Ecosse. Les retraités et les immigrés ont majoritairement voté non

A LA UNE

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (1/2)

Le 19 septembre dernier, à Paris, s’est tenu le colloque annuel de l’Institut Iliade sur le thème « La...

Charles de Meyer (SOS Chrétiens d’Orient) : « Les pigistes de Mediapart nous désignent comme des cibles aux islamistes »

Nous nous étions faits écho de l'article entièrement à charge du journal Mediapart, commande visant l'ONG SOS Chrétiens d'Orient,...

Le RN en tête aux Régionales en Bretagne. Un sondage LREM pour faire peur ?

 La République en Marche (LREM) a fait réaliser - et volontairement fuiter semble-t-il - un sondage sur les intentions...

« L’immigration est une chance pour la France » : 40 ans déjà

« L’immigration est une chance pour la France » : le plus souvent, de nos jours, cette formule est utilisée par antiphrase,...

20/09/2014 – 07H00 Glasgow (Breizh-info.com) – La victoire du non (55% contre 45% de oui) lors du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse qui s’est déroulé ce jeudi est largement salué par les principaux dirigeants de l’Union Européenne et des puissances étrangères, qui avaient peur qu’une victoire du « oui » n’entraîne la montée des velléités séparatistes dans leurs propres pays.

Néanmoins, à regarder de plus près les statistiques liées à ce vote, on observe à nouveau une nette fracture entre les aspirations de la jeunesse écossaise, qui a voté majoritairement en faveur de l’indépendance, et les retraités ainsi que les immigrés (tous les résidents anglais, européens ou extra-européens pouvaient voter à l’occasion de cette consultation populaire) qui se sont prononcés pour le maintien dans le Royaume-Uni.

Ainsi, 71% des 16-17 ans, 48% des 18-24 ans, 59% des 25-34 ans et 52% des 35-44 ans ont voté pour l’indépendance , alors que 57% des 45-54 ans et 73% des 65ans et + ont voté contre . La peur de perdre les privilèges acquis avec la couronne britannique et l’inquiétude sur les retraites auront sans doute peser sur le vote des retraités.
Les électeurs conservateurs ainsi que les travaillistes ont également voté majoritairement pour l’union (95% et 63%) alors que les sympathisants du Scottish National Party ont voté à 86% pour le oui.

John Curtice, professeur de Sciences politiques à l’université de Strathclyde, a analysé le vote non de la façon suivante auprès de la BBC : » Le Non a été généralement plus élevé dans les quartiers à forte population immigrée, ainsi que dans les zones regroupant des personnes âgées, la classe moyenne haute, mais également dans la moitié la plus rurale de l’Ecosse. »

En effet, si les immigrés fraîchement arrivés semblent avoir voté Oui – le SNP d’Alex Salmond ayant fait beaucoup de promesses électorales à cette catégorie spécifique de population et notamment la promesse d’une hausse de l’immigration chaque année – ceux installés de longue date ont voté majoritairement non.
Les jours précédents le vote, les derniers sondages communautaires établissaient que 2/3 des pakistanais (100 000 résidants) et 63% des 500 000 anglais autorisés à voter comptaient voter Non au référendum. Ces 600 000 voix additionnés au autres communautés immigrées d’Ecosse (proche de 900 000 soit, 17% de la population)  expliquent en partie les 300 000 voix d’avance en faveur du Non.

« En fait, les responsables de ce fiasco, ce sont avant tous les dirigeants indépendantistes comme Salmond. » commente Steve, un habitant de Glasgow, sans emploi. « Des années de politique en faveur de l’immigration, des années de privilèges sociaux qui leur sont accordés. Voilà les remerciements. Si ça continue comme cela, nous allons disparaître, et on devra en plus dire merci » clame-il avec colère.

Il est à noter qu’à contrario, en raison du « droit du sol » existant en Ecosse et jamais remis en question (au contraire) par Alex Salmond, plusieurs centaines de milliers d’écossais ou de descendants d’écossais expatriés n’ont pas pu prendre part à ce référendum, contrairement aux immigrés de fraîche date.

Si au sein du camp nationaliste écossais, c’était ce matin la tristesse et la consternation qui primait, les leaders des institutions étrangères n’ont pas lésiné sur les ingérences et les commentaires , de José Manuel Barroso, président de la Commission Européenne, à Anders Fog Rasmussen, secrétaire général de l’OTAN, en passant par Mariano Rajoy, Premier ministre espagnol ou Martin Schultz, président du Parlement Européen.

Quoi qu’il en soit, une des leçons à tirer de ce référendum, c’est que les Ecossais de souche ont voté majoritairement pour l’indépendance de leur pays, ce qui signifie qu’ils ne sont désormais plus maîtres dans leur propre pays.

Photo : Breizh-info.com
[cc]
Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

 

3 Commentaires

Comments are closed.

Les derniers articles

Un délinquant multicarte arrêté pour 12 vols, détention d’armes et stupéfiants à Nantes

Un délinquant récidiviste a été arrêté récemment pour 12 vols commis à l’est de Nantes entre le 25 août...

Chevaux mutilés et tués : ils organisent la résistance

Depuis 2018, des attaques barbares de chevaux ont lieu dans toute la France : yeux arrachés, découpe de l'oreille...

“Eloge de la Force”, Laurent Obertone au micro d’André Bercoff

Eloge de la Force. Le nouveau livre de Laurent Obertone vient de sortir (il nous en avait parlé ici). Il était l'invité d'André Bercoff. Crédit...

Frédéric Rouvillois : La pensée dangereuse et glaçante de Macron

Le professeur de droit public, Frédéric Rouvillois, publie un ouvrage essentiel pour comprendre la pensée profonde d'Emmanuel Macron et de ses soutiens :"liquidation". Macron...

Rennes. Alerte renforcée : quelles nouvelles contraintes sanitaires ?

La situation se complique à Rennes concernant les mesures liées au Covid-19. La ville vient de passer en zone d'alerte renforcée. Avec des implications...

Gilles-William Goldnadel : « Je vis l’immigration comme un drame, comme une invasion. »

Gilles-William Goldnadel : « Je vis l'immigration comme un drame, comme une invasion. » https://www.youtube.com/watch?v=_REVVTRcmEw Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -