Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Rod Dreher après l’annulation d’une conférence patriote à Bruxelles : « Nous ne nous laisserons pas faire »

Rod Dreher est un journaliste américain qui écrit sur la politique, la culture, la religion et les affaires étrangères. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont les best-sellers du New York Times The Benedict Option (2017) et Live Not By Lies (2020), tous deux traduits dans plus de dix langues. Il est directeur du projet de réseau de l’Institut du Danube à Budapest, où il vit. Il réagit à la folle censure d’une réunion patriote mardi 16 avril 2024, à Bruxelles, par un maire proche des milieux turcs pro Erdogan (lien en anglais ici)

La parole politique est-elle libre dans la capitale de l’Europe ? Incroyablement, au vu des frasques du maire de Bruxelles et d’autres fonctionnaires ces derniers jours, la réponse semble être non. Attention : les événements scandaleux de cette semaine ont un poids symbolique énorme pour l’avenir de l’Europe.

Depuis quelques années, Yoram Hazony organise des conférences sur le national-conservatisme (NatCon) sur deux continents. Lundi, la veille du coup d’envoi de la conférence de cette semaine, le 16 avril à Bruxelles, l’universitaire israélo-américain, qui dirige la Fondation Edmund Burke qui parraine la conférence, aurait dû être occupé à mettre la dernière main à l’événement.

La réunion de cette semaine rassemble le Premier ministre hongrois Viktor Orban, l’ancien candidat à la présidence française Éric Zemmour, l’ancien Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, les politiciens britanniques de droite Suella Braverman et Nigel Farage, le député européen Ryszard Legutko, le cardinal Gerhard Müller et d’autres intellectuels conservateurs (dont je fais partie) du Royaume-Uni et de l’Europe. Les critiques ont dénoncé la NatCon comme un rassemblement d’extrême droite. C’est absurde. Si vous voulez savoir où se trouve le centre conservateur vital en Europe aujourd’hui, vous viendrez à la NatCon de Bruxelles pour vous en rendre compte par vous-même.

Pourtant, il est honteux que l’événement ait failli ne pas avoir lieu. Il a été annulé à deux reprises, dans deux lieux différents. Si personne n’a formellement interdit à la NatCon de se tenir à Bruxelles, le maire socialiste de la ville, Philippe Close, a simplement fait pression sur les lieux qui avaient promis d’accueillir la conférence pour qu’ils renoncent à l’événement.

La NatCon avait convenu avec Concert Noble de revenir dans ce lieu pour sa deuxième NatCon à Bruxelles. La semaine dernière, quelques jours seulement avant la séance d’ouverture, Edificio, la société qui gère le Concert Noble, a renoncé à son engagement d’accueillir la conférence. Edificio a déclaré avoir subi des pressions de la part du bourgmestre, lui-même incité à agir par la Coordination antifasciste belge (Antifa).

Dans un communiqué publié vendredi, les propriétaires du lieu ont déclaré : “Edificio n’a pas l’intention de prendre une position autre que celle de respecter les valeurs européennes essentielles de la démocratie qui ont permis à la Belgique et à l’Union européenne, dont Bruxelles est la capitale, de connaître une longue période de paix et de prospérité depuis la Seconde Guerre mondiale”.

C’est à la fois une lâcheté et un mensonge. Pas un seul des intervenants à la NatCon n’est anti-démocratique. Pas un seul. Le maire de Bruxelles, en revanche, abuse du pouvoir de sa fonction pour faire taire les discours politiques qu’il n’aime pas, en faisant pression sur un propriétaire d’entreprise non seulement pour qu’il rompe un contrat, mais aussi pour qu’il publie une déclaration honteuse proclamant son soutien à la “démocratie” alors qu’il vient de prendre une décision manifestement antidémocratique.

Etant donné qu’Antifa a déjà fait usage de la violence pour imposer ses convictions, il n’est pas exclu qu’Edificio ait également agi pour protéger sa propriété du vandalisme de la foule d’extrême-gauche. Si c’est le cas, capituler devant les menaces des voyous politiques est une action qui a un précédent dans l’histoire de l’Europe du 20e siècle, mais qui n’a rien à voir avec la démocratie. C’est la “paix et la prospérité” achetées au prix des principes et de la liberté.

L’équipe de la NatCon s’est démenée pour trouver un autre lieu à la dernière minute, et a obtenu un espace au Sofitel Brussels Europe, dans la commune d’Etterbeek à Bruxelles. Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Sofitel s’est retiré la veille de la conférence. En fait, des avocats ont dû se présenter devant un juge belge au nom des organisateurs pour tenter de faire appliquer le contrat par décision de justice.

Le bourgmestre d’Etterbeek a déclaré au Brussels Times qu’il avait “informé les autorités de police locales, qui ont contacté Sofitel et la direction a décidé d’annuler l’événement”.

Le bourgmestre d’Etterbeek a ajouté que les organisateurs de la NatCon n’étaient pas satisfaits de cette décision. “La police est arrivée pour expliquer que ce n’était pas le Sofitel qui devait annuler et que c’était la bonne chose à faire. “Ils sont ensuite partis pacifiquement. C’est manifestement faux. La police n’a jamais approché ni même parlé aux organisateurs de la NatCon.

Pensez-y : plutôt que de défendre le droit des citoyens européens et des invités à se rassembler pacifiquement pour écouter des discours, les dirigeants bruxellois ont servi les ennemis de la liberté d’expression et de la démocratie.

Selon une lettre ouverte (dans laquelle ils portent une accusation calomnieuse contre moi), une coalition d’organisations antifa belges prévoit de “rester vigilante” pour faire fermer la NatCon. Le Guardian a plus ou moins repris le communiqué de presse d’Antifa.

D’une manière ou d’une autre, les organisateurs ont trouvé un troisième lieu, dont ils gardent le nom secret pour l’instant, et l’événement se déroulera comme prévu. Si Antifa découvre son emplacement et attaque le rassemblement, la police belge nous protégera-t-elle ? Il est terrifiant qu’un Européen doive se poser cette question.

Pourtant, la conférence doit avoir lieu. L’extrême gauche et ses complices sordides au sein du gouvernement ne peuvent être autorisés à prévaloir sur les principes fondamentaux de la liberté d’expression dans une démocratie libérale. Ces maires ont déshonoré leur ville en la traitant comme un campus universitaire américain. Ils envoient le signal que les seuls Européens autorisés à se réunir et à s’exprimer à Bruxelles sont ceux de la gauche et les figures de la faible droite de l’establishment européen, qui ne posent aucun défi au statu quo.

Pourquoi le maire de Bruxelles a-t-il si peur de permettre à une opinion contraire d’être entendue dans sa ville ? Il est en quelque sorte approprié que le bourgmestre Philippe Close ait pris cette position méprisable. Typique des pires politiciens de la gauche, Close ne peut se résoudre à affronter la réalité de la vie dans l’Europe contemporaine.

Par exemple, il gouverne une ville à forte population islamique, qui abrite l’une des communautés musulmanes les plus radicales d’Europe. Le mois dernier, la police belge a arrêté quatre jeunes djihadistes qui auraient planifié une attaque terroriste contre un centre culturel de Bruxelles. Le niveau de surveillance terroriste à Bruxelles, au moment où se tient la NatCon, est le niveau 3, le niveau 4 étant le niveau le plus élevé. Les Juifs de Bruxelles signalent que l’antisémitisme a considérablement augmenté depuis les attentats du 7 octobre en Israël. Curieusement, les Juifs de Budapest et de Hongrie ne rencontrent pas ces problèmes.

Pourtant, lorsqu’un journal l’a interrogé à deux reprises sur la montée de l’islamisme dans la capitale belge, le maire athée a mis en garde contre la menace du “fondamentalisme catholique”, et ce dans un pays où l’Église catholique est en plein déclin.

Le maire Close est l’archétype du politicien de gauche qui combat les ennemis de la démocratie qu’il souhaiterait avoir, plutôt que ceux qui existent réellement. Les orateurs et les participants qui viennent à la NatCon recherchent une alternative à la fois à la gauche européenne, avec ses valeurs lunatiques de sagesse, d’ouverture des frontières, de multiculturalisme et d’idéologie du genre, et à la droite de l’establishment européen, qui n’a rien conservé.

Qui sait ? À l’heure où vous lirez ces lignes, le troisième lieu aura peut-être été intimidé au point d’expulser la NatCon dans la rue. Si c’est le cas, nous nous tiendrons sur les trottoirs de la capitale européenne s’il le faut, et nous dirons la vérité. Nous ne pouvons pas être intimidés par ces bigots et ces voyous. Ce qu’ils essaient de faire au NatCon à Bruxelles aujourd’hui symbolise ce qu’ils feront à tous les membres de la droite européenne demain, s’ils en ont l’occasion.

Ces gens ont vidé la démocratie de sa substance et la portent comme un vêtement de peau. Leur tentative de réduire au silence une conférence intellectuelle réunissant un chef de gouvernement démocratiquement élu d’un État membre de l’UE, un éminent cardinal catholique et d’autres personnalités conservatrices de premier plan en est la preuve. Une Europe dans laquelle les fonctionnaires, en collaboration avec des foules de gauche, empêchent tout débat ouvert, en partie en faisant pression sur les entreprises pour qu’elles se plient aux exigences du gouvernement, n’est ni libérale ni démocratique.

Nous, membres de la coalition nationale conservatrice, refusons de vivre selon les mensonges que ces gens attendent de nous. Nous ne rentrerons pas docilement dans l’ombre. Les électeurs européens devraient suivre de près ce qui se passe ici cette semaine et s’en inspirer pour voter lors des élections parlementaires européennes de juin prochain. Ce qu’Antifa et ses collaborateurs gouvernementaux nous font subir cette semaine, ils vous le feront subir si vous leur en donnez l’occasion.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Rod Dreher après l’annulation d’une conférence patriote à Bruxelles : « Nous ne nous laisserons pas faire »”

  1. Yvan dit :

    Le 09 juin, il faudra mettre un raclée mémorable à ces gauchistes ennemis de la démocratie et de la liberté de parole.

  2. françois THEOBALD dit :

    Surveillez bien les bureaux de vote et le dépouillement !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International, Politique, Sociétal

Immigration. En Belgique francophone, un candidat belgo-pakistanais aux élections régionales… qui ne parle pas français [Vidéo]

Découvrir l'article

Politique

Elections européennes. Quel est le rôle d’un député européen ? Combien de députés Français ?

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Les prochaines élections européennes décideront de la guerre et de la paix en Europe »

Découvrir l'article

Politique

Eric Zemmour sur BFM TV à propos du drame d’Incarville : « Je propose la remigration pour les criminels d’origine étrangère »

Découvrir l'article

Auto-Moto, Economie

Après avoir annoncé l’interdiction des voitures essence et diesel…Bruxelles approuve des règles visant à donner une nouvelle vie aux moteurs à gaz et diesel

Découvrir l'article

Politique, Vu ailleurs

Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon face aux interdictions

Découvrir l'article

International

Viktor Orbán : « Pas d’immigration, pas de théorie du genre, pas de guerre ! »

Découvrir l'article

International

Retour sur le rassemblement national-conservateur Natcon à Bruxelles.

Découvrir l'article

Politique

Terreur politique en Belgique. Le maire turc de St Josse interdit une conférence avec Orban, Zemmour, Farage…

Découvrir l'article

NANTES

Un « belge » avec un fusil d’assaut interpellé alors qu’il voulait aller à Nantes

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky