes les organisations qui vivent du discours du multiculturalisme et de l’islamophobie disparaîtraient. Elles ne sont qu’une chaîne de lobbies.

Un autre problème que nous avons également constaté en Catalogne est celui des mariages forcés. Une situation que vous avez vécue.

Hannan Serroukh : Oui, quand j’avais 14 ans, j’ai été la première à dénoncer cet islamisme et un mariage forcé qu’on voulait m’imposer. Pour moi, cette lutte est quelque chose de très personnel.

En Catalogne, le cas le plus récent et le plus médiatisé est celui des deux sœurs d’origine pakistanaise qui ont été mariées de force. Le mariage forcé a eu lieu ici, en Catalogne, et au Pakistan elles ont été assassinées pour avoir voulu quitter le mariage. Ce sont les autorités de ce pays qui ont signalé leur assassinat et, dans leur localité, elles ont refusé d’admettre l’existence des mariages forcés, car cela signifie reconnaître un problème. Mais nous avons un problème et il faut le traiter.

Cette inaction va-t-elle nous conduire à un scénario comme celui de la France dans quelques années ?

Hannan Serroukh : Pas dans quelques années, mais bien plus tôt. Nous avons déjà des réalités comme celles de la France, même si l’histoire de l’immigration y est différente. Mais il existe déjà des quartiers où les femmes ne sortent pas le vendredi pour ne pas provoquer les hommes qui vont à la mosquée, où elles doivent faire attention à qui elles parlent, à la longueur de leurs jupes, ou encore où elles doivent porter un hijab pour ne pas se faire remarquer. Une autre loi s’applique dans ces quartiers. Il s’agit d’une forme d’expulsion d’une culture pour en imposer une autre.

Le penseur David Engels affirme que c’est l’absence d’une culture forte en Europe qui conduit de nombreux immigrés à abandonner une mentalité d’intégration pour adopter une mentalité de conquête. Pensez-vous que cette affirmation soit correcte ?

Hannan Serroukh : Tout cela est lié à ce qu’on appelle la culture « woke ». Il est vrai qu’il existe un certain nombre d’élites sociales qui prônent le multiculturalisme dans les quartiers, mais elles vivent alors dans des environnements protégés. Les conséquences de cette idéologie progressiste, de la dilution de l’essence et des valeurs d’un pays, font que dans ces quartiers s’installe un autre modèle, plus solide et offrant des lignes directrices plus claires. Face à la destruction des valeurs et de l’identité occidentales, on se raccroche à quelque chose de solide. Dans l’Islam, on se raccroche à l’Umma, à la communauté des croyants, et cette communauté génère une force de pression sociale, communautaire et politique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Quand les politiques se sont aperçus, enfin, que l’islam pouvait créer quelques  » problèmes « , la partie était déjà perdue ! L’ Europe est en voie d’islamisation( Mohamed est le prénom le plus donné en Belgique..) et il est trop tard pour renverser la vapeur.
    Le choix est simple : soit l’Europe devient entièrement musulmane soit on aura une guerre de religion.

    1. Je dirai plutôt une guerre civile car, ne pas oublier les non religieux qui ne veulent pas plus devenir musulmans que chrétiens….

  2.  »La gauche française » soutient les musulmans parce que les musulmans ont  »le droit de vote » en France!..il ne faut pas donner la  »nationalité française » aux musulmans puisque les non-musulmans  »nés en Algérie » n’ont pas la  »nationalité algérienne »…Le laxisme de notre Justice et de nos gouvernants est RESPONSABLE des attentats que nous subissons et de l’insécurité grandissante qui règne dans notre pays!…

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS