label_diversite

05/08/2015 – 06h00 Nantes (Breizh-info.com) – Nantes Métropole vient d’obtenir le label « diversité » délivré par AFNOR certification. C’est la première métropole française à le recevoir . Déjà en 2012 la ville de Nantes sous la mandature de Jean-Marc Ayrault avait obtenu ce label pour une partie de ses directions. Aujourd’hui, elles l’ont toutes. Le label diversité se veut le témoignage de l’organisme, la collectivité, l’entreprise «  en matière de prévention des discriminations , d’égalité des chances et de promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines ». Dans l’esprit des promoteurs de ce label, créé en 2008 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, c’était déjà la denière préconisation qui apparaissait la plus importante.

En 2012, la ville de Nantes s’était félicitée de son premier label diversité en précisant que c’était le résultat de sa politique de « vivre ensemble ». Sur le site de la ville on pouvait alors lire : « La « citoyenneté de résidence », centrale pour la Ville, s’exprime avec la devise du Conseil Nantais pour la Citoyenneté des Étrangers: « Français, Étrangers, tous Nantais. » La Ville soutient en parallèle les initiatives nombreuses de son territoire pour cet esprit de cohésion: Tissé Métisse, le mois de lutte contre les discriminations (Fal 44), partenariat actif avec le Défenseur des droits.

 Aujourd’hui Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de la métropole, s’est réjouie de cette nouvelle distinction. Elle n’ a pas manqué de souligner que celle-ci : «  reflète d’abord l’exigence de nos deux collectivités dans leur travail au quotidien pour lutter contre les discriminations et pour l’égalité. Elle engage les élus à poursuivre leur engagement … dans le recrutement et dans la gestion des ressources humaines ».

Nantes Métropole et la ville se veulent encore plus précises en rappelant qu’elles  adoptent «  une démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises ) , insertion de critères RSE dans les marchés publics… politique d’accueil des étrangers , accueil du public sensibilisé à la diversité du public, lutte contre la discrimination au travail. ». C’est exactement la politique promue sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle incitait les grandes entreprises à signer des partenariats avec Pôle emploi impliquant l’embauche prioritaire de jeunes issus des « quartiers sensibles ».

Le terme « discrimination »  apparait comme le plus important dans cette phraséologie très politiquement correcte. De quoi s’agit-il ? d’ instaurer une sorte de discrimination positive en faveur des populations immigrées et par la même d’instaurer une discrimination négative à l’encontre de la population dite « de souche ».

Le 16 octobre 2009 Anne Lauvergeon, alors PDG d’AREVA, s’était voulue encore plus engagée en déclarant : « à compétences égales, et bien désolé, on choisira la femme ou on choisira la personne venant d’autre chose que le mâle blanc pour être clair ». Une déclaration qui allait parfaitement dans le sens de la politique du MEDEF alors présidé par Laurence Parisot. Il s’agit donc là d’aider ce que l’écrivain Renaud camus appelle « le grand remplacement ». Cette politique a d’ailleurs été théorisée par la fondation socialiste Terra Nova à la recherche d’un nouvel électorat pour le PS. Son  président déclarait le 5 septembre 2011 sur France Culture : « l’identité de la France n’est plus celle des autochtones ».

Après audit, le label diversité des collectivités nantaises devra être renouvelé dans 4 ans. Quand on lit leurs publications et tous les documents qu’elles éditent et qu’on prête attention à leur iconographie nul doute que ce sera une simple formalité.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

4 Commentaires

Comments are closed.