Quimper. Un évêque très favorable aux migrants nommé à la tête du diocèse

A LA UNE

25/05/2015 – 08H00 Quimper (Breizh-info.com) – C’est fait. Quasiment un an après le départ de Mgr Le Vert, déstabilisé par une crise profonde dans le diocèse de Quimper, un nouvel évêque a été nommé le 20 mai par le pape.  Il s’agit de Mgr Laurent Dognin, jusqu’alors évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Bordeaux. Bien que cela soit sa première nomination comme évêque à la tête d’un diocèse, c’est en fait un pur produit du système ecclésiastique à la française qui est envoyé en Finistère, avec comme principale tâche de régler la crise que traverse le diocèse breton.

Né le 3 janvier 1953 à Paris, Laurent Dognin a été ordonné prêtre le 15 juin 1980 pour le diocèse de Nanterre après avoir fait le séminaire d’Issy-les-Moulineaux. Succesivement vicaire à la paroisse Saint-Justin de Levallois-Perret, de 1980 à 1986, puis à Sainte-Geneviève d’Asnières jusqu’en 1991, date à la quelle il a été nommé curé de cette paroisse. En 1997 il a été transféré à Neuilly où il a été en charge, jusqu’en 2006, de la cure des églises Saint-Pierre et saint Jacques.

Devenu en 2002 responsable régional, puis national, de la fraternité Jésus Caritas, il a intégré en 2003 la hiérarchie de son diocèse avant de devenir vicaire général de 2006 jusqu’en 2011. Nommé ctte année là évêque auxiliaire de Bordeaux, il découvre les joies et les particularités de l’évangélisation en milieu rural.

Parallèlement, il accumule d’autres responsabilités. Très engagé au sein de la fraternité Jésus Caritas – un institut séculier de l’Eglise fondé en 1952 dans l’esprit de l’enseignement du père Charles de Foucauld – il en devient le responsable européen en 2007. Il est aussi président de la commission épiscopale pour la mission universelle de l’Eglise, au sein de la Conférence des Evêques de France (CEF) et président du Conseil d’Orientation des radios chrétiennes francophones (RCF).

C’est donc un évêque bardé de distinctions, mais aussi riche d’une longue expérience paroissiale, qui est envoyé à Quimper. Son objectif principal est de mettre fin à la crise profonde, qui mêle à la fois questions de Foi et de personnes, et qui mine en profondeur le diocèse. Celle-ci s’accompagne aussi d’une dégradation de la situation financière  comme en témoignent notamment les comptes de 2012… ou la très symbolique fermeture de l’école catholique de l’île d’Ouessant à la fin de cette année scolaire. Comme un air de désertion alors que la Foi a tant aidé les hommes à se maintenir littéralement contre vents et marées sur ce caillou désolé.

Malgré ses distinctions et ses responsabilités, il reste un ecclésiastique relativement peu connu, contrairement à un Mgr Aillet qui à Bayonne à réussi à ramener les fidèles vers l’Eglise en réimplantant de la tradition liturgique, au désespoir d’ailleurs d’une aile réformiste pas si minoritaire dans les autres diocèses français. Ou d’un autre breton, Mgr Centène, docteur en droit et évêque de Vannes, qui a réhabilité le breton et le latin à la messe, a soutenu les Bonnets Rouges et la Manif pour Tous 

Mgr Dognin a annoncé en janvier 2014 soutenir la marche pour la vie, avec 20 autres évêques – les autres ont visiblement eu peur de se faire taper sur les doigts par la minorité (ou majorité) réformiste de leur diocèse. Une position qu’il lui faudra expliquer à certain curé de Quimper  qui n’a pas hésité à jeter aux orties l’enseignement de l’Eglise et la position du pape en se prononçant pour le mariage gay. C’est dire l’étendue du travail qui attend le nouvel évêque.

Un ecclésiastique fin connaisseur de l’Eglise de France n’attend pourtant pas de miracle de Mgr Dognin. « Son profil fait de lui un pur produit du système de la hiérarchie ecclésiastique actuelle. Un type qui ne fait surtout pas de vagues, et dont le leitmotiv est de dire à ses troupes : je suis votre chef, je vous suis. Ce n’est pas vraiment la solution pour faire remonter la pente à un diocèse englué dans une crise, notamment spirituelle, profonde, et où règne par endroits le n’importe quoi intégral« . Pour l’heure, le nouvel évêque a annoncé qu’il ferait une tournée dans son diocèse pour « rencontrer » ses troupes et « écouter » ses paroissiens. « En revanche« , estime notre ecclésiastique, « il ne semble pas être du genre à gouverner dans sa tour d’ivoire, ce qu’on a reproché, et en partie à raison, à l’évêque qui s’est retiré« , Mgr le Vert.

Un évêque très favorable aux migrants

Par ailleurs, parmi ses responsabilités pour la mission universelle de l’Eglise à la CEF, Mgr Dognin s’occupe de la pastorale des migrants. Il avait d’ailleurs cosigné en 2012 une brochure intitulée « à la rencontre du frère venu d’ailleurs » publiée avec le soutien de 18 organisations chrétiennes qui s’est donnée pour objectif de détruire les préjugés sur l’immigration et notamment la perception de celle-ci comme un problème.

Il occupe toujours cette fonction et à ce titre il s’était d’ailleurs rendu  du 3 au 5 mai 2015 à la Commission Mixte Méditerranée, où, avec des évêques espagnols, italiens, portugais et des diocèses d’Afrique du Nord, il avait travaillé sur les mariages mixtes, sur l’accueil des catéchumènes des autres religions, sans oublier l’inévitable question des migrants en provenance de Libye et d’Afrique sub-saharienne. .

Les évêques alors réunis n’avaient pas hésité à montrer qu’ils étaient totalement favorables à l’invasion migratoire en interpellant les états de l’UE « afin qu’ils assument consciemment, non seulement une nécessaire oeuvre de sauvetage humanitaire, mais surtout des politiques migratoires et d’asile globales dans le respect des droits humains fondamentaux dont le droit à la vie, et à une vie digne« . Difficile de faire plus clair.  Rien d’étonnant pour notre ecclésiastique habitué  des mécanismes de l’Eglise en France : « aujourd’hui, le message de la pastorale des Migrants se résume à ça : ils ont droit de s’installer. Tous. Il faut faire en mesure de les accueillir ».

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

8 Commentaires

  1. C’est aussi à cause des religions que les migrants fuient leurs pays. Il serait souhaitable que « les conseilleurs » s’en chargent. Le Vatican n’a t-il pas suffisamment de richesses pour aider toutes ces personnes. Que cet évêque aille en mission dans ces pays déstructurés pour apporter la bonne parole.

  2. Ce qu’il faut c’est un église de Bretagne et non une église en Bretagne … Sommes nous assez bêtes pour écouter ces soi-disant bergers ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés