Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Eurovision 2024. Doit-on encore être scandalisé ? Retour sur une entreprise idéologique

De beaucoup s’interrogent : que nous dit l’Eurovision 2024 ? Ou plutôt que nous disent les Eurovision 2024, 2022, 2018, 2010 etc… Car les années se succèdent sans véritable changement : l’Eurovision est et reste le spectacle de la décadence portée aux nues par une Union européenne qui fait avancer son agenda politique et idéologique à travers le divertissement.

(Pas) question de sémantique

L’Eurovision de la chanson est organisée chaque année par l’Union européenne de radiotélévision (UER), qui se vante d’être “la plus grande alliance de médias de service public à l’échelle mondiale.” Chaque pays membre de l’UER ou du Conseil de l’Europe élit un représentant. Dans l’hexagone, c’est France Télévisions qui choisit l’artiste chargé de nous représenter… ce qui est déjà tout un programme.

Comme son nom l’indique, l’Eurovision concernait à sa création, en 1956, exclusivement des nations européennes, à savoir, la France, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et la Suisse. Mais peu à peu, le concours s’élargit à de nouveaux membres – présents dans la Zone européenne de radiodiffusion (ZER) – donc dépassant largement les confins physiques du continent : il s’étant désormais du Maghreb à l’Asie.

Une extension à d’autres somme toute logique au sein d’une Union qui n’a de cesse d’affirmer que la culture européenne n’existe pas et que les frontières sont obsolètes. La sémantique n’a qu’à bien se tenir.

Question d’idéologie…

Concours hautement idéologisé, il est la vitrine de ce que les grands médias et autres officines progressistes retiennent être le grand sujet du moment, in primis, la visibilité des minorités sexuelles et ethniques. La musique et le talent aussi n’ont qu’à bien se tenir.

Inutile donc de s’offusquer de la victoire de Nemo Mettler, un jeune-homme auto-déclaré non-binaire engagé dans la compétition “comme personne queer pour toute la communauté LGBTQIA+” : ce n’est pas comme si le transsexuel israélien Dana International n’avait pas remporté l’édition 1998, la drag queen à barbe autrichienne Conchita Wurst celle de 2014, et le Youtuber androgyne Bilal Hassani celle de 2019.

Inutile donc, de s’offusquer de l’élection de Slimane, de La Zarra, de Bilal Hassani, d’Amir, de Twin Twin etc.. – tous appartenant à des minorités dites “visibles” – pour représenter la chanson française.

Cela correspond parfaitement au but affiché de l’événement.

…et de politique

Alors qu’en 2022 la Russie est exclue de l’Eurovision pour avoir envahi l’Ukraine, la Turquie, elle, a pu participé à l’Eurovision pendant plusieurs années et ce alors même qu’elle avait envahi – et occupe encore – Chypre, territoire de l’Union Européenne.

La même année, la victoire du groupe ukrainien, Kalush Orcherstra quelques mois seulement après le début de l’invasion russe, laisse peu de doutes sur les motivations d’une telle élection qui a sûrement peu à faire avec la musique et tout à faire avec la politique.

Deux exemples parmi tant d’autres qui illustrent bien que la compétition obéit à un agenda politique bien précis.

À travers un concours musical, on endoctrine. On divertit et on dévie. L’Eurovision, au lieu de récompenser les talents musicaux des nations européennes, promeut la décadence et choque juste ce qu’il faut pour que les citoyens lambda se déchirent sur les réseaux et au bistrot. On gâche nos énergies à commenter des spectacles bidons à des années lumières de l’arène politique (Jul et la drag queen Nicky Doll portant la flamme olympique en sont autant de manifestation). L’attention est ainsi détournée des véritables problèmes qui affligent nos sociétés : immigration, dénatalité, destruction du système sanitaire publique, ruine de l’agriculture nationale, paupérisation, mondialisation frénétique etc…

Ce que le spectacle de l’Eurovision nous suggère tient en six mots :

Jetez vos télévisions par la fenêtre.

 

Audrey D’Aguanno

Illustration : Capture d’écran X
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

10 réponses à “Eurovision 2024. Doit-on encore être scandalisé ? Retour sur une entreprise idéologique”

  1. Brounahans l'Alsaco dit :

    Jeter les écrans par la fenêtre ? Autant vouloir résoudre la quadrature du cercle ! Le clampin de base, tous âges confondus, VIT à travers les lucarnes ! Il y a perdu son âme (s’il en avait une) est en train d’y perdre sa liberté et, cerise sur le gâteau, en redemande ! Il sait que c’est le bon chemin pour aller à l’abattoir et il y va en chantant, sa lucarne sous le bras !

  2. CREOFF dit :

    Provoquer pour faire du clic.Le clic, c’est du dollar facile. .Notre monde occidental se résume à cela. Notre gouvernement l’a bien compris. Pendant ce temps là, d’autres peuples avancent et construisent leur avenir.

  3. gautier dit :

    Ce n’est pas des prisons qu’il faut construire ! ce sont des asiles ! par contre nous n’aurons plus de dirigeants politique ! ils devront tous être enfermés ! elle serait pas belle la vie !!

  4. Hadrien Lemur dit :

    Mon voisin du dessous (allez savoir pourquoi) ma vivement déconseillé de jeter ma télé par la fenêtre. Par contre, une fois éteinte, je remarque un silence apaisant que même le chat apprécie. L’eurovision fait parti des programmes à fuir, tout comme les concours de miss ou les infos version BFM ou France télévision. Et pour les JO, j’irais à la plage.

  5. Chtimi_59 dit :

    Beurk ! A vomir !

  6. Henri dit :

    Je n’ai jamais regardé Eurovision, jamais. Et je ne m’en porte pas plus mal.

  7. NEVEU dit :

    Une de mes amies, diplômée de Cambridge’m’a signalé le cas de Katheleen STOCK professeur d’Université à York, elle aimait retrouver d’autres femmes dans un club de nuit…hors trop souvent c’étaient des engins à queue…elle a engagé une campagne de protestation contre ce genre de déchets humains…son université lui a imposé de démissionner…Eh bien nous la soutenons, après tout que de dames de haut lignage entre deux…au moins elles restaient des femmes!

  8. patphil dit :

    l’occident de demain! quelle perspective !

  9. guy dit :

    j’ai mal à mon europe !

  10. NEVEU RAYMOND dit :

    Preuve est faite encore une fois que cette Europe n’est pas la nôtre! Notre Europe c’est l’Europe chrétienne de Gibraltar à l’Oural où la Croix servait de passeport…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International, Société

Derrière les manifestations de soutien à la Palestine des campus américains, des financements chinois ?

Découvrir l'article

A La Une, Immigration, International

Freedom of Movement Solidarity Network : le nouveau réseau des associations pro-migrants pour accélérer l’invasion

Découvrir l'article

International, Politique

Les tensions en Géorgie confirment le pouvoir subversif des ONG

Découvrir l'article

Sociétal

JO – Eurovision : la propagande trans – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Sociétal, Société, Tribune libre

Nemo…Bambie Thug…Pour que le prochain Eurovision soit organisé à Gaza ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Immigration

Nouveau bateau ONG pro-migrants en Méditerranée : un nouvel affront à l’Italie

Découvrir l'article

Environnement

Cohabiter avec le loup, c’est possible : des éleveurs italiens témoignent d’un modèle qui fonctionne sur Radio France

Découvrir l'article

International

Les “fous de Dieu” au sein du gouvernement de Netanyahou bloquent tout espoir de paix

Découvrir l'article

Société

Appoline matin. Certaines ethnies plus stigmatisées que d’autres en France ?

Découvrir l'article

A La Une, Société

La GPA reconnue comme relevant de la traite des êtres humains par le Parlement européen ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky