Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Saint-Nazaire : une famille parisienne veut sacrifier des terres agricoles pour bâtir un lotissement !

Une affaire défraye actuellement la chronique à Saint-Nazaire : une famille de Rambouillet souhaite construire un lotissement de 6 maisons à l’Immaculée ! Or, le secteur est déjà fortement urbanisé et les terres agricoles sont de plus en plus grignotées par l’urbanisation moche. De surcroît, ce projet sent plus la spéculation immobilière que la volonté de participer à la vie du pays.

Fort logiquement, le maire de Saint-Nazaire David Samzun, avait pris un arrêté s’opposant à la construction de ce lotissement près du Bois Joalland. Selon l’édile, ce lotissement serait en contradiction avec le règlement de la zone agricole du Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de la Carène, la com-com de la cité portuaire. Les élus nazairiens s’étant, par ailleurs, fixé l’objectif de réduire de 35% les surfaces agricoles consommées, ce lotissement entrerait en complète contradiction avec cette volonté de freiner l’artificialisation des terres. En effet, dans ce coin de Bretagne, la bétonisation et la goudronisation (la 4 voies allant de Nantes à La Baule traverse ce secteur) sont en train d’édifier une métropole balnéaire ininterrompue entre l’ouest de Saint-Nazaire et Pornichet-La Baule-Le Pouliguen-Batz-Le Croisic.

A part un dernier carré d’arbres dans le coin d’Ermur-La ville és Mahaud, il n’y a, pour ainsi dire, plus aucune zone boisée dans ce secteur. Un contraste parfait avec le côté nord de la 4 voies où l’urbanisme n’a pas encore défiguré le paysage.

Au sud de la D213, les zones vertes sont des champs ou des “zones végétalisées”. Il ne reste plus d’aires forestières

Mécontente de ce classement lui empêchant d’engager les travaux, la famille parisienne a choisi d’attaquer la décision de la mairie au tribunal administratif ! Le jugement sera rendu avant la fin du mois. Vous avez dit colonisation par le haut ?

Crédit photo : Google Map

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

21 réponses à “Saint-Nazaire : une famille parisienne veut sacrifier des terres agricoles pour bâtir un lotissement !”

  1. le Maire de Saint Nazaire n’est pas en reste pour urbaniser tout ce qu’il peut . je pense au lotissement futur en bordure de la zone humide jouxtant les étangs de Guindreff .

  2. alienor dit :

    dans mon coin, il y a aussi en construction un lotissement de 6 maisons à la place de terres agricoles, merci au maire …..quand il n’y aura plus de nourriture, on pourra bouffer le béton !
    morbhina limite cotes d’armor

    • Mullot dit :

      Notre pays e veux plus d agriculteurs plus de betteraves bientôt plus de blé et maintenant tout nos récoltes partent dans les methaniseurs pour produire du gaz ou du courant donc conclusion mieux vendre les terres qui ne sont plus des terres pour nourrir le peuples.

  3. Peluchon dit :

    La ZAN Devient du fachisme ,on peut très bien faire des lotissements avec jardins arborés pour préserver la bio diversité,obligatoire à la construction. Un jour le problème de la volonté des Français d’avoir sa maison avec jardin va faire exploser un mécontentement, car aujourd’hui seuls les immeubles déjà sur terrain bâti est la seule solution qui ne va dans le sens de la demandez Malheureusement le tribunal Admistratif va retoquer la demande de construction, expérience déjà faite au tribunal administratif très respectueux de la tendance eco-vert aujourd’hui.

    • VINCENT dit :

      Quelle manipulation de la vérité de la part de Breiz-info ! Pour ce que j’en sais, ce tenement foncier était constructible et je n’imagine pas que cette famille, quelle que soit sa condition de richesse, ait pu s’investir et faire appel à un géomètre pour obtenir un permis d’aménager en zone agricole ou naturelle. Si je me souviens bien, j’ai vu ce P.A délivré en son temps au nom de Beuvelet, une branche de la famille de notre très chère Florence….
      Cette histoire me paraît ne s’expliquer que par un énième revirement de la doctrine municipale en matière d’urbanisme, comme souvent pour des raisons opportunistes, voire clientélistes car cette zone était précédemment classée Ub2 donc constructible ! C’est tellement à la mode de montrer du doigt les riches, c’est un pauvre qui vous le dit. Comme quoi, il faut chercher à comprendre avant de se fier à de pseudo journaleux !

      • Pascal BEUVELET dit :

        Merci pour ce commentaire de bon sens. Notre famille réagit en utilisant les moyens de droit mis à la disposition de tout citoyen qui entend contester une décision entachée par une « erreur manifeste d’appréciation ».
        En l’état il s’agit du déclassement d’un terrain classé constructible pendant plus de trente ans, devenu subitement inconstructible.
        Nous sommes convaincus que le juge du droit nous donnera raison même s’il nous contraint à un arbitrage du tout dernier ressort.

  4. Tual dit :

    Déjà trop de béton et tout ça pour des parisiens qui veulent spéculer. Contruire oui mais avec des règles claires et que cela profite au moins aux jeunes qui travaillent sur Saint Nazaire et qui aujourd’hui ne trouvent plus de logement à acheter (trop chers) ou à louer

  5. Garnier dit :

    Donc quand ces des parisiens ont attaque,mais pas quand ces les grand bourgeois de Nantes ?????
    Journaliste a deux vitesses dit donc !

    • Gérard. Lemoigne dit :

      Vous parlez d’une terre agricole 5000 m2 vous allez cultiver quoi sur cette surface même un tracteur aura du mal à maneuver, pourquoi ne pas donner des terres souvent sur plusieurs hectares en jachère, quand à la 4 voies Nantes /saint Nazaire elle était devenue indispensable l’ancienne trois voies était très dangereuse avec un nombre impressionnant d’accidents mortels, alors par pitié ne dites pas n’importe quoi !!!! Attaquez vous plutôt à toutes ces constructions en front de mer tant apprécié des maires !!

  6. balaninu/pontaven dit :

    Quand on met du béton avec des maisons attention aux inondations…. héhéhéhhé bande de margousins construire pour faire habiter qui ? hein ? des richemanes avec même pas l’intention de louer à des autochtones qui eux ne peuvent même pas avoir le “luxe” d’avoir un toit A l’ANNEE !!!! voleurs qu’ils sont mais tout cela se paiera un jour !!!! et c’est eux qui vous parlent d’écologiiiiiiiiiie ?

  7. Christian Robin dit :

    Cet article est foutraque, car dépourvu du moindre élément de droit de l’Urbanisme..aucun attendu motivant le refus…Soit ce terrain est en U, le Maire a tort de refuser, soit il est en A, agricole, ou N, Naturel, ou grevé par la Loi Littoral, ou en extension d’urbanisation, ou non en Secteur Déjà Urbanisé, etc…et cette famille peut Vouloir tout ce qu’elle souhaite, le Maire a raison.
    Les griefs issus des commentaires, Parigots, Spéculation bétonnisation etc ne sont pas des arguments de droit, mais des opinions….😁😁

    • Pascal BEUVELET dit :

      Merci pour votre analyse et votre conclusion. Nos parents ont acheté (1950) ce terrain impropre à l’agriculture à des agriculteurs ! Il y a plus de trente ans la municipalité de Saint-Nazaire l’a classé en zone U constructible du POS et ensuite du PLU. Lors de la transformation du PLU en PLUI cette parcelle a été déclassée de la Zone Urbaine pour être reclassé en Zone Agricole. Dès lors nous considérons qu’il s’agit en droit d’une « erreur manifeste d’appréciation” d’ailleurs parfaitement évidente pour celui qui prend la peine de se rendre sur les lieux.

  8. bruno richard dit :

    Bonsoir à tous

    Mois j’ai donc 15 000 m2 constructible et puis 4 ans après non
    Constructible je me suis manifeste
    Et il et constructible
    Je suis entreprise de travaux publics et masonnerie

  9. Colin dit :

    Je suis native de Saint-Nazaire, cela fait maintenant 51 ans que je vois ma ville se bétonner, raser les maisons pour en faire des immeubles ! Quand je suis dans mon jardin et je peux taper la discute avec les 12 habitants de l’immeuble d’en face parce que leur balcon donne sur ma terrasse ! Stop !! Arrêtez !!

    • Delécluse dit :

      et ces centaines de logements autour de la poste?? quid du trafic voitures dans ces petites rues? pourquoi pas l espace vert demandé par tout le.monde?

  10. VINCENT dit :

    Il faut savoir que la ville de Saint-Nazaire se trouve en quatrième position d’une liste “noire” des villes françaises qui dérogeraient le plus aux règles d’urbanisme qu’elle a édictées. Et vous voulez qu’elle soit encore plus restrictive ?!
    Vraiment, cette ville commence à puer à force de naviguer en eaux troubles !

  11. Frederic dit :

    Mr Samzun, vous êtes quand même un gros hypocrite
    Quand ont vois ce que vous faites dans votre ville 🤔

  12. Al dit :

    Il est triste de voir un tel article calomnier des gens honnêtes qui n’ont eu pour seule faute, de déposer un permis de construire pour un terrain constructible au même moment ou le plui allait être revu le faisant passer de constructible à non constructible. Effectivement ce terrain était constructible et est passé en peu de tps non constructible sans aucune justification car ns savons bien qu’à st nazaire la mairie a tous les droits sauf celui d’être juste. Allez savoir pourquoi ! De plus, la mairie n’en est pas à sa première décision stupide et intéressée qui ne cache plus les ambitions malsaines des gestionnaires de la ville. Il y a encore peu de tps, il était question de terres agricoles louées par la ville à un agriculteur du coin qui ont failli être transformées en parking pour les amis de la mairie qui n’avait plus de place pour accueillir leurs clients dans leur salle des fêtes et devinez où ? Pas très loin de ce même terrain qui est aujourd’hui, soit disant un terrain agricole. Des histoires comme celle la il y en a d’autres, à charge des pseudo journalistes de faire un vrai travail de journalisme et non pas un travail de décrédibilisation d’une famille qui n’a jamais rien demandé si ce n’est le droit d’être respectée. J’espère que les nazairiens et nazairiennes vont se réveiller aux prochaines municipales et élimineront ce fléau du clientélisme qui gangrène le développement de la ville dans tous les domaines. Merci encore aux supers journalistes. Encore un article ou deux et logiquement vs serez reçus comme des rois à la mairie

  13. Fantini therese dit :

    Il n’y a pas de terrain à côté de Rambouillet ?

  14. Jef dit :

    Je croyais qu il y avait une nouvelle interdisant l artificilation des terres pour éviter la disparition des terres agricoles

  15. BEUVELET Pascal dit :

    Juste quelques mots pour éviter les préjugés et autres présupposés.

    La famille BEUVELET est nazairienne depuis largement plus d’un siècle.
    Ma grand-mère est née en 1896 à Saint-Nazaire. Elle se marie en 1916 avec Victor BEUVELET Nazairien. Depuis cinq générations nos ascendants sont nés et ont travaillé à Saint-Nazaire où ils sont enterrés dans les cimetières de Toutes Aides et La Briandais.
    Aujourd’hui encore quasiment toute notre famille habite et travaille à Saint-Nazaire.
    En réalité je suis le seul à avoir émigré à Rambouillet. J’ai une maison à l’Immaculée où j’ai le privilège de payer une taxe foncière majorée de 60%. Je suis donc un excellent sponsor de notre commune.

    Concernant le terrain de 5 000 m² sis à la butte de Trégouet, il est dans notre famille depuis 1950, date à laquelle mes parents l’ont acheté ainsi que d’autres parcelles limitrophes à des agriculteurs !
    Et pour cause, ces terrains étaient alors une futaie totalement impropre à la culture. Nos parents y ont construit leur maison en 1955.

    Aujourd’hui cernée de toute part de maisons individuelles cette parcelle a encore moins de vocation à devenir agricole. C’est ce qu’on appelle en urbanisme une « dent creuse » qui pendant plus de trois décennies était classée au POS et en suite au PLU en zone U constructible puisque situé en territoire urbain disposant avec un accès route de Guérande de tous les équipements de voirie nécessaires (Réseau d’eau potable, réseau d’eau usée, électricité et gaz).

    Lorsque nous avons déposé notre permis de lotir nous ignorions la publication, quelques jours avant, du nouveau Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) déclassant notre terrain de zone urbaine constructible en zone agricole inconstructible.
    En l’état notre famille estime que les autorités qui ont conçus le PLUI ont commis une erreur manifeste d’appréciation.
    Dès lors, le recours à la justice étant un droit fondamental indiscutable nous sollicitons l’arbitrage juge.

    Pascal BEUVELET

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

ST-NAZAIRE

Incendie volontaire et coups de feu à Saint-Nazaire : Un appartement visé dans un quartier Ouest

Découvrir l'article

Ensauvagement, Immigration, Local, Société, ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : “Sales Français, je sais où vous habitez, je vous retrouverai”

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : les travailleurs de l’industrie en danger ?

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Trafic de cocaïne à Saint-Nazaire : deux nouvelles peines de cinq ans de prison pour des dockers

Découvrir l'article

Ensauvagement, Local, Société, ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : un individu tente de mettre le feu à un magasin du centre-ville

Découvrir l'article

Sport, ST-NAZAIRE

Volley-ball. St-Nazaire affrontera Tours en finale de la Marmara SpikeLigue

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Spectacle de Dieudonné près de Saint-Nazaire : La liberté d’expression triomphe face à la tyrannie républicaine

Découvrir l'article

ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire (44) : une femme agressée par un homme de type nord-africain, puis secourue par trois cyclistes

Découvrir l'article

Justice, Local, Société, ST-NAZAIRE

Saint-Nazaire : il revient de la mosquée et…trouve 1kg de cannabis !

Découvrir l'article

Sociétal

Trafic de cocaïne dans les ports bretons : Sortie d’une enquête sur les sources et les réseaux

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky