Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Une Irlande unie ne pourra pas se construire viablement sans le consentement des unionistes »

Si le nationalisme venait à remporter un référendum sur la question de la réunification irlandaise, ce référendum ne pourra être validé réellement que si les unionistes le reconnaissent, pour qu’une Irlande unie soit viable, a déclaré le professeur Brendan O’Leary tout en expliquant que le “consentement des perdants” était tout aussi essentiel au succès des démocraties.

Professeur de sciences politiques à l’université de Pennsylvanie, il est l’auteur d’une myriade d’ouvrages et de rapports sur l’accord du Vendredi saint, la politique de l’Irlande du Nord et les moyens pratiques de réaliser l’unité irlandaise.

S’exprimant lors d’un événement organisé à l’University College Cork à l’occasion du 25e anniversaire du référendum sur l’accord du Vendredi saint, le professeur O’Leary a attiré l’attention sur le déclin de la population protestante depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’universitaire né à Cork, qui a vécu au Nigeria et en Irlande du Nord avant de s’installer aux États-Unis, a déclaré : “La démographie n’est pas un destin : “La démographie n’est pas le destin. Actuellement, les catholiques favorables à l’unité irlandaise sont plus nombreux que les unionistes protestants. Les unionistes sont beaucoup plus intransigeants sur la préservation de l’Union que les nationalistes ne le sont sur la réunification. Mais cela va changer… au cours des prochaines élections”.

L’avenir, a-t-il ajouté, sera marqué par “un électorat moins protestant, plus indécis et plus fluide”. La victoire toute fraiche du Sinn Féin aux élections locales lui donne raison.

Désormais, 28 % des conseillers municipaux de Belfast sont aujourd’hui unionistes, ce qui, selon lui, constitue une “transformation stupéfiante” par rapport à un hôtel de ville construit et dominé par l’unionisme jusqu’à une date récente. En présence du ministre irlandais des finances, Michael McGrath, il a proposé que l’Irlande investisse une partie de ses vastes excédents fiscaux annuels de plusieurs milliards d’euros dans un fonds souverain destiné à financer les coûts de la transition vers une Irlande unie à l’avenir.

Le professeur O’Leary a prévenu qu’il serait essentiel pour les nationalistes d’obtenir le “consentement des perdants” de la part des unionistes si un scrutin frontalier approuvait une Irlande unie, affirmant qu’il s’agissait d’une “caractéristique fondamentale des démocraties réussies”.

“Si les unionistes perdent, ils devront consentir à ce processus pour qu’il soit couronné de succès. Les nationalistes, je pense, n’auront guère de difficultés à y consentir parce qu’ils sont habitués à la partition depuis plus de 100 ans. C’est le statu quo ; ils ne trouveront pas choquant de perdre le référendum”, a-t-il déclaré.

Se demandant comment persuader les unionistes de soutenir une Irlande unie s’ils perdaient le référendum sans que les nationalistes ne déconcertent leurs propres partisans, le professeur O’Leary s’est interrogé sur l’intérêt de changer le drapeau et l’hymne, car les études montrent que peu d’unionistes déclarent que cela les rendrait plus à l’aise, tandis que de nombreux nationalistes s’opposent à de tels changements.

Il a suggéré que la réintégration de l’Irlande dans le Commonwealth serait un changement plus significatif, même si les nationalistes irlandais ont de très bonnes raisons d’être hostiles au Commonwealth, qui leur a été imposé par le traité anglo-irlandais de 1921.

“Les Irlandais associent leur indépendance et leur souveraineté au fait d’avoir quitté le Commonwealth, et c’est pour cette raison que l’idée d’y revenir semble régressive pour beaucoup »

Ce dernier a toutefois déclaré qu’il y avait une ignorance considérable de ce qu’implique le Commonwealth, et que ce qui était le Commonwealth britannique lorsque l’Irlande l’a quitté est aujourd’hui une organisation fondamentalement différente qui n’empiéterait en aucune façon sur la souveraineté irlandaise.

Les dirigeants unionistes ont déjà fait savoir qu’ils n’engageraient aucune discussion sur l’unité irlandaise avant un référendum, car cela reviendrait à aider leurs adversaires à faire une proposition plus attrayante pour les électeurs et donc à affaiblir leur propre position. Le professeur O’Leary a déclaré qu’il s’agissait là d’une position tout à fait logique de la part de l’unionisme : “Si on me demandait d’être leur conseiller, je leur donnerais le même conseil : N’aidez pas votre adversaire. Ne vous engagez pas sur les termes de votre reddition tant que vous n’avez pas perdu. Bien entendu, cela pose un problème au gouvernement irlandais”.

Toutefois, il a déclaré que le gouvernement irlandais avait la possibilité d’utiliser des assemblées de citoyens, des groupes de discussion et d’autres moyens légaux pour recueillir les points de vue des unionistes, même si leurs dirigeants ne s’engagent pas officiellement dans le processus.

Il a ajouté que toute proposition sérieuse d’unité irlandaise devrait probablement comporter  une réforme du système social et de soin irlandais, même s’il ne s’agit pas nécessairement du modèle actuel du NHS.

Dans le même temps, Danny McCoy, directeur général de l’Irish Business and Employers Confederation (IBEC), a déclaré que ceux qui suggèrent que le Brexit sera inévitablement désastreux sur le plan économique pour la Grande-Bretagne pourraient ne pas avoir raison. Précisant qu’il est lui-même fermement pro-UE, il a déclaré que c’était une erreur pour quiconque en Irlande de supposer que les récentes turbulences politiques et économiques en Grande-Bretagne se poursuivraient indéfiniment et a prédit qu’elles pourraient se calmer, le Royaume-Uni et la République d’Irlande se retrouvant dans une compétition féroce dans l’industrie des services de plus en plus importante.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Rugby, Sport

Affaire Jegou-Auradou. La presse française a-t-elle oublié l’affaire Jackson-Olding, accusés de viol, lynchés..puis acquittés en 2018 ?

Découvrir l'article

International

En Irlande, une grossesse sur 6 se termine par un avortement

Découvrir l'article

International

Irlande. Des candidats anti-immigration élus à Dublin lors d’élections locales : une première historique

Découvrir l'article

Histoire, Politique

À la découverte de l’Irlande : Héritage, Revendications et Avenir

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte des Cornouailles britanniques : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

Immigration, International, Justice, Sociétal

Irlande. Les opposants à l’immigration ne peuvent compter ni sur la police, ni sur les médias… [Vidéo]

Découvrir l'article

Tourisme

À la découverte de l’Irlande : 10 lieux incontournables à visiter en famille

Découvrir l'article

International

Le gouvernement Irlandais réduit les dépenses d’argent public pour les réfugiés Ukrainiens

Découvrir l'article

Immigration

L’Irlande se réveille ! Des milliers de patriotes irlandais manifestent dans le centre de Dublin pour protester contre l’arrivée massive de migrants en Irlande.

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. L’Irlande veut renvoyer des migrants au Royaume-Uni, Londres s’y oppose

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky