Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouvelle-Calédonie : et si les Kanaks avaient raison ? [L’Agora]

La Droite française est désespérante. Face aux émeutes kanaks en Nouvelle-Calédonie elle se confond en indignation. Comme la Gauche woke mais à l’envers. « Comment ? Les Kanaks n’acceptent pas l’immigration-invasion qui fera d’eux d’excellents français ? La Nouvelle-Calédonie c’est pareil que la Haute-Marne ! Une seule sorte de Français en France ! »

Eternel retour des vieux refrains jacobins. Eternel aveuglement face à la réalité ethnique. Et puis, on a bonne mine, à Droite, de hurler sur ceux qui refusent de ne pas être minoritaires sur leur propre terre !

Au sein de la population kanak, le taux de natalité est traditionnellement beaucoup plus fort que chez les Blancs ; 17 pour mille dans la province Nord (majoritairement kanak -les statistiques ethniques sont interdites en France) et 19,8 pour mille dans les Iles (ultra-majoritairement kanaks) selon les statistiques de 2004. Mais ce taux baisse de façon exponentielle d’année en année.

En 1996, il était, respectivement, encore de 24 et 26,7 pour mille. Il n’y a pas besoin de travailler à l’INSEE pour comprendre que si les Kanaks acceptent le dégel du corps électoral, ceux-ci seront noyés par les arrivées massives de métropolitains à brève échéance. La population calédonienne représente 270 000 habitants. En gros, un peu plus que Rennes et un peu moins que Nantes intra-muros. Partant, comment voulez-vous qu’une population autochtone résiste démographiquement à un envahisseur si, à intervalle régulier, on lui “injecte” de nouveaux arrivants, aux moeurs totalement éloignés des siens, envahisseurs venant d’un réservoir de 60 millions de personnes !

Sachant, de surcroît, que les Kanaks sont déjà minoritaires (41,1%) après un siècle et demi de présence française ! La Nouvelle-Calédonie pour les Kanaks, c’est la Seine Saint-Denis pour les Blancs, tout simplement ! “Dégeler le corps électoral en Nouvelle-Calédonie serait une juste mesure démocratique parce que “certains “métros” sont là depuis 25 ans et n’ont toujours pas le droit de vote” ? Voilà ce qu’on entend à Droite et chez les Macronistes.

Eh bien, faisons la même chose partout en France : certains immigrés sont en France depuis 30 ans et n’ont toujours pas le droit de vote parce qu’ils sont de nationalité étrangère. Donnons-leur également ! Et la possibilité d’instaurer le califat en prime ! Là, la France peut dire adieu au 93 et à Marseille ! Et les femmes peuvent déjà commencer à consultation le catalogue “burka” de “Aujourd’hui la Mecque”.

Ah oui mais la Droite argumente aussi sur le fait que la France, les “Blancs”donc, amène à la Nouvelle-Calédonie l’instruction, la richesse, le développement, les hôpitaux et le club Mickey. Et les droits LGBT ? Apparemment, la leçon des erreurs de la colonisation et de son boomerang actuel n’ont pas porté leurs fruits à Droite. Les Kanaks ne demandent pas à être instruits ou soignés dans des hôpitaux aux normes européennes, ils demandent à qu’on leur foute la paix pour qu’ils puissent vivre selon leurs règles et accessoirement vendre leur nickel à l’Azerbaïdjan, la Chine, la Russie ou je ne sais qui encore si ça leur chante.

Parce qu’un droitard parisien, ça imagine qu’un Kanak ça vit comme dans le Loiret. Bah non ! La province Sud avec le grand Nouméa, c’est l’Europe certes (et encore juste les quartiers sud où vit la majorité des Blancs). Et certains kanaks ont renoncé à leur mode de vie pour adopter le mode de vie européen. Mais dans le reste de l’île et surtout dans les îles, on est dans un tout autre monde. Et les wokes de LFI ou des écolos français qui prennent fait et cause pour les Kanaks auraient parfois des cauchemars en découvrant certains aspects du mode de vie autochtone : le sort des femmes, par exemple, qui se font parfois dérouiller sévèrement par une société très très patriarcale. Sandrine Rousseau à Hienghène dans l’aire coutumière Hoot ma Waap, c’est le choc culturel garanti !

Et les enfants ? La Droite française connait-elle la coutume de “l’astiquage” ? Dans le monde kanak, l’éducation peut parfois se faire à coup de ceinturon version +++. Là, il n’y a pas de bouquins de Françoise Dolto dans la case. Pas de problème d’enfants rois qui commandent tout le monde dans la maisonnée. En Kanakie, le châtiment corporel à la sauce moyen-âge prend tout son sens si les gamins ne marchent pas droit. Là encore, les gauchistes qui défendent la Calédonie aux Kanaks en tomberaient d’épouvante. Eh oui !

Mais est-ce que c’est à nous, qui nous faisons commander par nos gosses à 17 000 km de la Nouvelle-Calédonie, de leur donner des leçons ? Non, franchement…

Et que dire de cette sympathique coutume qui existe encore, même si elle tend à disparaitre, qui est de s’échanger les enfants nouveaux-nés entre familles kanaks pour resserrer les liens ? L’aîné de la famille part, tout bébé, dans la famille d’à côté et on ne lui dira jamais qui sont ses parents biologiques. Adoption complète et entière et l’autre famille fera la même chose.

Là aussi, on est à 1000 lieux, ou plutôt à 17 000 km, des us et coutumes de la Saône et Loire. Parce que l’immense majorité des Kanaks ne seront jamais des Français, de la même façon que les Mahorais ne seront jamais vraiment des Français. Alors pourquoi s’acharner à garder ces territoires dans le giron français ? Pour la ZEE maritime ? Pour ne pas chagriner les Blancs locaux ? Pour garder de l’influence dans la zone indo-pacifique ? Triste “amour” de la France…

Et concernant le “racisme anti-blanc” supposé des Kanaks ? Les Kanaks sont-ils racistes ? Oui carrément ! Et… non finalement. Pas plus que nous à l’égard des populations exotiques qui s’installent en France en gros ! Ce n’est pas la couleur de peau qui les dérange, c’est surtout le style de vie ! Comme nous, quand un immigré s’installe en France. S’il devient Jean Messiha et adopte intégralement notre culture, il n’y a aucun problème et nous l’assimilons comme l’un des nôtres, s’il veut garder sa culture, sa langue et sa femme voilée, eh bien, il devient un élément indésirable car inassimilable. Les Kanaks, c’est pareil. Certains Blancs ont choisi de devenir des Kanaks, comme certains Kanaks ont choisi de devenir des Blancs, des Français. Vous allez en “brousse” (province Nord ou dans les Iles) vous voyez, c’est rare mais ça existe, des Blancs qui vivent en tribu et qui ne sont pas des Caldoches. Ils pratiquent l’hommage au chef de clan, avec offrandes et compagnie, ils versent leur salaire au pot commun de la tribu, apprennent la langue locale (il y en a une trentaine en Calédonie), etc… je ne sais pas s’ils échangent également leurs enfants parce que ça risquerait un peu de se voir, mais cette assimilation existe, certes de façon marginale, mais elle existe. Et là, il n’y a aucun racisme à leur égard dans le clan, puisqu’ils sont devenus des membres du clan à part entière.

Je reviens sur la question du salaire et des biens : si vous appartenez à un clan kanak, votre salaire tombe dans le pot commun dans une forme de communisme primitif (même s’il existe un chef tout puissant et des anciens très influents). Vous n’avez pas de problème de subsistance, de retraite, de prise en charge en cas d’invalidité ou de solitude dans les vieux jours, le clan se charge de tout, par contre, le chef vous donne une case, vous mangez de l’igname et de la viande de brousse à tous les repas et vous n’avez plus aucun bien propre. Kanak way of life !

Il faut vraiment bien comprendre que le mode de vie du kanak de brousse ce n’est pas celui de l’indien d’Amérique qui met un masque et des plumes à l’arrivée des touristes et reprend ensuite son feuilleton sur Netflix en sirotant une bière : les Kanaks vivent une réalité sociale et culturelle, un rapport à la terre, à l’autorité, aux anciens, aux enfants, aux moeurs, à des années-lumières des standards européens ! Pour s’y retrouver, voici, par exemple, un vade mecum édité par un organisme officiel français en Nouvelle-Calédonie.

La question kanak rejoint, quelque part, la question de l’Afrique du Sud abordé souvent dans les colonnes de Breizh-Info. Le fossé est tellement grand entre certaines populations amenées, par les soubresauts de l’Histoire, a vivre sur la même terre qu’il faut un “développement séparé” (définition originelle du mot “Apartheid”) pour éviter le choc des cultures. Et en Nouvelle-Calédonie, c’est ce “développement séparé” qui est la règle : les “Européens” au sud, autour de Nouméa, les Kanaks majoritairement au Nord, en brousse, dans leurs aires coutumières, avec leurs chefs locaux et leurs propres lois. Quand aux jeunes Kanaks du Grand Nouméa et des zones urbaines, ils cumulent malheureusement une certaine acculturation et une “tentation racailliste” de pillage, de trafics, d’addictions diverses et de délinquance et également une bonne aversion pour les “métros”, les “Blancs” sur fond de radicalisation vaguement politique. Eux sont racistes ! Ah ça oui ! Là ils veulent tuer du Blanc ! Du “Métro” ! Et surtout lui piquer sa bagnole, son smartphone, son shit et son alcool, parce que les émeutes en ce moment, c’est ça. Le politique, le “dégel du corps électoral” n’est qu’un prétexte. Ce sont des voyous bien schnouffés qui pillent et attaquent et ce ne sont pas les militants politiques du FLNKS. Il y a deux populations sur l’île (même plusieurs si on compte les Wallisiens et les Asiatiques, mais bon, simplifions) et ces deux populations ont des us et coutumes, de temporalités, des façons de voir le monde, complètement différents. Encore une fois, à part ceux qui acceptent de changer totalement de culture, je parle ici majoritairement des kanaks qui ont choisi de devenir des Français.

Là encore, la Droite s’offusque de ce qu’elle appelle des “dérives” de voyous. Croit-elle que la révolte des jeunes Irlandais, il y a quelques semaines, contre l’immigration-invasion avec mise à sac des installations publiques et incendie des trams étaient foncièrement différente ? A peine…

La vérité est que la France croyait avoir réglé la question calédonienne avec les trois référendums perdus pour les indépendantistes kanaks. Et qu’elle découvre que ce n’est absolument pas le cas. Et que la politique n’en est pas toute la cause, loin s’en faut ! La Nouvelle-Calédonie ne va pas être “normalisée” et “assimilée” aux Deux-Sèvres uniquement parce que le conseil d’état a donné son avis n°565456 sur les résultats des référendums et collé un coup de tampon dessus. Ca c’est ce qu’on croit à Paris. A Nouméa et surtout en brousse, on n’accepte pas le résultat, on n’accepte pas la présence des Blancs et de leur mode de vie : la Nouvelle-Calédonie appartient aux Kanaks, ils n’ont pas de territoire de repli et la lutte ne fait que continuer, référendums ou pas, coups de tampon ou pas. Il n’y a bien que les gens de Droite et la petite camarilla dirigeante parisienne pour penser le contraire…

Et que pouvons-nous reprocher aux Kanaks ? De vouloir rester eux-mêmes ? De vouloir être maîtres chez eux ? De préférer se faire coloniser par les Chinois ou les Azerbaïdjanais plutôt que par les Français ? Et si c’est leur choix ! Si c’est leur choix d’avoir une médecine traditionnelle qui marche à la crotte de Cagou plutôt que d’avoir un hôpital de brousse équipé dernier cri made in France, c’est ainsi. Point ! Le mode de vie des Européens aux Européens ! Moi je préfère avoir des équipements sanitaires à Guingamp plutôt qu’à Koumac (province Nord) ! Il faut se désempoisonner l’esprit avec cette vision jacobine qui pense que si on installe une antenne France Service et une école publique quelque part, les personnes autour vont devenir automatiquement Français des Yvelines, bouffer du Boeuf mironton, écouter Johnny et lire du Victor Hugo. La différence ethnique ça existe et, paradoxalement, avec la mondialisation, ces différences s’élargissent de plus en plus. Plus on est pareils, plus on est différents même si tout le monde porte des jeans et a un smartphone. Car plus on vit ensemble, plus les micro-différences sautent aux yeux. Les différences entre un Européen et un Congolais, un Afghan ou un Kanak ne se résument pas à l’os dans le nez. Aujourd’hui ces populations sont de plus en plus semblables à nous, en façade. En façade seulement. Car les différences fondamentales, elles, ne se sont pas résorbées et ne se résorberons jamais. Différence de rapport au travail, à la religion, à la femme, à la famille, à l’argent, à la vie, à la mort, au pouvoir, à la sexualité. En Nouvelle-Calédonie comme en Afrique-du-sud, certains segments des populations autochtones ne comprennent pas que chacun n’a pas une Ferrari par exemple. Que l’obtention d’un diplôme n’amène pas automatiquement un salaire mirobolant. Que l’élection d’un proche n’amène pas un enrichissement pour tout le clan autour. Ce sont des rapports totalement différents à l’argent, au pouvoir, à l’éducation que nous pouvons connaître en Bretagne.

Et puis regardez-vous, vous qui jugez les Kanaks : a quoi peut bien servir de garder la Nouvelle-Calédonie et d’y renforcer la colonisation de peuplement si la Seine Saint-Denis mais aussi Villejean ou Pontanézen sont abandonnés au Grand Remplacement ? Occupons-nous de geler le corps électoral chez nous au lieu de le dégeler en Nouvelle-Calédonie ! Regardez-vous avec vos enfants transgenres et vos convertis ! Ca chez les Kanaks c’est inimaginables par exemple. Regardez-vous, vous qui ne parlez plus la langue “régionale” de vos ancêtres pour parler un français parisien avant d’adopter le charabia d’Aya Nakamura. Regardez ce que vous avez perdu avant de regarder ce que vous pouvez gagner en colonisant la Nouvelle-Calédonie ! En Europe, avant de penser à la Conquista à 17 000 km de là, pensons d’abord à la Reconquista dans le “quartier populaire” d’à côté, nom de nom !

Les Kanaks veulent vivre libres, chez eux, selon leurs propres coutumes, avec leurs propres langues et leur propre nickel. Prenons exemple au lieu de leur imposer un mode de vie et de gouvernance dont ils ne veulent pas. Prenons exemple sur leur résistance à la colonisation au lieu de nous faire envahir chez nous par d’autres colonisateurs. Quant aux jeunes émeutiers qui se schnouffent la gueule et sont au chômage car inemployables du fait de leur inaptitude à un travail régulier, le meilleur pour eux serait peut-être de retourner en brousse, dans le Clan, et de retrouver une vie sociale bien encadrée. Avec le chef coutumier qui dirige, le conseil des anciens, etc… au lieu d’être livrés à eux-mêmes en ville avec les tentations “européennes” qui vont avec.

Ceci est une vision ethno-différencialiste et c’est la voie de la sagesse. Bien au-delà des coups de mention habituelle de la Droite qui veut “rétablir l’ordre” et “envoyer l’armée” mais qui n’a pas compris que si le monde entier veut s’installer en France, il n’a pas pour volonté de devenir obligatoirement français. Toute la Kanakie, les Caraïbes et l’Afrique ne vont pas devenir des nouvelles Christine Kelly !

Et puis, au nom de Dieu, larguons les confettis de l’Empire, ce sont, avant tout, des boulets pour la métropole et des aspirateurs à immigration !

Mathurin Le Breton

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

23 réponses à “Nouvelle-Calédonie : et si les Kanaks avaient raison ? [L’Agora]”

  1. J.M dit :

    Encore un superbe article. Je ne suis pas toujours d’accord avec le regard du journal mais en 2024 c’est clairement le journal le plus lucide d’information (et même les infos nationales sont mieux traitées).

  2. Henri dit :

    Excellent ! Mais je mets un bémol : pourquoi pas la partition ? 3/4 de l’île aux indigènes, avec l’indépendance ; et le 1/4 resté français (le Sud avec Nouméa) aux autres. Et pourquoi garder le Sud à la France, me direz-vous, et ne pas s’en débarasser ? Eh bien, pour éviter un traumatisme style 1962 en Algérie, et aussi pour emm… les Australiens, tout simplement, et rien que ça, ça vaut le coup !

  3. gautier dit :

    La vie sera toujours la même, rien n’a changé depuis l’esclavage jusqu’à aujourd’hui, le bien et le mal, ou est le bien ? apporter une civilisation en croyant faire le bien? et finir mal comme en Algérie ! on pense apporter un monde meilleur, maison routes, culture pour que tout le monde mange,santé, et aussitôt qu’ils on tout, ils nous virent !! mais comme ils ne savent pas garder ce qui a été fait, l’age de pierre recommence! j’ai tout dit avec l’Algérie ou d’autres pays, la vie est un balancier, un bien vaut un mal ! coloniser pour quoi, voler les richesses au lieu de les équiper pour vivre de leur terre, et faire du commerce, mais non l’argent toujours l’argent, il faut détruire les civilisations et les croyances ! faut pas s’étonner de les voir débarquer par milliers après !!

  4. Jean-François Costello dit :

    Excellent article qui explique très bien le problème social, culturel et politique de la NC.
    Les Kanaks sont submergés par une immigration de masse (comme en Métropole) qui leur fait perdre leur identité au point qu’ils deviennent ethniquement minoritaires chez eux.
    A la limite, ce qui pourrait être envisageable, c’est une NC scindée en 2 parties avec 2 gouvernements distincts et une frontière géographique et bien sûr politique : la NC du Nord aux Caldoches, aux Chinois, aux japonais etc.. qui y vivent déjà et qui, -pour les Caldoches notamment- sont là depuis plus de 3 générations (enfants de bagnards ou non) et la NC du Sud aux Kanaks qui sont là depuis 8000 ans, avec un gouvernement entièrement Kanak où Paris n’a plus aucun droit de regard. Chacun chez soin culturellement, avec sa langue et ses croyances religieuses propres. On ne peut imaginer par exemple en Kanakie des Jellabas, des Burkas et des prières de rue (de jungle) dans l’espace public, comme c’est hélas le cas dans la belle France de Métropole..
    Ceux qui veulent changer de camp (de civilisation devrait-on dire) en auront le droit mais ils devront s’intégrer et avoir une seule nationalité!
    JF Costello

  5. Jean-François Costello dit :

    @Henri Point de vue partagé. Les Caldoches et autres arrivants chez eux, en “Caldochie” (ou en France d’Outre-Mer) et les kanaks chez eux, en Kanakie.

  6. Yves dit :

    Bravo, excellent, félicitations à l’auteur….

  7. Maury dit :

    Article superficiel.
    L’influence et la présence de sociétés non françaises intéressées par les richesses du sous sol insulaire n’est pas prises en compte.
    Nous savons tous que c’est toujours le cas.

  8. gérard fresser dit :

    Bien dit ! Belle analyse que nos dirigeants devraient savoir prendre en plus haute considération.
    Bravo !
    Gérard

  9. Osloden dit :

    Alors que la France perd de son influence donc de sa puissance et de sa souveraineté, abandonner cet archipel serait une erreur monumentale qui a baisserait encore plus face au monde anglo-saxon, à la Russie, la Chine etc. Notre stratégie se limiterait à posséder l’arme nucléaire par essence inutilisable, à guerroyer en Guyane, dans les Caraïbes et enfin en Corse.
    Il existe des solutions politiques qui ne lèsent aucune des deux parties. Mais pour mettre en place un tel accord, il faut des hommes autres que de piteux calculateurs à la vue basse et au cerveau indigent.
    Je ne crois pas que les Kansas lucides souhaitent être livrés aux Chinois ou autres néo colonisateurs sans âme ni scrupule, ni altruisme.
    Cordialement

  10. guillemot dit :

    Une autre approche du problème Calédonien que nos Eminences incompétentes devraient lire. Que peuvent comprendre un Séjourné ou un Attal à tous ces problèmes et surtout y apporter une solution.

  11. mariep dit :

    Tout a fait d accord avec vous Cela rejoint le projet de kron(le ” petit macrrron”, comme ils disent) d envoyer xxmilions aux Africains pour “proteger leur sante “de la fumee du feu de bois ce qui veut dire son ingérence ubuesque dans leur mode de. vie depuis tjs.A hurler de rire…ou de mépris

  12. GLEPO423177 dit :

    Bel exemple de démagogie , je préfère ne rien rajouter sauf peut être que l auteur de cette ineptie n a pas de famille en Nouvelle Calédonie !!!

  13. sébastien dit :

    je comprends tjrs pas l’argument dégel du corps électoral = (re)colonisation/invasion migratoire française mettant “fin” aux kanaks ! C’est vraiment un fantasme de propagande.
    Puisque de fait, la Calédonie depuis toujours n’oppose aucune contrainte à y entrer quand on est français – c’est mon cas, entré là sans visa aucun il y a plus de 15 ans maintenant.
    L’entrée est libre pour les français en NC comme les Kanaks ou Caldoches peuvent entrer en France comme ils veulent. (s’il fallait faire des distinctions fausses, puisqu’ils sont tous français (au moins sur le papier).
    Bref, autant, l’article et son fond idéologique ethno-différencialiste m’agrée complètement, autant cet argument est incompréhensible.

    Enfin, la question géopolitique des évènements actuels est totalement éludée pour bien comprendre la situation ici.
    La volonté d’affaiblir la France via ses colonies, les kanaks les plus radicaux ayant sauté sur l’occasion pour cela en ayant accepté des aides étrangères (russie, chine, azerbaijan…) fournissant armes lourdes, entrainement militaire et autre logistique… et belles promesses…
    Que Macro fasse le con avec l’Ukraine ou ailleurs et que ça lui retombe dessus via les “colonies” impacte donc aussi ceux qui y habitent, et qui n’y sont pour rien.
    Re-bref, la situation est plus complexe qu’elle n’y parait.
    D’autant que tous les kanaks ne sont pas forcément indépendantistes, unis, voir certains très critiques sur la trahison de leurs “chefs” qui se gavent sur leur dos.
    voir certaines vidéos de kanaks qui tournent et balancent tout aussi !
    Salut de Nouméa.

  14. NEVEU dit :

    Tout à fait d’accord avec Messire A-Maury…les Australiens ne sont pas nos amis (ni les Néo-Zélandais d’ailleurs!) contrairement à des Anglais bien nés qui font état d’ancêtres venus de France dont ils sont fiers! Et certains s’expriment parfaitement bien en français! Et les Yankees qui sèment la désolation la prostitution, le vice sous toutes ses formes partout par où ils passent il faut s’en méfier, qui va profiter de cette guerre d’Ukraine? Eux qui multiplient les dollars, monnaie de singe! Faites un tour dans les Appalaches qu’ils y restent et rendent son lustre à cette région déshéritée!

  15. Parabellum dit :

    Au risque de faire grincer des dents les adeptes de le France ronde. Le problème kanak est celui de tous les groupes identitaires : bretons, basques, corses….devenus minoritaires sur leurs propres terres . A ceux qui voudraient couper les liens et larguer les amarres des insulaires et identitaires de tout poils , je répondrais: “Dieu vous entende”. Nous les identitaires régionalistes nous ne demandons pas grand chose : simplement de rester maitres chez nous et de pouvoir continuer à vivre selon nos us et coutumes même si elles vous déplaisent . Comme le dit très justement l’article, un breton, un basque, un corse, un kanak ne sera jamais un auvergnat, un limousin ou un parisien . Ces différences régionales sont ce qui fait le charme de notre pays . Mais pour conserver leurs âmes ces régions doivent limiter les interférences exogènes. Quand des flots de bobos et citadins en tout genre se déversent là où ils n’ont rien à faire , le chaos est au rendez-vous . Et cela est également valable pour les zones rurales métropolitaines . Quand un casse-couille en recherche de verdure commence à se lamenter du bruit des cloches des vaches du chant des coqs ou des cloches de l’église du village , on est dans le même délire . Alors OUI, les kanaks ont raison de vouloir défendre leur identité, leur mode de vie, leurs traditions …et que ceux qui veulent vivre en Nouvelle Calédonie le fasse en s’intégrant et respectant les traditions locales. S’ils veulent “franciser” le territoire qu’ils aillent reconquérir et s’installer dans le 93 .

  16. Eno dit :

    Les Kanaks sont plus anciens habitants de l’île, ils ont donc un droit prioritaire sur elle. Le dégel du corps électoral est une manière de les déposséder de leur terre, de les noyer démographiquement.

    Ici comme aux antipodes, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

    Merci à BI et à Marine d’être cohérents.

  17. pedro dit :

    “larguons les confettis de l’Empire”: complètement d’accord.
    “des boulets pour la métropole”? Non monsieur, il s’agit d’émancipation et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, c’est p’têt bien vous le boulet…
    Dommage, car l’article soulève des points intéressants.

  18. vodkov dit :

    “bien, faisons la même chose partout en France : certains immigrés sont en France depuis 30 ans et n’ont toujours pas le droit de vote parce qu’ils sont de nationalité étrangère”

    Faux, les étrangers européens ont le droit de vôte aux élections municipales en France. Faisons la même chose en NC.

    Sinon, abandonnons les subventions à l’industrie du nickel et donnons leur l’indépendance. Mais là bien sûr, ça ne marchera pas !

  19. Anti woke dit :

    Faut être complètement con comme l’auteur de cet article pour refuser 3 fois le choix d’un peuple…

    Démocratie de facho ? On revote jusqu a un résultat plaisant ?

    Vous êtes copains avec Melanchon du coup ?

    Breizh info devient woke..

  20. Yann dit :

    Je trouve cet article caricatural, sans nuance et sans perspective constructive. Pour ma part je pense qu’il faudrait un dégel du corps électoral très très lent, peut-être 30 ou 50 ans, et je suis fier et heureux que la Kanaky Nouvelle Calédonie face partie de la République Française.

  21. VIVE LA FRANCE dit :

    La Bretagne n’est pas française selon l’auteur ?
    La haine de la France !
    Breizh info est de gauche ?

  22. Gilles dit :

    Je suis complètement d’accord avec vous.
    La question est bien celle-ci :
    -les peuples autochtones, ou historiques, ont-ils un droit supérieur à la terre de leurs ancêtres par rapport aux nouveaux arrivants, qu’ils soient là depuis deux générations ou qu’ils soient débarqués du dernier avion ?
    Si oui, alors les Kanaks ont raison : gel du corps électoral en NC et en France.
    Si non, NC française et Melenchon président…bientôt.

  23. Marc-François de RANCON dit :

    Vraisemblablement l’auteur a pissé et délayé cette copie pour faire l’intéressant dans le genre “t’as vu si comme Breton régionaliste c’est pas moi le plus anti-français au fond et le plus ordinaire dans la forme” ? Lamentable au niveau intellectuel. Nul au plan politique. Je ne sais pas s’il se prend pour un kékou de l’indentitarisme breton, en revanche je suis certain de son ignorance crasse de l’identité française, de l’Histoire, et des enjeux géopolitiques à terme du monde contemporain.
    De temps en temps il faut mettre le nez hors de Rennes ou regarder plus loin que l’horizon de Nantes…

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

L’histoire du mouvement indépendantiste en Nouvelle-Calédonie et les aspirations actuelles

Découvrir l'article

Sociétal

Nouvelle-Calédonie : guerre civile ethnique ? – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Sociétal

Nouvelle-Calédonie : la Gauche devient ultra identitaire !

Découvrir l'article

Sociétal

Référendum en Kanaky – Nouvelle Calédonie : « une pantalonnade française »

Découvrir l'article

E brezhoneg, Politique

Kaledonia-Nevez : an dizalc’hourien o deus roet o dilez d’ar gouarnamant emren

Découvrir l'article

International

Nation.s. Le film qui évoque l’indépendance de la Kanaky-Nouvelle Calédonie

Découvrir l'article

Société

Pour Bertrand Badie , l’immigration serait bonne en France et… mauvaise en Nouvelle –Calédonie

Découvrir l'article

International, Vidéo

Retour sur le référendum en Nouvelle-Calédonie [Vidéo]

Découvrir l'article

Tribune libre

Kanaky. Vive la Nouvelle-Calédonie libre ! [Tribune libre]

Découvrir l'article

Société, Vidéo

Nouvelle-Calédonie : vers l’indépendance ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky