« La gauche italienne, par pur intérêt politique, brandit le spectre du “fascisme”, alimentant ainsi la fracture sociale entre les Italiens » : Entretien avec Rachele Mussolini.

Rachele Mussolini est conseillère municipale de Rome pour Fratelli d’Italia depuis 2016. Notre confrère Alvaro Pena a réalisé un entretien pour The European Conservative que nous avons traduit et que nous vous proposons ici.

Plus de sept mois se sont écoulés depuis la victoire du centre-droit et, malgré l’hystérie de la gauche, il n’y a pas eu de nouvelle “marche sur Rome” et l’apocalypse n’est pas arrivée.

Rachele Mussolini : Au cours de ces sept mois, le nouveau gouvernement de centre-droit démocratiquement élu a été mis en place. Il convient de noter que ces dernières années, les gouvernements ont été formés par des accords politiques qui ne reflétaient pas la volonté du peuple. Cependant, au cours des derniers mois, le gouvernement a fait de nombreux pas en avant, concentrant l’action politique sur une vision structurelle et à long terme, d’une manière différente des gouvernements précédents. Cela est possible parce que le centre-droit est une coalition cohérente et déterminée, et que sa durée prévue est de cinq ans, sauf événements imprévus. Il y a donc une grande volonté de bien faire et que le changement soit perçu à l’étranger aussi, parce que l’Italie est un grand pays qui mérite d’être vu pour ce qu’il est.

Vous avez particulièrement souffert de la campagne de diabolisation, mais vous avez été le conseiller municipal le plus voté à Rome. Votre nom de famille a-t-il encore du poids ou ces campagnes touchent-elles de moins en moins les électeurs ?

Rachele Mussolini : Bien que j’aie souffert des effets de la campagne de peur, j’ai été le conseiller municipal le plus voté à Rome, même si mon nom de famille reste un sujet sensible. Lors de ma deuxième campagne électorale, je me suis présentée avec le même dynamisme et la même passion qu’en 2016, et j’avais acquis une plus grande conscience des défis auxquels j’allais être confrontée. J’ai également été surpris par le résultat que j’ai obtenu, à savoir devenir le conseiller le plus voté à Rome, avec une large marge par rapport aux autres candidats. Cependant, après ce grand succès, il y a eu les critiques habituelles concernant mon nom de famille et le fait que je n’ai obtenu tous ces votes qu’en raison de ma filiation.

La réalité est tout autre, tout a été utilisé pour attaquer mon succès électoral et par conséquent mon parti politique, bien que je me demande, au vu des mauvais résultats, si cette gauche veut continuer cette triste farce. Prenons mon propre cas : lors de ma première candidature, j’ai obtenu environ sept cents voix, alors que lors de ma deuxième, j’en ai obtenu pas moins de huit mille six cents ! Il est clair que pendant les cinq années que j’ai passées dans l’opposition, de 2016 à 2021, j’ai fait un travail très apprécié par les citoyens de Rome.

Il est curieux que la gauche se souvienne avec une telle ferveur de ce qui s’est passé il y a 100 ans, mais qu’elle ait encore du mal à reconnaître les victimes du Foibe ou d’assassinats tels que le massacre de Primavalle, commémoré il y a quelques semaines. Hypocrisie ou fanatisme ?

Rachele Mussolini : En fait, ce que je constate, c’est qu’il y a deux poids, deux mesures, qu’il y a des victimes de première et de seconde zone. D’autre part, j’aimerais qu’il y ait une réconciliation nationale, car beaucoup de temps s’est écoulé depuis les événements en question. Je crois que c’est absolument nécessaire et pas seulement pour les questions sociales ; en fait, nous sommes proches d’un changement drastique dans le scénario global et cela exige, si nous ne voulons pas être dépassés par les événements, que certaines divisions qui ancrent les Italiens dans le passé et qui ne permettent pas à l’Italie de continuer à grandir, soient mises à terme.
Bien sûr, ceux qui nous préfèrent faibles encouragent ce genre de fissures. Les partis de centre-droit l’ont bien compris, contrairement à la gauche italienne qui n’a pas saisi l’ampleur du problème et préfère, par intérêt purement politique, agiter le spectre du “fascisme”, alimentant ainsi la fracture sociale entre les Italiens. Je suis toujours étonné de voir que la gauche italienne continue de recourir à cet argument dans les campagnes électorales, qui est objectivement dépourvu de toute critique réelle.

Vous en êtes à votre deuxième mandat de conseiller municipal de la ville de Rome, actuellement gouvernée par la gauche. Quelle a été votre expérience au cours de ces années ? Quels sont, selon vous, les principaux problèmes de la ville éternelle ?

Rachele Mussolini : J’en suis à mon deuxième mandat, malheureusement toujours en tant que conseiller municipal d’opposition. Notre politique, en tant que groupe capitolin de Fratelli d’Italia, est constructive et vise à proposer des solutions concrètes aux problèmes de la ville. Malheureusement, depuis plus de 10 ans, les problèmes de la capitale sont toujours les mêmes : il y a de graves problèmes de ramassage des ordures et de décence urbaine, des problèmes de sécurité et un service de transport public inadéquat. Mais nos propositions pour améliorer les problèmes critiques restent le plus souvent lettre morte. Aux problèmes qui se sont accumulés au fil des ans, s’ajoute la décision du maire de bloquer, à partir de 2023, l’accès à la quasi-totalité de la ville aux véhicules définis comme “non verts”. Il s’agit d’une question très sérieuse qui affecte non seulement les citoyens de Rome, mais aussi la partie la plus vulnérable de la population.

Dès le début, j’ai pris fermement position contre ce projet, en exprimant mon désaccord, à la fois à la mairie et sur les différents réseaux sociaux, ce qui m’a valu un grand nombre d’adeptes.

Malheureusement, les problèmes ne sont pas résolus, ils s’aggravent ; en bref, le maire Gualtieri, principal représentant de la gauche italienne, ne fait pas du bon travail.

Dans de nombreuses capitales européennes, la gauche veut imposer le modèle de la “ville en quinze minutes”. Que pensez-vous de cette idée ?

Rachele Mussolini : Le concept de “ville en quinze minutes” est un modèle d’urbanisme aux aspects controversés, et conceptuellement il est aussi intéressant lorsqu’il tend à améliorer la qualité de vie des gens. Mais en réalité, le modèle que l’on veut appliquer à Rome semble plutôt être un moyen de limiter la circulation des Romains. En tout cas, le problème ne se pose pas car le maire Gualtieri, malgré ses promesses aux électeurs, n’a rien fait ou presque après deux ans de mandat en ce qui concerne la “ville de quinze minutes” et, à ce jour, on peut dire qu’il s’agissait de paroles sans grand contenu ; en somme, il racontait un rêve aux citoyens pour se faire élire.

Nous devons nous rappeler que Rome sera bientôt confrontée à d’importants événements internationaux, comme le Jubilé, et qu’elle ne doit pas être prise au dépourvu dans la phase d’organisation, et même ceux d’entre nous qui sont dans l’opposition font leur part, parce que le bien de la ville est la chose la plus importante. Un autre rendez-vous très important pour la ville est l’attribution possible de l’Expo 2030 et, naturellement, faire preuve d’indécision dans la phase d’organisation des événements ne profite pas à la candidature. J’espère que le choix de Rome sera soutenu par tous les États européens lors du vote final des membres du BIE (Bureau International des Expositions), qui aura lieu en novembre 2023, sinon ce serait une nouvelle et très vilaine démonstration de désunion entre les pays européens.

Pour en revenir à la “ville de quinze minutes” à Rome, elle n’existe tout simplement pas et n’est actuellement présente que dans l’imagination fervente de cette majorité, le Parti démocrate, qui tente de gouverner la ville sur la base de slogans sans réaliser ce qui a été promis lors de la campagne électorale, montrant, une fois de plus, la perte de contact avec la situation réelle dans laquelle se trouvent les citoyens de Rome.

Qu’est-ce qui a changé en Italie depuis l’élection de Giorgia Meloni au poste de Premier ministre ?

Rachele Mussolini : Après l’élection de Giorgia Meloni, il y a eu un changement immédiat dans la politique étrangère de l’Italie. En effet, il faut souligner que notre pays avait été particulièrement passif face aux décisions prises en Europe, qui sont souvent allées à l’encontre de notre réalité économique et sociale. En ce sens, je dirais qu’un renouvellement des institutions européennes est nécessaire, car elles semblent éloignées des situations réelles vécues par des millions d’Italiens et d’Européens. Bien sûr, l’Italie et le gouvernement Meloni ne peuvent à eux seuls opérer ce revirement, mais il s’agit d’un signal important qui peut conduire à un débat visant à améliorer les situations qui ne fonctionnent pas.

Je voudrais souligner que la situation dans le monde est en constante évolution et que l’équilibre des forces, tant sur le plan militaire qu’économique, a profondément changé. Le bloc occidental historique ne peut pas penser qu’il dispose encore du grand écart technologique et économique qui le plaçait dans une position nettement avantageuse. De nombreux pays, contrairement à l’Italie, ont adopté des politiques très axées sur les intérêts nationaux, de sorte qu’il est désormais nécessaire d’avoir une unité d’objectif aussi partagée que possible et qui ne désavantage pas de manière disproportionnée certaines nations au profit d’autres, comme cela a été le cas au cours des dernières années. C’est encore le cas en Europe, mais pas seulement, j’espère qu’un dialogue pourra être établi avec les différents représentants des gouvernements nationaux pour surmonter certaines tendances.

Le gouvernement de centre-droit de Giorgia Meloni a donc pour objectif de renforcer les intérêts italiens, afin que ceux qui ont la volonté de vivre en Italie soient mieux lotis, sans poursuivre de politiques agressives à l’égard des autres pays européens, mais aussi des autres nations du monde. Il est possible que dans un avenir proche nous revenions à des blocs de type “guerre froide”, cette perspective ne me semble pas la plus souhaitable, nous devons rechercher une interconnexion équitable entre les différentes nations sans effacer leurs traditions respectives et en évitant d’imposer des théories discutables (“gender fluid”, “woke”, “culture de l’annulation”, etc.)

Et à Rome ?

Rachele Mussolini : L’impact de cet esprit renouvelé à Rome est certainement positif et contribue à sa mise en valeur à la fois par un regain d’attractivité et par des actions gouvernementales concrètes. Rome est une ville unique au monde, ses particularités sont innombrables, et le gouvernement de centre-droit est bien conscient qu’aujourd’hui, pour la rendre aussi efficace que possible, il est nécessaire d’appliquer la Constitution italienne et d’en faire une “Roma Capitale”, donnant ainsi à l’administration capitoline plus de possibilités législatives. Il est donc nécessaire de donner à Rome plus de pouvoirs et de ressources pour résoudre les problèmes qui affectent le territoire métropolitain.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. A part la tendance des régimes bonapartistes à faire la guerre et à la perdre, on doit reconnaitre la qualité économique et sociale du régime de Napoléon III à qui l’on doit Paris, la desserte ferroviaire de la France, la construction de ports, et la tolérance des identités des peuples de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS