Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Netflix, un dessin animé de propagande trans à destination des 3-6 ans annulé

Face aux polémiques, Netflix a annulé en catimini la reconduction d’une de ses productions pour la jeunesse, jugée trop woke par de nombreux parents. Cet acharnement à vouloir à tout prix gagner des enfants toujours plus jeunes à la propagande LGBT, semble avoir de plus en plus de mal à passer.

-Pour que je me sente vraiment moi-même, je me fais appeler Fred. C’est parce que je suis non-binaire. Et Fred ça sonne aussi bien pour un garçon que pour une fille. Et je préfère qu’on dise “eux” ou “ils” au pluriel, parce que quand on me parle et qu’on me dit “il” ou “elle”, je ne me reconnais pas du tout.

-Ooh, je n’étais pas au courant… Pas étonnant que tu n’étais pas dans ton assiette ! Comment voulais-tu réussir à mener convenablement le troupeau sans être toi même ? Je te demande pardon si je n’ai pas utilisé le bon prénom et le bon pronom depuis tout à l’heure, mais merci à toi de m’avoir ouvert ton cœur.

Tel est le dialogue incriminé dans un épisode de Ridley Jones, La protectrice du musée, un dessin animé produit par Netflix destiné aux enfants de 3 à 6 ans. La série vante son soutien à la cause LGBT depuis le début : la fillette protagoniste vit sans père, avec sa mère et sa grand-mère, une autre a deux papas qui sont ouvertement en couple. Le petit bison qui fait son coming out non-binaire semble être le coup final de la série, tant il a été perçu comme une tentative d’endoctrinement aux théories transgenres.

Endoctrinement dont se défend sa créatrice Chris Nee… qui n’est pourtant pas sans savoir que les enfants, surtout à cet âge, s’identifient et héroïsent les protagonistes. La rhétorique est toujours la même, il s’agirait d’ouvrir les enfants à la diversité du monde avec en arrière fond la théorie woke de l’autodétermination : chacun peut être ce qu’il souhaite, le sexe biologique n’existe pas mais a été “assigné à la naissance”, parfois injustement. Il faudrait donc s’en libérer dans un acte d’autodétermination comme l’a fait le petit bison Fred, véritable héros.

La question des pronoms n’est pas anodine, c’est une pierre angulaire du transactivisme, une première étape dans la normalisation de ce concept malsain selon lequel sexe et genre “perçu” ne sont pas forcement en adéquation chez une même personne. C’est insinuer le doute sur une névrose qui ne concerne pas un enfant de cet âge, lui imposer un questionnement auquel il n’aurait pas pensé de lui-même.

Le fait de lui demander “par quel prénom veux-tu être appelé ?” le force à réfléchir à sa propre “identité de genre”, sépare mentalement sexe et réalité biologique pour convaincre à la théorie de l’assignation à la naissance.

Or, derrière le tollé provoqué par l’audimat de Ridley Jones se cache le sentiment grandissant chez de nombreux parents n’ayant jusque-là pas vraiment d’avis sur la question ou se considérant même progressistes, que l’on essaie d’insuffler à des bambins des dogmes d’adultes névrosés. Que promouvoir l’idée qu’une “inadéquation entre le sexe et l’identité de genre” d’un individu peut être médicalement et chirurgicalement corrigée signifie rendre des enfants sains dépendants à vie de l’industrie pharmaceutique. Que la tâche du divertissement télévisé est de divertir, non d’éduquer.

Une prise de conscience instinctive, parfois non formulée, mais bien réelle.

Audrey D’Aguanno

Photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Netflix, un dessin animé de propagande trans à destination des 3-6 ans annulé”

  1. Le Polygraphe dit :

    Nous pendrons les corrupteurs avec leurs viscères et nous disperserons leurs cendres dans des champs d’épandage.
    Merci Audrey.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal, Société, Tribune libre

Body shaming, ou la fausse sororité : les femmes sont bien pires que les hommes ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, International

Julian Assange : le révoltant destin d’un homme libre ou l’hypocrisie des démocraties occidentales

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

18 suspects présumés liés au terroriste islamiste de Bruxelles. Fin du mythe du “déséquilibré”

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

“Le patriarcat n’existe pas”. Anne Trewby revient sur la construction d’un mythe [Interview]

Découvrir l'article

Sociétal

La fin du sexe en France. Qui est le coupable ? [vidéo]

Découvrir l'article

Tribune libre

Adieu Thaïs d’Escufon. Vous vous êtes fourvoyée, et c’est bien dommage

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Chaos migratoire à Mayotte : retour sur une annexion ubuesque

Découvrir l'article

Immigration, International

Viol collectif sur une mineure de 13 ans : le lien entre immigration et violence sexuelle enfin admis en Italie

Découvrir l'article

Insolite, Société

Fleximan, l’Italien qui détruit les radars est devenu un héros national [vidéo]

Découvrir l'article

Insolite, Sociétal, Tribune libre

Un champion de MMA démonte un journaliste pro-LGBT : voilà comment il faut répondre ! [vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍