Notre-Dame-des-Landes. les socialistes en font-ils trop ?

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

28/02/2014 – 09H00 Nantes (Breizh-info.com) – « Les socialistes prennent des risques », affirme ce professionnel de la communication d’origine nantaise. « À trop incriminer les opposants traditionnels au projet de Notre-Dame-des-Landes, ils se mettent dans la position de celui à qui le crime profite. Cela ne prêterait pas à conséquence si l’action des forces de l’ordre avait été irréprochable. Mais les déficiences de leur intervention favorisent les rumeurs. En somme, Rimbert en fait trop et Valls n’en a pas fait assez » Depuis la manifestation contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes à Nantes samedi dernier, tous les partisans du projet s’efforcent de mettre les incidents au passif de l’ACIPA, du CéDPA et autres adversaires institutionnels de l’« Ayraultport ».

Les accusations envers les opposants traditionnels sont, pour l’essentiel, injustes. Certes, leur manifestation a été l’occasion des troubles… mais on peut en dire autant du projet d’aéroport lui-même. Certes, ils n’ont pas prévu un service d’ordre capable d’écarter les casseurs qui se sont invités à leur manifestation, mais reproche-t-on au Paris-Saint-Germain les émeutes qui ont dévasté le quartier du Trocadéro à Paris quand il a célébré sa victoire en championnat de France de football, le 13 mai dernier ?

On notera que les reproches ne sont pas adressés aux « écologistes » ou aux « verts » en général. Cécile Duflot a rappelé samedi qu’Europe Écologie-Les Verts était hostile à l’aéroport. Jean-Marc Ayrault, via Ouest France, a invité dimanche EELV à « sortir de l’ambiguïté ». Une partie de la presse y a vu un grave différend. En réalité, l’incident en est resté là. Dès lundi, une fois les électeurs de retour devant leurs téléviseurs, les deux camps ont multiplié les gestes d’apaisement. « Chacun a fait une sorte de minimum syndical », estime notre communicant. « L’honneur est sauf, et aucun dommage irréversible n’a compromis les perspectives d’alliance au second tour des municipales. »

Des professionnels de la com’ sont à l’œuvre

En revanche, l’offensive contre l’ACIPA, lundi et mardi, paraît trop uniforme pour ne pas être concertée. Elle a été suivie à partir de mardi d’appels à l’évacuation de la ZAD. Cela ressemble fort à une préparation d’artillerie médiatique avant une offensive sur le terrain.

On se souvient que Jacques Auxiette, président de la région des Pays de la Loire et président du syndicat mixte de l’aéroport, avait publié il y a quelques mois un appel d’offres en vue de recruter un cabinet de conseil en lobbying. Devant le tollé général, il avait battu retraite. Mais il y a d’autres moyens que les appels d’offres pour rémunérer les conseils de spécialistes ! Les indices de l’intervention de professionnels des relations publiques n’avaient pas tardé. Ainsi, la mise sur pied d’une association de partisans du projet avait permis de revendiquer une « égalité de temps de parole » entre des milliers d’opposants et des dizaines de partisans.

Les suites de la manifestation du 22 février montrent à l’évidence que la communication des partisans de l’aéroport est désormais coordonnée par des professionnels. Mais peut-être en font-ils trop… Il y a là un sujet d’étude intéressant pour les étudiants des écoles de communication.

Crédit photo : Breizh-info
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.
.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

4 Commentaires

  1. C’est vrai, il faudrait laisser sonner les autres cloches, les partisans de l’aéroport. Et aussi, pour faire place à toutes les opinions, réserver une copieuse tartine à tous ceux qui doutent ou qui s’en foutent.

    • Il ne donne qu’un son de « cloche » , c’est le cas de le dire…
      C’est une sorte d’exercice masturbatoire qui ne présente d’ intérêt que pour son auteur.

  2. @Breizh info : les faits sont quand même là. Il y a eu de la casse dans des proportions inacceptables et ce, au détriment des usagers et de la collectivité qui devront payer les pots cassés. Ce saccage n’aurait pas eu lieu si la manif n’avait pas eu lieu, tout simplement. Plutôt que de tenter de faire passer le maire et les forces de l’ordre pour responsables de cette casse (d’ailleurs on notera au passage que vous n’avez peur de rien), vous devriez admettre qu’il existe des gens parmi les zadistes, totalement extrémistes et marginalisés de notre société. Ils n’ont rien à faire chez nous et pourrissent la situation, de même qu’ils rendent impossible tout éventuel dialogue entre opposants et partisans.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

ZAD de Notre-Dame des Landes : quand les gauchistes se déchirent

Le monde gauchiste est un monde en éternelle révolution, diverses sectes s'entre-excommuniant l'une l'autre, jouant à celle qui sera la plus radicale et la...

Notre-Dame-des-Landes : où se cachaient les « écolos » de l’UDB ?

Les dirigeants de l’UDB sont devenus écolos. Ils ne l’ont pas toujours été. En particulier lors de la « lutte » à Notre-Dame-des-Landes. Les militants de l’UDB...

Notre-Dame des Landes : des cabanes détruites sur l’ex-ZAD

Dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne et les squats, deux baraques occupées par des « irréductibles » sur l’ex-ZAD de Notre-Dame des Landes...

Nantes. Échauffourées et voitures brûlées : les casseurs s’en donnent à cœur joie près des lycées de banlieues « sensibles »

Ce que l’extrême-gauche nantaise, toujours prompte à défendre ses dealers, appelle pudiquement des « refus lycéens de la réforme du bac » se transforme en...