Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

États-Unis : la discrimination positive à l’entrée des universités abolie

Une injustice sociale d’essence progressiste corrigée en 2023 ? Aux États-Unis ? Cela ressemblerait presque à une fausse nouvelle. Et pourtant, c’est bien ce qu’il vient de se produire : la Cour suprême a aboli la discrimination positive en ce qui concerne l’admission aux universités.

L’affirmative action, où le fait d’accorder des préférences et des dérogations à des personnes issues de minorités ethniques, sur la seule base raciale (en ces latitudes, on ne badine pas sur les mots), a été remise en question par le sommet du pouvoir judiciaire dans deux affaires distinctes.

Les deux ont comme protagoniste Students for fair admissions, une organisation à but non-lucratif qui estime que “les classifications raciales et les préférences dans les admissions collégiales sont injustes, inutiles et inconstitutionnelles” et milite pour le rétablissement “des principes originaux du mouvement des droits civiques de notre nation : la race et l’ethnicité d’un étudiant ne devraient pas être des facteurs qui nuisent ou aident cet étudiant à obtenir l’admission à une université“. C’est dans ce cadre que Students for fair admissions avait poursuivi les universités d’Harvard et de la Caroline du Nord en 2014. Neuf ans plus tard, le 29 juin dernier, la Cour suprême émettait son verdict : leurs systèmes d’admission violent la clause d’égalité du quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis, une clause qui rend inadmissible toute discrimination sur base raciale.

Ce jugement historique remet en cause 45 années de discrimination dite positive à l’entrée des grandes écoles. C’était en effet une décision de la même institution qui avait inauguré les traitements de faveur, déclarant en 1978, que la race pourrait être un facteur pris en compte dans les politiques de sélection collégiale (affaire University of California v. Allan Bakke), tout en jugeant illégitimes les quotas.

Avec cette décision du 29 juin 2023, la Cour suprême revient sur ses pas, et affirme clairement que l’origine ethnique a été utilisée de façon négative et même caricaturale, en particulier dans l’établissement de “catégories raciales” mises en place par les règlements de ces universités.

À la page 33 de la sentence, un exemple concret de ce caractère que l’on peut qualifier de raciste est donné : les deux universités “préfèrent une classe avec 15% d’étudiants du Mexique plutôt qu’une classe avec 10% d’étudiants de plusieurs pays d’Amérique latine, simplement parce que dans le premier cas on compte plus d’étudiants hispaniques que dans le second.” (1) En d’autres termes, la bonne vieille “couleur de la peau” est ici l’élément décisif : des quotas d’entrée étaient réservés à des candidats visiblement non-Blancs, plutôt qu’à des étrangers ou des jeunes issus de minorités qui pouvaient être d’ascendance européennes ou “trop peu métissées”. À ce titre, on peut parler de racisme inversé.

La Cour suprême est désormais claire, et précise : “L’étudiant doit être traité sur la base de son expérience individuelle, pas sur des critères raciaux.”

Les réactions ne se sont évidemment pas fait attendre, plusieurs manifestations estudiantines ont eu lieu devant les établissements scolaires et le Président Joe Biden a déclaré envisager des mesures exécutives “pour maintenir la diversité dans les associations étudiantes universitaires“. Cela voudrait-il dire que sans quotas réservés, les candidats issus de minorités raciales ne sont pas assez méritants pour être sélectionnés dans les grandes écoles ? Avec cette déclaration, Joe Biden ne dit pas autre chose.

Force est de constater que c’est bien là que se cache le véritable racisme : ceux qui prêchent en faveur des mesures de discrimination positive nient inconsciemment (ou pas) les aptitudes, le talent et les capacités des minorités raciales. 

Audrey D’Aguanno

(1) Sentence  p. 33 : “By focusing on underrepresentation, respondents would apparently prefer a class with 15% of students from Mexico over a class with 10% of students from several Latin American countries, simply because the former contains more Hispanic
students than the latter.”

Photo d’illustration : Racial Discrimination by Nick Youngson CC BY-SA 3.0 Alpha Stock Images

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “États-Unis : la discrimination positive à l’entrée des universités abolie”

  1. Thomas dit :

    Aurait-on appris le vocabulaire outre-Atlantique ?
    Une discrimination n’est JAMAIS positive. CQFD.
    Quelle blague cette rhétorique de wokistes !
    Burn’em all !

  2. Michel BERAUDO-MARCH dit :

    Il est amusant de constater que dans son principe la discrimination positive, censée lutter contre le racisme, reconnaît de fait une inégalité des races puisque en instituant des quotas raciaux elle suppose que certains en auraient besoin parce qu’ils seraient moins capables que d’autres de réussir par leurs qualités propres de travail et d’intelligence ! Dans les universités américaines ces quotas créaient de fait une discrimination de fait à l’égard des Blancs et surtout des Asiatiques par rapport aux Afro-Américains.

  3. patphil dit :

    les plus touchés étaient les asiatiques, des bosseurs qui étaient discriminés négativement ! et c’est dans le pays des droits de l’homme et de l’égalité républicaine que les critiques sont les plus acerbes! drole de pays que la france

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Insolite, Politique

Le wokisme à l’origine de crashs d’avions ? Quand la sécurité passe après l’inclusivité, ça arrive [vidéo]

Découvrir l'article

Sociétal, Société, Tribune libre

Body shaming, ou la fausse sororité : les femmes sont bien pires que les hommes ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, International

Julian Assange : le révoltant destin d’un homme libre ou l’hypocrisie des démocraties occidentales

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

18 suspects présumés liés au terroriste islamiste de Bruxelles. Fin du mythe du “déséquilibré”

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

“Le patriarcat n’existe pas”. Anne Trewby revient sur la construction d’un mythe [Interview]

Découvrir l'article

Sociétal

La fin du sexe en France. Qui est le coupable ? [vidéo]

Découvrir l'article

Tribune libre

Adieu Thaïs d’Escufon. Vous vous êtes fourvoyée, et c’est bien dommage

Découvrir l'article

A La Une, Politique

Chaos migratoire à Mayotte : retour sur une annexion ubuesque

Découvrir l'article

Immigration, International

Viol collectif sur une mineure de 13 ans : le lien entre immigration et violence sexuelle enfin admis en Italie

Découvrir l'article

Insolite, Société

Fleximan, l’Italien qui détruit les radars est devenu un héros national [vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍