Le Manx (Mannois), langue autrefois en voie de disparition, reprend du souffle sur l’Ile de Man.

Après avoir été presque réduit au silence, le Manx (mannois) connaît un renouveau sur l’île de Man, grâce notamment à une école primaire et à des parents passionnés.

Il s’agit notamment de l’école de Bunscoill Ghaelgagh. Il y a un peu plus de dix ans, l’UNESCO a déclaré la langue éteinte, ce qui a fortement déplu aux élèves de l’école. Pour faire valoir que la langue était loin d’être morte, ils ont écrit une lettre à l’organisme des Nations unies – en mannois.

« Elle était en quelque sorte au bord du gouffre, mais nous l’avons ramenée à la vie », déclare Julie Matthews, directrice de l’école, au New York Times, elle qui a noté que les efforts déterminés de ses élèves ont incité l’UNESCO à classer le manx dans la catégorie des langues « revitalisées ».

L’école, qui compte 53 élèves, n’est qu’une des nombreuses façons de maintenir la langue en vie sur l’île, située en mer d’Irlande entre le nord de l’Angleterre et l’Irlande.

« Nous essayons de la rendre accessible à tous », a déclaré Ruth Keggin Gell, responsable du Manx language development officer at Culture Vannin, une fondation créée par le gouvernement de l’île, une dépendance autonome de la Couronne britannique qui ne fait pas partie du Royaume-Uni, mais dont les résidents sont des citoyens britanniques.

« Peu importe que vous ayez décidé de vous installer hier sur l’île de Man« , a ajouté Mme Keggin Gell. « Si vous voulez apprendre le mannois, vous avez frappé à la bonne porte ».

L’UNESCO s’est donc bel et bien trompée en 2009 en déclarant que le manx était mort. Pendant des siècles, le manx – qui fait partie de la famille des langues celtiques comme le breton, le gallois, l’irlandais et le gaélique écossais – a été le moyen de communication quotidien des habitants de l’île. Mais au XIXe siècle, la langue anglaise l’a supplanté et de nombreux habitants de l’île de Man ont élevé leurs enfants dans la seule langue anglaise, dans un contexte d’attitude de plus en plus dérogatoire, voire hostile, à l’égard du manx.

Mais alors même que l’usage de la langue déclinait, des personnes se battaient pour sa préservation. La Manx Language Society a été fondée dès 1899 et, à la fin des années 1940, des efforts ont été déployés pour enregistrer les derniers locuteurs natifs du manx. Dans les années 1960, les efforts de renaissance ont commencé pour de bon, et l’avènement des nouvelles technologies a permis aux locuteurs de se connecter en ligne, de numériser les anciens textes et de partager la musique et la littérature manx.

La survie du mannois au XXIe siècle témoigne du fait que l’île se considère comme un lieu à part, avec sa propre identité – et son autonomie politique. Un rappel de cette autonomie est visible juste en face du Bunscoill : La colline de Tynwald, lieu de rassemblement de l’île depuis au moins le 13e siècle, est toujours utilisée pour une réunion annuelle en plein air du Parlement de l’île.

Même si la langue n’est parlée que par une fraction de la population, son empreinte est visible pratiquement partout, notamment sur les pierres tombales portant des inscriptions en mannois, les noms de lieux et les panneaux routiers. Partout sur l’île, les gens essaient d’intégrer le mannois dans leur vie quotidienne : de nombreux adultes prennent des cours de mannois et des groupes de musique en langue mannoise se produisent dans les pubs. Chaque année, en novembre, l’île organise le Cooish, un festival de cinq jours consacré à la langue et à la culture manx.

Selon le dernier recensement, environ 2 200 personnes sont désormais capables de parler, de lire ou d’écrire en mannois, et l’objectif du gouvernement est de voir ce nombre plus que doubler au cours des dix prochaines années.

Crédit photo : Wikipedia (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS