Edwy Plenel vs Patrick Cohen, ou le désarroi des maitres censeurs

A LA UNE

L’islam rend-t-il fou ? L’altercation qui a opposé le 6 janvier dernier le Nantais Edwy Plenel à Patrick Cohen permet de se poser la question. Invité sur le plateau de l’émission C à Vous (France 5), le patron de Médiapart s’en est en effet pris violemment au patron de la matinale de France inter. En cause l’invitation de Michel Houellebecq sur la radio publique pour parler de son dernier roman Soumission, qui évoque l’arrivée à l’Elysée en 2022 d’un président de la République musulman.  Un grand moment de télévision où l’on voit Plenel traiter Patrick Cohen – l’homme qui a pu déclarer un jour qu’ « on a le droit de penser ce qu’on veut dans les limites de la loi » – d’ « islamophobe ».

« Ce qui me révolte, c’est que depuis plusieurs jours (…) nous faisons, nous les médias, – certains médias-, de cet ouvrage un évènement d’aujourd’hui. Ils font d’un écrivain, qui a le droit de penser toutes les folies qu’il veut, l’évènement politique de cette rentrée », déclare d’entrée de jeu l’auteur de Pour les musulmans, visant – sans le regarder – Patrick Cohen.

« Monsieur Cohen a laissé dire tranquillement à Monsieur Finkelkraut que l’islam posait un problème de civilisation dans notre pays que l’on ne peut pas laisser au Front national » ajoute l’ancien patron du Monde, qui estime qu’il s’agit là d’une opinion « islamophobe ».

« Edwy Plenel, on ne doit pas recevoir Michel Houellebecq ? », interroge alors ce dernier. « Vous faites ce que vous voulez et j’ai le droit de critiquer vos choix éditoriaux », répond Plenel en prenant soin de s’adresser à Anne Sophie Lapix, la présentatrice-icône de la bobosphère.

Pas content du tout, Cohen se lève et se place devant son contradicteur en lançant « J’apprécie enfin que vous me regardiez ». Le patron de Mediapart tente de nier. Intervention de Madame Lapix : « Pourquoi évitez-vous le regard de Patrick Cohen ? »  Réponse de l’invité « Je vous réponds à vous ».  Le journaliste de France inter reprend la parole : « C’est extrêmement désagréable de vous interviewer ! ».

« Vous faites un événement politique d’une fiction qui est islamophobe », insiste Plenel avant d’ajouter : « pourquoi ne pas inviter Céline ? ».

Sur la fin, Edwy Plenel se lâchera en affirmant tranquillement que « le totalitarisme c’est de pouvoir tout dire. La démocratie c’est l’inverse, c’est de dire que tout n’est pas possible ». Superbe profession de foi que George Orwell aurait pu inclure dans son 1984. Pour Monsieur Plenel, on l’aura compris, la liberté d’expression est totalitaire et la « démocratie » consiste à la limiter. Gageons que sur ce point Patrick Cohen ne le contredira pas.

 Une vidéo à voir et à revoir sans modération.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine. 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Wallah, je vais te tuer bêtement. Vive Macron ! ». La racaille en action contre des militants pro Zemmour à Toulouse

Des individus au quotient intellectuel visiblement déficient s'en sont pris hier soir à Toulouse à des jeunes militants qui...

Guingamp. Des centaines de manifestants pour la défense de l’hôpital et de sa maternité

Mais où sont toutes les familles qui ont bénéficié de la maternité de Guingamp au cours de ces dernières...

7 Commentaires

    • Car monopolisé la parole et refuser d’être interviewer par le journaliste qui l’avait invité n’est pas du totalitarisme???? Pour la définition de mafieux je vous renvoi vers un dictionnaire

  1. Edwy Plenel, c’est l’instrumentalisation d’une partie de l’information à des fins politiques. Un traitement partial et à géométrie variable. Ce n’est pas du journalisme. Un peu comme ici, avec aussi peu de talent, mais au moins Plenel à le mérite d’assumer.

  2. Mr Plenel, vous n’êtes même pas un intellectuel, vous êtes un con car il n’y a aucune raison d’interdire l’emploi du concept « civilisation ». La civilisation Islamique est entraînée depuis plusieurs décennies dans une spirale de violence, que l’on nomme radicalisme islamique. Refuser d’inviter Houellebecq est une aberration, et je ne vois pas en quoi une fiction où la France deviendrait un pays musulman est un acte raciste. C’est vous le fasciste. J’ajoute enfin : la liberté d’expression est sacrée, et elle l’est aussi pour ceux qui ne sont pas d’accord avec vous. « Le fascisme c’est ferme ta gueule, la démocratie c’est cause toujours ! » Allen (Woody)

  3. Plenel a totalement raison. Zemmour puis Houellebecq… les médias jouent sur le fil étroit et coupant de la guerre civile. Alors qu’il y a des problèmes et des causes communs .

  4. Le Premier ministre puis ministre des affaires étrangères – sauf erreur – d’Irak, Tareq Aziz, était bien chrétien…
    Curieux pour une « dictature », non ?
    Remettons les pendules à l’heure !!!

  5. Plenel, comme la plupart des gauchos, est un mal éduqué nauséabond. Dans ses interventions télévisées il est toujours comme ça. Le livre de Houellebecq est un roman/fiction qu’il faut lire comme tel. Dés qu’on parle d’islam on est tout de suite suspecté de raciste par les gauchos. On voit où ça mène de cacher les vrais problèmes. Le politiquement correct ça suffit. Parler de l’islam ne doit plus être un sujet tabou. Les islamistes s’en sont jusqu’aujourd’hui frotté les mains, et ne roulent pas pour nous !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés