Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Black Lives Matter. Aux États-Unis, le soutien au mouvement en forte baisse par rapport à 2020

Le soutien au mouvement Black Lives Matter a diminué aux États-Unis depuis 2020. Avec une baisse particulièrement notable parmi les adultes blancs tandis que des disparités importantes existent en fonction de l’origine et des sympathies politiques des Américains.

Quelques rappels au sujet de Black Lives Matter

Fondé aux États-Unis en 2013, le mouvement Black Lives Matter se fit connaître dans le monde entier au printemps 2020 lors des nombreuses manifestations violentes à travers les USA visant à dénoncer un supposé « racisme systémique ».

Après ces émeutes suite au décès de l’Afro-américain Georges Floyd à Minneapolis, le mouvement Black Lives Matter avait ainsi contribué à renforcer encore davantage la propagande ethnomasochiste dans certains pays occidentaux, rapidement gagnés par le phénomène. On se souviendra notamment de plusieurs équipes professionnelles de football mettant le genou à terre avant une rencontre en signe de « solidarité » avec le mouvement.

La vague d’indignation n’avait, bien entendu, pas épargnée la France, où l’affaire Traoré trouvait là un nouveau souffle avec une manifestation à Paris le 2 juin 2020 tandis que les voix du petit monde politique et du show business français se répandaient en plaidoyers convenus sur le sort des « racisés ».

Une popularité s’étant effritée depuis

Trois ans plus tard, le mouvement Black Lives Matter a manifestement fatigué une partie de l’opinion publique. Selon une nouvelle étude publiée le 14 juin par le Pew Research Center américain (après avoir réalisé une enquête en ligne du 10 au 16 avril 2023 auprès d’un échantillon de 5 073 adultes), le soutien des Américains à celui-ci a largement diminué depuis 2020.

Désormais, ils ne sont plus « que » 51 % à déclarer soutenir un peu ou fortement le mouvement Black Lives Matter. Une proportion en nette baisse par rapport aux 70 % d’Américains qui exprimaient alors leur soutien au mouvement au lendemain du décès de George Floyd en 2020. En 2022 à la même époque, ce soutien était évalué à 56 %.

Black Lives Matter

L’étude indique par ailleurs que cette baisse est principalement due à la diminution du nombre d’adultes blancs qui déclarent soutenir le mouvement. Le nombre total d’adultes noirs et hispaniques ayant exprimé leur soutien est resté à peu près le même au cours de l’année écoulée, selon le Pew Research Center.

Ainsi, 80 % des adultes d’origine afro-américaine ont déclaré soutenir Black Lives Matter. Un soutien évalué à 63 % chez les adultes asiatiques et 61 % chez les adultes hispaniques. Contre 42 % des adultes blancs.

Black Lives Matter

Un mouvement « dangereux » pour un tiers des Américains

Cette désaffection croissante se manifeste sous d’autres formes : interrogés sur les termes qui, selon eux, décrivent le mieux le mouvement, environ un tiers des Américains a déclaré que les termes « dangereux » et « source de discorde » étaient les mieux adaptés.

Mais, là encore, les réponses diffèrent grandement selon l’origine des répondants. Alors que les adultes blancs étaient plus enclins à dire que les termes « dangereux » et « diviseur » décrivaient le mouvement Black Lives Matter bien ou très bien que les autres groupes, 50 % des adultes noirs ont déclaré que le mot « dangereux » ne décrivait pas trop bien ou pas du tout bien le mouvement, selon l’étude.

Par ailleurs, les adultes noirs, hispaniques et asiatiques sont tous plus susceptibles que les adultes blancs de dire que le mot « autonomisation » décrit le mouvement extrêmement ou très bien. Mais dans l’ensemble, environ un tiers, soit 34 %, ont dit la même chose à propos du mot « diviser ».

Black Lives Matter

Un fort clivage politique autour de Black Lives Matter aux USA

En ce qui concerne l’analyse des résultats en fonction de l’âge, les adultes âgés de 18 à 29 ans sont plus enclins (64 %) à soutenir le mouvement que les autres catégories. Un soutien qui décroît ensuite à travers les générations précédentes pour n’atteindre que 41 % chez les Américains âgés de plus de 65 ans.

Enfin, l’étude révèle également une division importante au sujet de Black Lives Matter en fonction des affinités politiques des personnes interrogées. 84 % des électeurs et sympathisants démocrates déclarent soutenir le mouvement quand, dans le même temps, 82 % des électeurs et sympathisants républicains affirment s’y opposer.

Pour ce qui est des termes associés au mouvement, les démocrates sont plus enclins que les républicains à dire que les mots « autonomisation » (42 % contre 11 %) et « inclusion » (27 % contre 11 %) décrivent bien ou très bien Black Lives Matter. Les républicains, quant à eux, ont davantage tendance que les démocrates à dire que les mots « dangereux » (59 % contre 9 %) et « qui divise » (54 % contre 19 %) décrivent bien le mouvement.

À noter aussi en dernier lieu les différences en fonction de l’origine des répondants au sein des deux familles politiques. En effet, les démocrates noirs sont les plus susceptibles d’exprimer un soutien fort au mouvement (47 %). Contre 40 % des démocrates blancs, 35 % des démocrates asiatiques et 33 % des démocrates hispaniques.

Même tonalité chez les républicains, où les sympathisants et électeurs d’origine afro-américaines sont plus enclins à soutenir Black Lives Matter que leurs homologues blancs, hispaniques et asiatiques. Quelque 45 % des républicains noirs se déclarent favorables au mouvement, contre 28 % pour les républicains hispaniques et asiatiques et 14 % pour les républicains blancs.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Black Lives Matter. Aux États-Unis, le soutien au mouvement en forte baisse par rapport à 2020”

  1. CREOFF dit :

    La publicité faite timidement autour de l’utilisation des fonds de l’association à des fins personnelles par la Présidente ne sont même pas évoqués; Cela doti être banal, comme le fond Marianne quoi..

  2. kaélig dit :

    Rétropédalage des bisounours ?

  3. Corlou dit :

    Je confirme , et on parle de beaucoup d’argent encore le monde médiatique choisit ses cibles et ses victimes.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Jeremy Carl : « Le racisme anti-blanc est la forme dominante et la plus importante de racisme dans l’Amérique d’aujourd’hui »

Découvrir l'article

Economie

Près de 50 % des Américains soutiennent l’interdiction potentielle de TikTok

Découvrir l'article

Société

Appoline matin. Certaines ethnies plus stigmatisées que d’autres en France ?

Découvrir l'article

Sociétal

Drogue, homicides, suicides…Les taux de mortalité chez les Américains en âge de travailler sont 2,5 fois plus élevés que la moyenne des autres pays à revenu élevé

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

A La Une, International

La guerre en Ukraine, la douloureuse naissance d’un monde nouveau. Un Général français s’exprime

Découvrir l'article

Auto-Moto, Economie

Aux USA (donc demain en Europe ?), ces grands constructeurs automobiles qui partagent leurs données de conduite avec les géants de l’assurance

Découvrir l'article

Santé

USA. Pfizer accusé de financer le lobby de l’euthanasie et du suicide assisté

Découvrir l'article

International

Gérald Olivier : « Joe Biden est compromis dans un énorme scandale de corruption »

Découvrir l'article

International

Vidéo. Une jeune fille dans un état critique après avoir été massacrée par une bande de sauvages à Saint-Louis (USA)

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky