Alain Glon, qui fut le patron du groupe Glon-Sanders, avait depuis quelques temps un projet de modèle économique d’un type nouveau susceptible de donner à la Bretagne un nouvel élan économique. Ce modèle a la particularité d’être local, enraciné et solidaire, c’est-à-dire qu’il se situe aux antipodes du modèle mondialisé, déterritorialisé et financiarisé que nous subissons et qui nous a emmenés au bord du précipice (nous y sommes toujours, sept ans après le début de la méga-crise que le regretté Maurice Allais avait pronostiquée dès 1992).

Un projet localiste et enraciné

Le projet en cours dont le nom est ‘’Redéo’’, ce qui signifie ‘’il est nécessaire’’ en langue bretonne, est un projet associatif dont le but est de détourner une part, la plus importante possible, de l’épargne des Bretons (16 milliards d’euros par an) pour l’investir dans des projets entrepreneuriaux en Bretagne. Les bénéfices dégagés par ces entreprises seront pour une part distribués aux épargnants et pour une autre part réinvestis dans la région. Un autre but de ce projet est de diminuer les coûts des besoins primaires des entreprises et des ménages (énergie, déchets, téléphonie, transports, assurances….) de façon à améliorer le niveau de vie des Bretons. Une telle organisation devrait permettre d’éviter que les profits des entreprises qui opèrent dans les domaines évoqués ci-dessus soient utilisés ailleurs dans le monde par les multinationales qui y ont acquis des positions quasi-monopolistiques. Il peut sembler ambitieux voire téméraire de marcher sur les platebandes de ces organisations tentaculaires mais l’expérience montre que même les très grandes puissances ne peuvent rien face à un petit peuple déterminé.

Ce projet repose sur l’attachement de ses promoteurs à notre région et sur leur volonté de léguer aux générations futures une Bretagne prospère dans laquelle elles pourront continuer à vivre et travailler.

Un projet solidaire

Le point de départ de la réflexion qui a mené à la création de cette organisation se situe dans le constat qu’il est absolument inutile de compter sur l’Etat et sur les partis politiques pour trouver une solution au marasme dans lequel notre région s’enfonce. Considérant à juste titre que l’union fait la force et que les petits ruisseaux font les grandes rivières, les promoteurs du projet ont imaginé de solliciter l’ensemble des Bretons et de les inviter à mettre leur épargne au service de l’intérêt régional. L’avenir de ce projet dépendra de la réaction collective des Bretons. S’il réussit à susciter un vaste enthousiasme populaire, alors tous les espoirs seront permis ; à défaut, cela signifiera que les Bretons, en dépit de leur attachement à leur région, ont baissé les bras.

La réussite de ce projet dépend entièrement de la capacité qu’aura, ou non, la communauté bretonne à concrétiser une réelle solidarité; si cette initiative aboutit favorablement, ses retombées profiteront à tous (travailleurs, consommateurs et épargnants).

Les promoteurs du projet, lequel est comme le dit Alain Glon beaucoup plus politique que strictement économique (il concerne le devenir de la communauté bretonne et n’est pas ordonné aux intérêts de quelques uns), souhaitent voir se développer des associations de ce type dans les autres régions de France. Ces associations régionales permettraient de contourner l’impotence d’un Etat déconnecté des réalités et de rendre aux communautés régionales la maîtrise de leur avenir.

Les opérations démarreront en Avril

Le lancement de ce projet a eu lieu le 17 Février ; une première société dont le nom est ‘’Redéo – Energie’’ a été créée et le début de ses activités est prévu pour Avril. Elle proposera du gaz aux industriels dans un premier temps. Une autre structure dédiée aux assurances verra prochainement le jour ; son but sera de faire baisser le coût des assurances des ménages de 20%. Enfin l’organe de collecte de l’épargne sera opérationnel à compter du 1er Juin 2014 ; il proposera des produits d’assurance-vie et des PERP à des conditions intéressantes. L’épargne collectée sera totalement investie dans la région. D’autres créations suivront, si les épargnants sont au rendez-vous.

L’association Redéo

L’association, dont le siège est à Saint-Gonnery dans le Morbihan est présidée par Jean-Pierre Coïc ; Alain Glon en est le vice-Président, Brigitte Briend la secrétaire et Valérie Galichet la trésorière.

Les dix membres fondateurs assistés d’experts travaillent sur les offres en besoins primaires qui seront proposées prochainement aux Bretons. Il est possible d’adhérer à l’association et de faire des dons.

Souhaitons la réussite de ce projet qui est susceptible de fédérer les énergies et de redonner, en ces temps de grande morosité, de l’espoir à l’ensemble de notre communauté.

B. Guillard

Adresse de l’association Redéo : 5 Impasse Keravel – 56920 – Saint Gonnery

 

Courriel : [email protected]

2 Commentaires

  1. Bonjour,

    S’avez vous que lorsque dans les premiers jours des manifestations des bonnets rouges qui sollicitaient aides de l’état et bine le ministre des finances étaient en train de signer un chèque au Maroc pour aider les petites entreprises marocaines à s’en sortir. Cette info m’a été transmise par un journaliste Marocain. En a t on entendu parlé dans un média Français ? Lequel ?

    Bonne chance pour « REDEO ». J’aimerais en savoir plus pour imiter dans ma région.

    Amicalement.

    Jean Philippe RENAU

  2. Glon et la Bretagne aux bretons … dans n’importe quelles conditions ??? Ce type fait importer des milliers de tonnes de céréales OGM en Bretagne pour nourrir des cochons industriels, Beurk !. Il collabore avec les multinationales qui saignent les petits paysans d’Amérique du sud qui se font virer violemment comme des malpropres de leurs terres nourricières . Ces terres sont converties en milliers d’hectares de cultures transgéniques au profit de multinationales telles que Monsanto, Pioneer et bien d’autres profiteurs sans scrupules qui les consacrent uniquement à l’exportation…Outre d’empoisonner la terre à haute dose, c’est le viol des petits paysans locaux, c’est la mort à court terme de l’activité paysanne et c’est voir grossir les favélas auprès des mégalopoles. Et Glon est un de ceux en Bretagne qui collabore à ces méfaits au nom de la Bretagne; Il pue ce mec, ça ne vous fait pas HONTE à vous ? Voir: http://vimeo.com/90470220

Comments are closed.