Déjeuner Sarkozy-Zemmour : Quand la droite déjeune avec la droite

Mardi 6 septembre, Nicolas Sarkozy a invité à déjeuner dans ses bureaux de la rue de Miromesnil (Paris) Eric Zemmour. Pourtant ce ne sont pas franchement des copains. Lors de la campagne présidentielle, l’ancien président de la République avait critiqué la stratégie du candidat de Reconquête ! : « Toute ma vie, j’ai voulu élargir la droite, je ne peux pas aujourd’hui soutenir quelqu’un qui veut la rétrécir. On ne renverse pas la Tour Eiffel pour la poser sur un bout » (Le Figaro, jeudi 8 septembre 2022). D’après un cadre du parti, le nouvel objectif est tourné vers « la bataille des idées ». « Tous les partis sont des machines électorales, mais nous voulons dépasser ce simple cadre pour mener le combat culturel et idéologique au sens large », poursuit-il. Une stratégie basée sur trois piliers : les médias, le numérique et le terrain. Vaste programme !

Pour la première université d’été, Jacline Mouraud, ex-futur maire de Bohal (près de Ploërmel) et membre du comité politique pendant la campagne, était absente ; elle a retiré son soutien à Eric Zemmour, pointant du doigt un « mépris de la France populaire » et des « méthodes poutiniennes » (Le Figaro, mercredi 7 septembre 2022). « Jacline » s’aperçoit tardivement que les Gilets jaunes n’ont pas voté pour Zemmour à la présidentielle ; les classes populaires (ouvriers, employés, travailleurs indépendants) préféraient Marine Le Pen qui savait leur parler et ne tenait pas un discours libéral.

Un ancien cadre de Reconquête ! avait déjà dit tout le mal qu’il pensait de la boutique : « J’ai cru en Zemmour, mais quand j’ai vu qu’il gérait [le parti] comme une entreprise où on contraint des gens à faire ce qu’on veut, j’ai compris que ça ne marche pas. Ils ont tout piloté depuis Paris. Quand ça s’étoffe, il faut demander leur avis aux gens, mais ça n’a pas été fait ». Et le guérandais Jean Goychman, ancien chef du groupe Rassemblement national au conseil régional des Pays de la Loire, d’ajouter : « Reconquête ! est parti exactement sur les mêmes bases que les vieux appareils avec la petite cuisine et le réchaud. Et ça a foiré. » (Le Monde, samedi 14 mai 2022).

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

15 réponses

  1. Sarkozy « Français » et « de droite » ???
    C’est l’une des blagues les plus hilarantes que j’ai entendu cette année .

    Sarkozy est américain, saoudien, israélien, en aucun cas un ex-président Français.
    « métissage obligatoire, pas pour Israël, pas pour l’arabie saoudite »
    Son fiston est engagé dans l’armée Yankee et a fait allégeance aux USA
    Sa femme, chanteuse aphone s’exprime publiquement par écrit sur « le vieux sang pourri des Français »

    Les électeurs du socialiste immigrationniste Sarkozy ne voteront jamais pour un malpensant comme Zemmour, par contre les électeurs de Zemmour pourraient migrer vers Sarkozy par « vote utile »
    Donc d’après-vous qui avait tout à gagner et qui avait tout à perdre en se compromettant à cette rencontre ?

    En sus viennent des réalités confessionnelles, cette rencontre est là aussi matière à alimenter les suspicions justifiées de bien des gens .
    J’ai bien dit justifiées, en raison de l’accumulation éhontée d’un certain suprémacisme très vindicatif, inquisiteur, directif et d’une omniprésence généralesque permanente de « ALLEZ EN GUERRE ON L’EXIGE » : attali, BHL, conandit, gluxmann père et fils, enthoven, le kapo mendes france, fabius, khalifat, etc etc etc sur des centaines de lignes .

  2. Vraisemblablement les choses sont allées trop vite pour Eric Zemmour qui n’est pas arrivé à se fondre dans le costume d’un candidat à la Présidence de tous les français. Pourtant son témoignage a été un soulagement pour beaucoup de nos concitoyens, Même si ces derniers ont finalement mis en doute ses compétences à gouverner. Le parti est très récent, pas encore stabilisé. La suite nous éclairera…Merci cependant à lui d’être intervenu même si ce fut parfois avec maladresse.

    1. EZ a surtout été massacré par les médias.
      Et MLP a refusé de démarrer une alliance alors que « l’union fait la force ».
      A eux d’eux ils auraient pu éreinter LREM en publiant le bilan du young global leader de Davos, et en convenant d’une plateforme commune.

    2. « maladresse »? moi je n’ai vu que le souci de ne pas déformer les faits constatés mais pour accepter d’entendre la réalité encore faut il ne pas être trop formaté par radio Paris

  3. M. Sarkozy est vraiment mal placé pour faire la leçon à E. Zemmour. Comme beaucoup de ses prédécesseurs dans le monde politique qui se qualifie de droite, il n’a été qu’un digne successeur des patrons de ce qui avait été qualifié à juste titre d’UMPS (Ali Juppé et ses « accommodements raisonnables » par exemple) en trahissant ses électeurs : malgré le vote défavorable sur le traité de Lisbonne, il s’est empressé de faire adopter celui de Maastricht, nous attendons toujours de voir la couleur de sa Kärcher, etc.

  4. Sarkozy n’est pas de droite ! Il est pour un Etat dirigé par ses fonctionnaires, donc non démocratique, comme la plupart des autres partis. Par ailleurs il a modifié la constitution pour passer outre au vote des Français sur la constitution européenne, avec le soutien de l’ensemble des députés. Le traité de Lisbonne, c’est l’Europe des fonctionnaires, sans frontière, sans histoire, sans religion commune. La vraie droite c’est le FN, le RN, Dupont-Aignan, etc. des partis qui arrivent à émerger sans les financements occultes pris sur nos impôts.

  5. étonnant que zemmour perde son temps avec un minable macroniste. je serais curieux de savoir ce que z a appris

  6. Sarkozy de droite? Pour qu’un politicien soit de droite, il faudrait qu’il y en ait une. Maurras était de droite, Bainville était de droite. La droite est morte et enterrée depuis la fin de 2eme guerre mondiale. (2eme, pas seconde, car la 3eme est route) Il n’y a depuis, qu’une alternance sociale-démocrate et démocrate-sociale. (Démocrate dans le sens Crasseux du terme).

  7. Je ne sais ce que Zemmour est allé faire avec ce traître ? A part des origines communes, ils sont aux antipodes… du moins je l’espère !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !