Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Elections territoriales Corse. La droite est en colère.

01/01/2016 – 5 h 30 Bastia (Breizh-info.com) – Contrairement à ce que laissent croire les journalistes continentaux, la Corse ne constitue pas une région, mais une collectivité territoriale à statut particulier régie par la loi du 22 janvier 2002. Cette avancée avait été négociée par l’équipe de Lionel Jospin, à l’époque Premier ministre, avec Jean-Guy Talamoni et Paul Quastana. Le conseiller chargé de la communication à Matignon s’appelait alors Manuel Valls et le premier secrétaire du PS, François Hollande.

Si, dans une région continentale, le président du conseil régional préside l’assemblée régionale – le délibératif – il dirige également l’exécutif ; il en va autrement en Corse. Pour l’île, un premier personnage (Gilles Simeoni) président le conseil exécutif (neuf membres) – un mini-gouvernement – tandis qu’un second (Jean-Guy Talamoni), préside l’« Assemblée de Corse ». D’autres différences apparaissent, par exemple les règles concernant les élections territoriales – on ne parle pas d’élections régionales.

Pendant la mandature précédente, Paul Giaccobi (PRG) dirigeait un conseil exécutif de gauche et « l’Assemblée de Corse, au sein de laquelle les nationalistes étaient partout minoritaires, avait validé un grand nombre d’idées jusque là portées exclusivement par ces mêmes nationalistes : coofficialité de la langue corse, statut de résident pour lutter contre la spéculation immobilière, collectivité unique afin de rationaliser la gestion des affaires publiques, statut fiscal visant notamment à remplacer les dotations de l’Etat par le produit des impôts acquittés par les Corses, stratéfgie de développement rejetant le modèle du tout-tourisme, etc. » souligne Jean-Guy Talamoni (Le Monde, 13 décembre).

Vendredi 18 – Manuel Valls appelle Simeoni « pour le féliciter » et lui dire qu’il allait bientôt le rencontrer. Les deux hommes « ont convenu de poursuivre un dialogue serein, constructif et apaisé ». Ils ont parlé sécurité, « une priorité », et Valls a insisté sur « son attachement à la place de la Corse dans la Nation et dans la République française, et sa reconnaissance de la spécificité de l’île » (Libération, 19-20 décembre 2015).

A droite, on grogne. Ainsi François Fillon a estimé que les propos de M. Talamoni lors de l’installation de la nouvelle assemblée « méritent de la part du chef du gouvernement un ferme rappel à la loi et de la part du chef de l’Etat une réaction claire concernant l’unité de la nation française » (Le Figaro, 21 décembre 2015). Guillaume Tabard reconnait que « tout gouvernement a cherché des solutions institutionnelles préservant les spécificités de l’île. C’est légitime ». Mais il ne faut pas aller trop loin et « à l’implacable franchise des nouveaux dirigeants nationalistes doit répondre une netteté tout aussi implacable de l’Etat quant à l’unité de l’indivisibilité de la République » (Le Figaro, 19-20 décembre 2015).

Tous ces propos rappellent le bon vieux temps de l’Algérie française. On parlait beaucoup de « l’unité » et de « l’indivisibilité de la République » . C’était le discours officiel quotidien opposé à celui des partisans de l’indépendance. On sait comment cela s’est terminé .

Bernard Morvan

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Elections territoriales Corse. La droite est en colère.”

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Politique

« Terra corsa a i Corsi ». La Terre corse aux Corses par Nicolas Battini

Découvrir l'article

A La Une, Education, Sociétal

Langues régionales. À Paris, 40 élèves bilingues tentent de se faire entendre

Découvrir l'article

Sociétal

Nationalisme Corse. Mossa Palatina, nouveau parti politique, est né

Découvrir l'article

Immigration, International, Politique, Sociétal

Corse et « communauté de destin ». A Chjama Patriotta : « Nous ne pouvons plus accepter personne. Quelle que soit l’origine » [Vidéo]

Découvrir l'article

Sociétal

Un jeune Corse agressé au couteau. Des organisations réagissent

Découvrir l'article

International

Il y a 36 ans mourait le combattant corse Ghjuvan Battista Acquaviva en opération pour le FLNC

Découvrir l'article

Politique

Corse : ne pas mélanger  tiers-mondisme et nationalisme

Découvrir l'article

Politique

Autonomie de la Corse: le discours en intégralité d’Emmanuel Macron sur l’île

Découvrir l'article

Immigration, International

Corse : Pétition des natioréalistes de Palatinu contre l’accueil des migrants

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Immigration, Tribune libre

La meilleure manière de lutter contre le Grand Remplacement est de… [L’Agora]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍