04/02/2014 – 08H30 Locarn (Breizh-info.com) – Fondé en 1991 par Joseph Le Bihan, professeur à HEC et Jean-Pierre Le Roch, créateur de l’enseigne de grande distribution « Les Mousquetaires » (Intermarché), l’Institut de Locarn est un creuset d’idées et de projets, bénéficiant d’une ouverture sur le monde grâce à la Diaspora Economique Bretonne.

Ce “think tank” breton, véritable centre de prospective économique, est également premier village numérique en France. Il œuvre pour le développement économique et culturel de la Bretagne et la formation des entreprenants. « L’institut est né pour accélérer la prise de conscience de la nécessité d’agir dans une dynamique pour aiguillonner les acteurs du développement économique vers l’offensive, plutôt que vers une stratégie de survie. Locarn a pour ambition de concourir au développement qualitatif et quantitatif de la région et de permettre à ceux qui le souhaitent de travailler en Bretagne. » déclare son fondateur.

Outre les conférences mensuelles parlant des grandes thématiques qui font les enjeux de notre société de demain (la prochaine se tenant le vendredi 28 février sur le thème de la sécurité, la dernière en date ayant été celle de Philippe Chalmin) , l’Institut de Locarn a également mis en œuvre, avec la région Bretagne et Pôle emploi notamment, deux formations à destination des créateurs et repreneurs d’entreprises mais aussi des gestionnaires de SCOP (sociétés coopératives et participatives).

Enfin, afin de fédérer les Bretons du monde entier afin qu’ils contribuent à l’essor économique de la région, l’Institut a mis en place le projet « Diaspora Economique Bretonne » avec notamment le parcours de formation « Guillaume LEJEAN » qui a pour but d’accompagner et de former une quinzaine d’étudiants par an à la culture économique internationale et bretonne et ainsi constituer un vivier pour demain de jeunes formés qui seront les relais de la diaspora économique bretonne.

Symbole d’une certaine volonté de puissance économique et entrepreneuriale bretonne, l’Institut de Locarn, souvent décrié ou bien par les médias qui ne le connaissent pas, ou bien par des politiques qui en ont peur, est aujourd’hui dirigé par Alain Glon, ex-PDG du groupe Glon .
Nous l’avons rencontré au sein de sa société, Altho qui fabrique notamment les chips bretonnes « Bret’s » et qui est basée dans le bassin de Pontivy. L’occasion d’interroger cet aventurier Breton  sur sa carrière, son enfance également, sur ce qui l’a poussé à devenir entrepreneur et à se mettre au service de la Bretagne et des Bretons avant tout.

L’occasion aussi de faire un point sur l’Institut de Locarn mais aussi sur l’actualité économique difficile en Bretagne et sur les relations entretenus par l’Institut avec les Bonnets rouges lors de l’automne Breton. L’occasion également de parler de l’avenir de la Bretagne et du Comité de convergence des intérêts Bretons (CCIB) à l’origine de l’appel du 18 juin 2013 et qui souhaite, pour créer de l’emploi en Bretagne, relocaliser les centres de décision et créer du pouvoir d’achat supplémentaire, mettre fin aux monopoles étatiques sur les marchés vitaux en Bretagne (gaz, énergie, transports scolaires, etc …).

Rencontre avec un Breton engagé, qui refuse de céder aux sirènes du pessimisme ambiant, qui estime que le soleil brillera à nouveau sur la Bretagne en 2032, à l’aube des 500 ans de la fin de l’indépendance bretonne. Rencontre avec Alain Glon, qui invite les Bretons à se prendre en main, à créer, à innover plutôt qu’à attendre systématiquement quelque chose de la bureaucratie à la française. Acquérir une âme de combattant et d’aventurier, briser ses chaînes., en finir avec la mentalité de victime et de colonisé.
C’est le seul salut possible selon lui pour la région et pour les hommes qui fondent cette Nation.

Photo : breizh-info.com (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.