Italie. Tentant de violer une fillette, un clandestin africain essuie la colère populaire

Italie

En Italie, pays où vient de triompher Giorgia Meloni lors des élections législatives, la coupe du « vivre ensemble » est pleine ! Comme en témoigne cette réaction populaire à Rome après qu’un clandestin africain a tenté d’agresser sexuellement une fillette de 11 ans.

À Rome, le clandestin africain s’exhibe devant un enfant

À croire que les sociétés multiculturelles ont la fâcheuse tendance à devenir multi-conflictuelles… Et l’Italie ne semble pas échapper à cette règle. Il y a quelques jours, le 24 septembre, un migrant africain a été accusé d’avoir tenté de violer une fillette italienne âgée de 11 ans dans le quartier Centocelle, à Rome.

Selon les premiers témoignages, l’Africain en question, âgé de 25 ans, se serait déshabillé devant cette très jeune mineure, exhibant ses parties intimes devant le bar tenu par la mère de celle-ci. La mère est alors sortie et a commencé à invectiver l’individu. Rapidement, un attroupement d’une dizaine de personnes (des clients de l’établissement) s’est formé spontanément et le migrant, après avoir tenté de fuir, a été bloqué par des Italiens venus épauler la mère de famille.

Après avoir reçu des coups, l’Africain est tombé au sol. Surveillé par les passants, l’homme a ensuite été interpellé par des carabiniers de la station de Tor Sapienza pour tentative de violences sexuelles sur mineur.

En situation irrégulière et déjà condamné

Mais cette affaire n’en est pas restée là : les policiers italiens sont également à la recherche des passants qui auraient manifestement eu le tort de vouloir se faire justice eux-mêmes en frappant cet extra-européen désirant s’en prendre à la fillette.

Par ailleurs, l’affaire a également enflammé les réseaux sociaux italiens après qu’un voisin témoin de la scène a dénoncé la « violence aveugle » des personnes ayant pris la défense de la jeune italienne et de sa mère face au migrant. De nombreux internautes, en désaccord avec ce point de vue, ont quant à eux trouvé légitimes les représailles contre l’Africain.

Il est également à noter que l’homme interpellé a déjà été condamné à plusieurs reprises par le passé. Pour compléter le tableau, ce migrant se trouve être en situation régulière sur le territoire italien n’était donc pas censé se trouver à Rome au moment des faits mais aurait dû être expulsé.

42 % des viols commis par des migrants en Italie

Enfin, nous pouvons aussi relever que la presse mainstream italienne, à l’instar son homologue française, est elle aussi largement muselée par le politiquement correct. Ainsi, pour le quotidien La Repubblica, le problème n’est pas le harcèlement sexuel en plein jour d’une petite fille de 11 ans mais le fait que des personnes soient intervenues afin de stopper le clandestin incriminé.

Pourtant, tout comme en France, certains chiffres sont particulièrement révélateurs de l’autre côté des Alpes : en 2019, une information rapportait que 42 % des viols et des violences faites aux femmes étaient le fait de migrants. Ces mêmes données provenant du ministère italien de l’Intérieur démontraient aussi que les femmes italiennes étaient bien plus sujettes à être victimes de harcèlement sexuel et d’agressions sexuelles que les femmes étrangères.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Threecharlie) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

    1. 42% des viols sont le fait de migrants et la police recherche activement ceux qui auraient peut-être porté des coups à cet extra européen comme on dit en politiquement correct ! L’ Europe laisse envahir nos pays volontairement et amène toutes les causes futures d’une guerre civile….

  1. décidément Domper, vous me plaisez de plus en plus…… Ceci dit peut-être qu’il aurait été possible de neutraliser cet homme sans trop l’amocher physiquement.Pour ce qui est de la guerre civile je le crains pour la france aussi.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS