Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Redadeg 2024 : 2222 km de course solidaire pour la langue bretonne de la pointe du Raz à Morlaix

Du 17 au 25 mai 2024, la Redadeg, la course solidaire pour la langue bretonne, revient pour sa 9ème édition. Plus de 300 communes des 5 départements de la Bretagne historique verront passer le témoin de la course, de la pointe du Raz à Morlaix avec au total 2222 kilomètres et une traversée des cinq départements de la Bretagne historique. Pour célébrer cet événement, des festivités sont prévues dès le jeudi 23 mai.

Le principe de la Redadeg

Depuis sa création en 2008, le principe de la Redadeg reste le même : des particuliers, des associations, des collectivités locales ou des entreprises achètent des kilomètres, qu’ils courent ensuite. L’argent récolté est en partie reversé pour financer des projets en lien avec la langue bretonne. C’est Morlaix qui a été choisie cette année pour être la ville d’arrivée de la course. L’association KLT est en charge de l’organisation de l’événement, avec le soutien de la municipalité et de Morlaix Communauté. Près de 5 000 personnes sont attendues pour cet événement gratuit et de grande ampleur.

La transmission de la langue bretonne à l’honneur

Le thème de cette 9ème édition de la Redadeg est la transmission de la langue bretonne.

Au programme des festivités à Morlaix, ville d’arrivée : Une fresque réalisée en direct par l’artiste Zag en collaboration avec la chanteuse Clarisse Lavanant sera réalisée place Puyo. Six films en breton (sous-titrés en français) sur l’ancienne manufacture de tabacs sont visibles sur la chaîne YouTube de Morlaix communauté, en partenariat avec l’INA.

Le jeudi 23 mai, du théâtre en breton sera proposé à la MJC de Morlaix et au Théâtre du pays de Morlaix. Le vendredi 24 mai, un cabaret breton, des contes, des musiques et des chants seront au programme au bar du SEW. Le samedi 25 mai, la place Charles-de-Gaulle accueillera dès 14 h 30 des animations, avec notamment le bagad Montroulez, les Dañserien Lann Trivizio, des chansons par les enfants de filières bilingues, des chanteurs de Kan-Ha-Diskan et les Korollerien Montroulez. L’arrivée de la Redadeg est prévue à 16 h 30, suivie d’un concert d’El Maout à 17 h 30. Un défilé vers la Manu est prévu à partir de 18 h 30, avec des scènes de Fest-Noz au SEW et dans la cour de la Manu jusqu’à 2 h du matin.

Vous pouvez encore acheter des kilomètres ici

Breizh-info.com, comme fréquemment depuis la création de la Redadeg, a acheté un kilomètre.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2024, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

6 réponses à “La Redadeg 2024 : 2222 km de course solidaire pour la langue bretonne de la pointe du Raz à Morlaix”

  1. Patrice dit :

    Ce n’est pas une langue mais une DIALECTE. Corrigez svp.
    L’occitan est une langue, pas le breton.

  2. Patrick Yves GIRARD dit :

    Plié de rire, la langue bretonne a été écrite bien avant le français issu d’un patois roman corruption du bas-latin. Tâchez de mieux vous informer plutôt que de reprendre les âneries diffusées par les cercles malveillants des impérialistes français : laïcards de tous poils, “libre” pensée, francs-magouilleurs, copains d’Asselineau, Le Pen, Zemmour, etc…

  3. Herri ab Yann dit :

    On perd son temps à essayer de savoir quand est “née” une langue. Elle découle forcément d’un parler plus ancien (sauf quand il s’agit de langues artificielles comme l’espéranto ou le volapük, et encore…).
    “Le français issu d’un patois roman corruption du bas-latin”… Que de termes péjoratifs pour essayer de décrire l’histoire d’une langue que l’on parle mais que l’on feint de détester !
    L’anglais pourrait être qualifié de créole tant il est fait de mots saxons mélangés à d’autres mots issus de l’anglo-normand (après 1066). Cela ne l’a pas empêché de devenir une langue mondiale, au contraire. Il ne faut pas répondre à des “âneries” par des “âneries”.
    Quant à savoir ce qui est un dialecte ou une langue (sans parler de “patois”), c’est souvent question d’appréciation. L’occitan est une langue par rapport aux dialectes qui la composent (provençal, auvergnat, gascon, languedocien etc) mais pourrait être considéré comme un dialecte du latin qui lui a donné naissance. Tout est relatif.
    De même le breton peut être considéré comme une langue (unifiée tant bien que mal) ou, si l’on veut, comme un dialecte de l’ancienne langue brittonique tout comme le gallois et le cornique.
    Les langues sont en constante évolution. Le latin a produit le français qui a produit le créole haïtien. On pourrait donner d’autres exemples. Il arrive aussi que les langues meurent (le gaulois), survivent de façon artificielle (le cornique) ou vivotent en ayant un pronostic vital à plus ou moins longue échéance, ce qui est malheureusement le cas du breton. N’eo ket gant redadegoù e vo savetaet ar brezhoneg, siwazh !

  4. Jef dit :

    Le breton est une langue celtique elle a une grammaire qui lui permet de se suffire à elle même

  5. NEVEU RAYMOND dit :

    J’ajoute et je complète pour confirmer…Le plus ancien texte écrit découvert dans un monastère est bien un texte écrit en breton datant du Haut Moyen-Age.La LANGUE bretonne est d’un excessive souplesse dans sa construction…même si je partage sur d’autres points l’avis de l’écrivain Volkoff! Et contrairement à un “trouduc” comme on dit dans l’armée je suis linguiste et dûment diplômé des universités et polyglotte de surcroit et j’appartiens à une famille cultivée et non pas à une famille de marchands de cacahuètes! Donc prenez acte que le breton est une LANGUE! CONFIRMEZ SVP ! Oui c’est bien l’opinion scélérate du reliquat de tarés confits dans leur atrabilarité de la Libre Pensée que de pester contre le breton. Stank da reor toul strizh!

  6. Eric Abgraal dit :

    Si le breton est bien une langue le problème est que c’est une langue en voie de disparition. La Ripoublique Française a fait son oeuvre. Seul un état breton pourrait tenter de la restaurer en l’introduisant à l’école de manière obligatoire. Mais l’exemple de l’Irlande nous montre qu’il est plus que difficile de restaurer une langue qui n’est plus utilisée au quotidien.
    Alors parier sur l’ia ? Je ne sais pas trop… Je sais aussi que certaines langues rares sont encore parlées par des peuples au quotidien qui sont très souvent bilingues. Ce qui est certain est que la Ripoublique Française ne contribuera jamais à cette Renaissance. Vive la Bretagne libre dans l’Europe aux cent drapeaux de l’Atlantique à l’Oural.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Dinan

Apprendre le breton en 6 mois à Dinan : une formation Skol an Emsav !

Découvrir l'article

E brezhoneg, Sociétal, Société

Lizher digor da skipailh ar Redadeg

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine

La Redadeg, la course pour la langue bretonne, assume pratiquer la discrimination politique et refuse l’achat d’un kilomètre à Breizh-info.com

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Langue bretonne : Diwan a besoin d’une révision constitutionnelle

Découvrir l'article

Histoire, Patrimoine, Politique, Sociétal

Francisation de la toponymie bretonne : l’association Koun Breizh saisit l’UNESCO

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Sociétal

Le Breton menacé en tant que langue vivante ?

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Local, ROSTRENEN

Kreiz Breizh : Rostrenen, Glomel et la CCKB s’engagent en profondeur pour la langue bretonne

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Patrimoine

Pèlerinage des Bretonnants à Sainte-Anne d’Auray le 7 avril : Un rendez-vous incontournable

Découvrir l'article

GUINGAMP

Pour Fañch et tous les autres, Guingamp vote pour la reconnaissance du tilde dans l’état civil : une avancée symbolique pour la langue bretonne

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky