Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Propagande pro-migration : une ONG au pupitre des lycéens italiens

Une matinée de rencontres entre élus locaux, médiateurs culturels, responsable d’une ONG de sauvetage en mer des migrants et lycéens, cela se passe en Toscane et cela fait polémique. Car outre l’aspect hautement idéologique, le bateau de l’ONG en question était en détention administrative pour avoir violé la réglementation italienne en matière d’immigration.

Et c’est la deuxième fois en quelques mois que cela se produit : le navire de l’ ONG espagnole Open Arms a été bloqué le 22 août et le 7 octobre derniers au port de Marina di Carrara par arrêt administratif, contraint à une immobilisation de 20 jours et une nouvelle amende de 3.300 euros, pour cause de non-respect du code de conduite des ONG. Ce dernier avait été élaboré par le gouvernement de Giorgia Meloni pour freiner l’action de ces organisations notoirement en collusion avec les passeurs et les trafiquants d’êtres humains. Dans ce cas précis, il s’agissait de rejoindre un port désigné par les garde-côtes italiens, ce qu’Open Arms n’a pas fait, choisissant d’ignorer les consignes des autorités et débarquant dans le port de son choix, après d’autres sauvetages.

La réitération d’une telle violation des lois d’un pays souverain souligne deux choses : que l’Italie est incapable de faire appliquer ses réglementations et que les richissimes ONG qui la défient n’ont que faire d’amendes de quelques milliers d’euros, elles qui dépensent jusqu’à 900.000 euros chaque année pour un navire aller chercher les clandestins près des côtes africaines et les amener sur le continent européen.

Or, cela n’a pas empêché la participation du maire de Carrare, Serena Arrighi, à un événement de claire promotion des migrations et de soutien aux ONG qui, rappelons-le, n’ont de cesse de braver la législation en vigueur. Législation dont l’élue de Carrare est, qu’elle le veuille ou non, une représentante. Dans un communiqué sur Facebook, tout l’acoquinement entre la gauche italienne, le milieu associatif et les organisations non gouvernementales est perceptible. Outre l’événement impliquant des mineurs politiquement trop orientés, les Italiens apprenaient aussi que les ONG peuvent vanter des responsables de l’éducation !

“Humanité, naufrages et Etat de droit’, ce matin j’ai participé avec l’assesseur à l’Instruction Gea Dazzi à la rencontre organisée à Marina par Casa di Betania, l’Association ‘Zaccagna, hier et aujourd’hui’ avec les lycéens. Ce fut une occasion de parler avec les médiateurs culturels de la Casa di Betania, mais aussi avec Francesca Loupakis, responsable de l’éducation d’Open Arms Italie, d’accueil et de migrations. Une façon de raconter ce que nous avons vu de nos yeux lors des nombreux débarquements qui ont déjà eu lieu dans notre port, mais surtout nous confronter avec les filles et les garçons, sur un phénomène historique qui doit être compris et géré, et certainement pas combattu. En tant que maire, j’ai revendiqué avec fierté la réponse que la ville de Carrare a toujours donnée lorsqu’elle a été appelée à accueillir des personnes fuyant les guerres et la faim et comme elle l’a toujours fait avec un professionnalisme extrême et avec beaucoup de générosité.”

La manœuvre pourrait, à bien des égards, sembler juste. Après tout, faire entendre à des étudiants les témoignages de ceux qui touchent de la main un phénomène aussi actuel que tragique ne peut qu’enrichir leurs connaissances. Or, là où le bât blesse, c’est que toute la narration autour des migrations de masse y est réduite au registre sentimental. Seul l‘émotionnel – les terribles expériences des migrants et les récits des sauveteurs –est pris en considération. Sur les conséquences pour les pays d’accueil, pas un mot. Pas plus que sur les mafias qui financent ces voyages, ou les conséquences que les exilés devront affronter s’ils sont refoulés ou encore sur les dommages que l’exode de la jeunesse entraîne sur les pays d’origine etc. Ni, évidemment, sur la responsabilité de ces mêmes ONG, dont l’action de pompe aspirante multiplie les départs.

L’événement visait donc bien à conditionner les esprits des plus jeunes, en exposant – comme de coutume – un unique point de vue.

Audrey D’Aguanno

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Propagande pro-migration : une ONG au pupitre des lycéens italiens”

  1. Gaï de ROPRAZ dit :

    “”Le Maire de Carrare, Serena Arrighi” = Des cons il y en aura toujours et partout … La France n’y échappe pas : Regardez Melenchon, c’est l’élément type ! Et pourtant c’est un Tangérois tout comme moi !…

  2. kaélig dit :

    “Seigneur, ayez pitié, ils ne savent pas ce qu’ils font “

    • patphil dit :

      erreur, ils savent très bien ce qu’ils font, en revanche ils ne veulent pas savoir quelles conséquences

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Environnement, International

Tyrrhenian Link. Eolien en Italie : la “révolte des oliviers” contre l’expropriation des terres

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

Pour rallier la jeunesse aux idées identitaires, il va falloir être cool ! L’exemple de l’AfD

Découvrir l'article

International

Trump vs Biden, le parti pris indécent des médias révèle la bêtise de nos contemporains

Découvrir l'article

Santé, Sociétal, Société

Des sages-femmes s’opposent à l’adhésion de leur ordre à la Gay Pride : elles seront rééduquées

Découvrir l'article

International

Interdiction des smartphones dans les écoles italiennes

Découvrir l'article

Politique

Jean-Luc Mélenchon est-il limité ?

Découvrir l'article

International, Santé

Santé. Des vacances de prévues en Italie ou en Espagne ? Gare à la fièvre du Nil occidental !

Découvrir l'article

Immigration, International

Italie. 500 clandestins supplémentaires débarqués cette semaine par les ONG

Découvrir l'article

Politique

Délinquants violents au pouvoir ? La gauche en raffole. Le cas Ilaria Salis

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Élections législatives volées ? Une gifle nécessaire, réjouissons-nous ! [L’Agora]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky