Elections territoriales Corse. La droite est en colère.

A LA UNE

01/01/2016 – 5 h 30 Bastia (Breizh-info.com) – Contrairement à ce que laissent croire les journalistes continentaux, la Corse ne constitue pas une région, mais une collectivité territoriale à statut particulier régie par la loi du 22 janvier 2002. Cette avancée avait été négociée par l’équipe de Lionel Jospin, à l’époque Premier ministre, avec Jean-Guy Talamoni et Paul Quastana. Le conseiller chargé de la communication à Matignon s’appelait alors Manuel Valls et le premier secrétaire du PS, François Hollande.

Si, dans une région continentale, le président du conseil régional préside l’assemblée régionale – le délibératif – il dirige également l’exécutif ; il en va autrement en Corse. Pour l’île, un premier personnage (Gilles Simeoni) président le conseil exécutif (neuf membres) – un mini-gouvernement – tandis qu’un second (Jean-Guy Talamoni), préside l’« Assemblée de Corse ». D’autres différences apparaissent, par exemple les règles concernant les élections territoriales – on ne parle pas d’élections régionales.

Pendant la mandature précédente, Paul Giaccobi (PRG) dirigeait un conseil exécutif de gauche et « l’Assemblée de Corse, au sein de laquelle les nationalistes étaient partout minoritaires, avait validé un grand nombre d’idées jusque là portées exclusivement par ces mêmes nationalistes : coofficialité de la langue corse, statut de résident pour lutter contre la spéculation immobilière, collectivité unique afin de rationaliser la gestion des affaires publiques, statut fiscal visant notamment à remplacer les dotations de l’Etat par le produit des impôts acquittés par les Corses, stratéfgie de développement rejetant le modèle du tout-tourisme, etc. » souligne Jean-Guy Talamoni (Le Monde, 13 décembre).

Vendredi 18 – Manuel Valls appelle Simeoni « pour le féliciter » et lui dire qu’il allait bientôt le rencontrer. Les deux hommes « ont convenu de poursuivre un dialogue serein, constructif et apaisé ». Ils ont parlé sécurité, « une priorité », et Valls a insisté sur « son attachement à la place de la Corse dans la Nation et dans la République française, et sa reconnaissance de la spécificité de l’île » (Libération, 19-20 décembre 2015).

A droite, on grogne. Ainsi François Fillon a estimé que les propos de M. Talamoni lors de l’installation de la nouvelle assemblée « méritent de la part du chef du gouvernement un ferme rappel à la loi et de la part du chef de l’Etat une réaction claire concernant l’unité de la nation française » (Le Figaro, 21 décembre 2015). Guillaume Tabard reconnait que « tout gouvernement a cherché des solutions institutionnelles préservant les spécificités de l’île. C’est légitime ». Mais il ne faut pas aller trop loin et « à l’implacable franchise des nouveaux dirigeants nationalistes doit répondre une netteté tout aussi implacable de l’Etat quant à l’unité de l’indivisibilité de la République » (Le Figaro, 19-20 décembre 2015).

Tous ces propos rappellent le bon vieux temps de l’Algérie française. On parlait beaucoup de « l’unité » et de « l’indivisibilité de la République » . C’était le discours officiel quotidien opposé à celui des partisans de l’indépendance. On sait comment cela s’est terminé .

Bernard Morvan

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés