page contents
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lettre à un ami paysan [L’Agora]

Cher ami

Me permettrez-vous de vous dire ce que je pense des manifestations paysannes actuellement en cours ? Si oui, voici ce qu’il en est, pour moi. L’enjeu de ces mouvements, ce n’est pas, et de loin, ce qu’on en dit, à savoir quelques revendications, pour parfaitement légitimes qu’elles soient, portant sur le prix du gazole, la complexité administrative excessive, la concurrence déloyale avec les producteurs étrangers, etc….mais la survie, je dis bien la survie, du monde agricole français, naturellement français. Une armée de prédateurs financiers étrangers, essentiellement anglo-saxons (on les appellera ici les PFAS), celle-là même qui, créancière de l’État français à hauteur des montants colossaux que l’on sait, lui dicte la politique qu’il doit suivre, à travers ses hommes-liges tels Macron et son clone Attal, a entrepris de détruire méthodiquement la classe paysanne française en l’ asphyxiant économiquement par des règlements iniques et inapplicables. Toutes les difficultés à vivre du monde agricole actuel, alors que notre pays est en paix depuis quatre-vingt ans, qu’il est prospère comme il ne l’a jamais été, que l’agriculture est la première richesse française, sont purement artificielles, voulues, organisées, cyniquement organisées.

Ces prédateurs impitoyables prévoient de racheter leurs terres aux paysans français, toutes leurs terres, à vil prix, comme ils l’ont déjà fait en Ukraine, et de constituer de vastes domaines, de mille hectares ou plus, en substitution aux domaines actuels tournant autour de la centaine d’hectares, détenus par des Français. Ce sera la fin de la paysannerie française. C’est ce qui est prévu, et en route. Ce mouvement de concentration entre des mains étrangères, facilité par un gouvernement corrompu qui a été mis en place pour cela, a déjà commencé (y compris ici, en Charente, voir en particulier le vignoble du Cognaçais, mais pas seulement). Rien ne l’arrêtera si le peuple français ne se lève pas, pas seulement le monde paysan. Rappelons, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire à propos de la guerre en Ukraine, que les sommes énormes mises sur la table par ces PFAS pour corrompre et tout acheter sur la planète, dont maintenant les terres agricoles françaises, ne sont pas des fonds provenant du travail de leurs concitoyens, comme le sont les réserves monétaires chinoises, japonaises ou indiennes, mais produits par la planche à billet américaine qui émet à tout-va, sans contrepartie, ses dollars en quantité phénoménale, et dont le cours est artificiellement maintenu par sa puissance militaire écrasante et agissante. En d’autres termes, cette appropriation est parfaitement illégitime. C’est du vol, de la piraterie. À propos de l’Ukraine, dont on vient de parler, où les Américains ont mis en place en 2014 un gouvernement qui leur est totalement inféodé, les PFAS y ont acquis depuis cette date 30 % des terres du pays , ces fameux “tchernozioms” parmi les meilleurs terres agricoles au monde, terres acquises avec des “dollars de papier”. C’est le sort qui attend la France agricole si on ne réagit pas.

Il est évident que la guerre que Poutine mène sur ce territoire, est, aussi, une guerre pour empêcher / limiter ces acquisitions pirates par les PFAS. On peut être certain que les terres repassées sous souveraineté russe ne redeviendront jamais la propriété de Monsanto, Cargill et autres Black Rock. Si la population russe approuve Poutine à 80 %, c’est bien évidemment, aussi, pour ça. C’est pourquoi, malheureusement, je pense que les négociations qui finiront par avoir lieu entre les représentations paysannes et le gouvernement n’ont strictement aucune chance d’aboutir, ce dernier n’étant que le bras armé de ceux qui organisent la destruction du modèle paysan français, tant économique qu’anthropologique. Ce gouvernement est le premier ennemi du monde paysan. Le monde paysan français, s’il veut survivre, se débarrasser de l’emprise de ces prédateurs conquérants, ce cette nouvelle forme de colonisation par l’argent artificiel, doit s’appuyer sur les forces politiques du pays encore à même de soutenir ce combat, d’abord pour être conscient de sa nécessité. Attention aux mauvaises réactions à prévoir de la part du pouvoir quand les manifestations vont commencer à peser sur la vie du pays. Attisé par les PFAS , comme au temps des gilets jaunes, il aura recours à la violence, la brutalité.

Attention à préserver votre matériel. L’agriculteur qui perdra son tracteur dans la bagarre, qu’il ne pourra pas remplacer, aura perdu vraisemblablement aussi tout son outil de travail . Les PFAS auront gagné. Et ce ne sont pas les bourgeois parisiens égoïstes et pour beaucoup dégénérés qui viendront à leur secours. Prenez donc bien garde à vous.

Bien amicalement

Yves Maillard (Capitaine de vaisseau en retraite, ancien attaché naval à l’ambassade de France à Moscou).

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

11 réponses à “Lettre à un ami paysan [L’Agora]”

  1. Gérard dit :

    Je vous invite à lire “le pote à Macron” (https://laplumeducitoyen.org/2024/01/30/le-pote-a-macron/)Narindra Modi qui a tenté de pourrir le monde paysan en Inde mais n’a pas réussi. L’idée était de vendre les terres agricoles à des multinationales et de transformer les paysans en salariés !!!
    C’est exactement ce que veut faire la finance anglo-saxonne (dont les 2 young global leaders Macron et Attal ne sont que des agents ) en France. Industrialiser l’agriculture avec des cultures à base d’OGM et bientôt les NTG (Nouvelles techniques génomiques), supprimer le bétail et le remplacer par des insectes élevés dans des usines.
    Nous avons tous des idées pour changer ce monde mais pour cela il faut se concerter.
    Breizh-info est autorisé à communiquer mon adresse mail pour un premier contact.

  2. Durandal dit :

    Bonjour,

    Et qui défend cette ligne politique actuellement, de manière sérieuse ?

    M.D

  3. Verdier dit :

    Bravo commandant !

    Rares sont les officiers supérieurs qui osent prendre la parole publiquement, en parlant clair.

    Là où je ne partage pas votre avis, cependant, c’est lorsque vous évoquez les forces politiques du pays encore à même de soutenir le combat sur lesquelles il conviendrait de s’appuyer… Il n’y en a plus, et depuis belle lurette…

    Ces forces politiques que vous invoquez, d’une manière ou d’une autre, sont archi-corrompues. Au fond de vous-même, vous le savez bien.

    Au contraire donc, de ce que vous recommandez, je pense que nous sommes dans un péril si grand, qu’il ne faut plus être dans les atermoiements, qu’il ne faut pas hésiter un instant de plus, à jeter le bébé et l’eau du bain avec, à jeter toutes nos forces dans la bataille, à mettre en jeu l’outil de travail, son tracteur… bref à être prêts à tout, à donner nos vies, tout… pour défendre nos libertés, pendant qu’il en est encore tout juste temps.

    Ce que rappelle encore d’ailleurs, sans cesse, à temps et contretemps, encore aujourd’hui, dans l’édition de ce jour de Lifesitenews.com, le très courageux archevêque Carlo Maria Vigano :

    https://www.lifesitenews.com/opinion/archbishop-vigano-i-express-my-complete-solidarity-with-farmers-fighting-the-new-world-order/?utm_source=daily-catholic-2024-02-01&utm_medium=email

    Notre seule issue, c’est une franche révolution, qui mette enfin à bas cette ripouxblique mortifère, qui trône depuis sa création sur le triple mensonge, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité…

    Cette révolution ne peut se réaliser que dans la détermination, et dans ses débuts, que par un chaos total, qui nous obligera à sortir de nos zones de confort, à perdre nos véhicules, nos lieux de vie douillets, oui, à perdre tout.

    Ce moment de souffrances, de sacrifices, arrivera nécessairement. Ne le craignons pas.

    C’est la seule voie par laquelle passera la rédemption de la France, qui a tant à se faire pardonner, pour l’abandon de sa Foi, et pour tous les mauvais exemples qu’elle ne cesse de donner au monde depuis 1789…

  4. PoB dit :

    Frexit.

  5. VILLARÉAL dit :

    D’accord avec vous sur toute la ligne, la seule question que je me pose c’est : combien de citadins seraient prêts à consentir ce sacrifice total ? On connaît trop bien l’amour égoïste des français pour leur tranquillité et leur propre confort !

  6. alienor dit :

    vendre les terres agricoles à des multinationales et de transformer les paysans en salariés !!!….Kolkhoze et sovkhoze, retour vers le passé !

  7. alienor dit :

    arrivée au pourvoir de V Poutine 1990 source http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/etpays/Russie/RussieScient.htm
    ensuite…”En décembre 1991, la loi imposa une réorganisation en différentes formules de privatisation, aux 25 500 kolkhozes et sovkhozes. Les entreprises s’adaptèrent d’autant plus facilement qu’elles obtenaient, ce faisant, l’effacement de leurs dettes. Le programme fut achevé en 1994, même si le gouvernement avait dû concéder la possibilité de garder le statut ancien. Au 1er janvier 1994, 9 600 kolkhozes et sovkhozes subsistaient, la plupart par choix, contrôlant 29,3% des terres agricoles. Plus de 15 000 s’étaient transformés en “sociétés à responsabilité limitée” ou en “sociétés anonymes”, fonctionnant avec les mêmes directions qu’avant, de la même façon collective. La part du patrimoine de chacun avait été précisée en superficie (en nombre d’hectares) mais non localisée. Il n’y a d’ailleurs toujours pas de cadastre pour le faire, ce dernier est en cours d’élaboration. La terre reste à la communauté et est exploitée en commun, comme à l’époque soviétique. Anne Gazier (maître de conférences de droit public, Université d’Amiens) parlait, dés 1994, d’une réforme de pure façade, “limitée à un changement d’étiquette”.”

  8. kaélig dit :

    Je suis obligé d’approuver les propos du capitaine de Vaisseau (dernier grade avant Amiral) Maillard puisque la presse mainstream ne fait pas son boulot et tait par exemple l’achat des terres agricoles Ukrainiennes (comme le font les chinois) par les lobbies anglo-saxons.
    Le Dollar papier, cette monnaie de singe ne vaut pas plus que les assignats décrétés en Avril 1790 par les Révolutionnaires soucieux de spolier les possédants d’alors (Aristocratie et Clergé).
    Pour pouvoir continuer à fonctionner la France emprunte chaque jour à tour de bras aux banques anglo-saxonnes, le CAC40 est détenu pour moitié par les fonds de pensions américains…La garanti de ces emprunts est couverte par le patrimoine de tous les français.
    Quand on voit le prix ridicule des terres agricoles françaises (2000 €/ha) qui rejoint péniblement celui de 2016 l’achat des terres de France s’apparente à un hold-up dont profitte d’ailleurs les chinois qui achètent de grandes exploitaions agricoles de France et enchérissent à 3 fois leur prix.

  9. Lachartre nicole dit :

    FREXIT

  10. Henri dit :

    2022
    Intentions de vote les agriculteurs au 1er tour : 30% Macron, 13% Pécresse, 12% Zemmour, 11% Le Pen.
    Intentions de vote au 2nd tour : Macron gagnant dans les trois scénarios envisagés : 65% contre un score de 35% pour Pécresse, 70% contre 30% pour Le Pen, 74% contre 26% pour Zemmour.
    Sans commentaire, qui ne serait que superflu. C’était la rubrique “Je me fais [CENSURÉ] et j’en redemande.”

  11. patphil dit :

    frexit et vite

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

En Irlande, les agriculteurs luttent contre les réglementations “vertes”

Découvrir l'article

A La Une, Economie, Environnement

Le « modèle agricole breton » est en mauvaise santé

Découvrir l'article

Sociétal, Société

Agriculteurs : face à la colère, la com’ – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

International

« Ce n’est pas l’Europe que nous voulons » : Les agriculteurs en colère à Bruxelles

Découvrir l'article

Social

Les agriculteurs en colère bloquent Paris. Leurs revendications au micro de Vincent Lapierre

Découvrir l'article

Sélection de la rédaction

Au coeur du barrage des agriculteurs : plusieurs reportages

Découvrir l'article

Environnement, Social

Colère des agriculteurs: ils sèment un hectare sur la RN165

Découvrir l'article

A La Une

Radars, douanes, MSA : quand la colère agricole flambe

Découvrir l'article

A La Une, NANTES, Social

Manifestation des agriculteurs dans le centre de Nantes : « ce n’est qu’un début » [Photos]

Découvrir l'article

A La Une, Social, Sociétal

Mobilisation des agriculteurs : qu’en pensent les Français ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky