Pornichet. ECLAT, pour l’étude et la connaissance du littoral atlantique (Interview de Christiane Empereur)

A LA UNE

02/01/2016 – 07h00 France (Breizh-info.com) – l’association ECLAT (Etude et connaissance du littoral atlantique) a été fondée en 1991 par Joseph Martray. Actuellement présidée par Christiane Empereur, épouse du géopolitologue Jean-Claude Empereur, l’association œuvre pour défendre l’Arc Atlantique, un ensemble européen d’importance tourné vers la mer. Elle organise chaque année plusieurs conférences et voyages découverte. Au programme pour 2016, les conférences notamment de Bernard Quilliet (« les 12 amants qui ont changé l’Histoire »), de Michel Bonduelle (« les voies vertes de France »), de Stéphane SIMONNET  ( «  Les poches de l’Atlantique ») ou encore de René Le Honzec  (« Histoire de  la bande dessinée et la bande dessinée de l’Histoire ») et de Joël Cornette ( « La mort de Louis XIV »).
Ces rendez-vous, annoncés sur le site de l’association, se déroulent en général à La Baule ou à Pornichet. Pour faire le point en cette nouvelle année, nous avons interrogé Christiane Empereur, la présidente d’ECLAT.

Breizh-info.com : quelle est l’origine et  quels sont les  objectifs de l’association ?

Christiane Empereur : Des hautes terres d’Écosse à l’extrême pointe de l’Andalousie, de Scapa Flow à Gibraltar s’étire l’Arc Atlantique, façade atlantique de l’Europe. Au début des années 90, le concept d’Arc Atlantique fut forgé pour mettre en évidence la communauté de destin qui unissait cet ensemble géographique tourné vers les activités maritimes et le grand large. L’idée était de montrer qu’au moment où l’Europe se recentrait sur l’axe rhénan, l’Italie lombarde et la mer du Nord, l’Europe celtique devait s’affirmer voire se réaffirmer économiquement, mais aussi culturellement.

Or cet aspect, pourtant essentiel, avait, semble-t-il, été un peu oublié dans un projet conçu sous un angle un peu trop technocratique à notre goût.

C’est tout le sens de la réflexion que Joseph Martray, l’un des pères fondateurs de la Bretagne moderne, livra dans un petit livre toujours d’actualité, « Nous qui sommes d’Atlantique ».

Nous avons donc eu l’idée de créer  en 1991, à Pornichet, « La plage des libraires », lieu culturel par excellence, l’association «Études et Connaissances du Littoral Atlantique » (ECLAT).

Celle-ci s’est donné d’emblée un objectif très ambitieux : développer auprès du grand public dans une perspective d’information  l’ensemble des connaissances disponibles sur cette partie du littoral européen, très riche à la fois dans le domaine économique et culturel . Tout naturellement, Joseph Martray en fut le président fondateur. Après son départ c’est le  docteur Yves Sorin qui devait lui succéder.

J’en assume pour ma part la présidence depuis 1998, entourée d’un bureau très actif et d’un solide conseil d’administration qui m’apporte beaucoup.

Breizh-info.com : Pourquoi vous êtes-vous plus particulièrement orienté vers les aspects culturels de cet ensemble ?

Christiane Empereur : Nous avions l’impression que la dimension culturelle du projet d’Arc Atlantique avait été un peu oubliée. Je crois aussi que localement il y avait un réel besoin et une soif de culture, et ce dans une forme conviviale et amicale.

À l’époque tout le monde était obsédé par le développement économique industriel et démographique d’une zone allant de Milan à Londres en passant par la vallée du Rhin et la Ruhr appelée, je n’ai jamais trop compris pourquoi,«  la banane bleue » et craignait de voir l’ensemble formé notamment par la Bretagne , les Pays de la Loire ,le Poitou Charente et l’Aquitaine  plus ou moins abandonné  et laissé sur le bord du chemin pour se transformer en espace de loisir habité à l’année par des retraités recherchant le calme , le « bon air »  et se nourrissant de fruits de mer…

L’idée était de convier tous ceux qui avaient quelque chose à dire et à proposer au grand public concernant le devenir de cette grande région maritime et littorale de l’Europe , cadre de notre existence quotidienne.

Pour diverses raisons le concept d’Arc Atlantique tel qu’il avait été imaginé, notamment par Olivier Guichard, n’a pas eu le développement espéré à l’époque. Force est de reconnaître que, sous l’angle économique, ce concept est toujours resté un peu trop flou.

En revanche sous l’angle culturel il recouvre une réalité très vivante, une manifestation comme le Festival interceltique en porte témoignage.

Breizh-info.com : Comment envisagez-vous l’avenir de votre association, notamment en 2016 ?

Christiane Empereur : Je suis persuadée que si nous disposions d’un peu plus de moyens et de quelques partenaires motivés en s’appuyant sur les réseaux sociaux , les Web TV, et les nouveaux moyens d’information tels que le vôtre , notre équipe, à la composition et aux expériences très diverses, pourrait se mobiliser.

À titre d’exemple nous avons toujours rêvé d’organiser une série d’expositions photographiques, pourquoi pas un grand concours, portant sur les sites remarquables, les paysages , les clochers, les phares… les activités et l’identité de l’Arc Atlantique.

Notre souhait serait maintenant, grâce aux technologies de l’information que nous commençons à maitriser assez bien de travailler en réseau avec d’autres associations similaires réparties sur le littoral atlantique.

Je  souhaiterais aussi  pouvoir organiser de temps en temps, de plus grandes manifestations, soit autour des navigateurs de la course au large soit tournées vers des activités  à caractère plus économiques et maritimes , notamment pour mettre en évidence les innovations technologiques de notre Région. Le cadre et les équipements dont dispose la commune s’y prêtent, et je sais que le soutien de celle-ci nous est acquis.

Je pense qu’il faut être prudents et ambitieux à la fois.

Je crois, sans fausse modestie, que nous avons réalisé un outil culturel, efficace et apprécié. J’en veux pour preuve la qualité et les références de nos conférenciers.    Ils sont toujours prêts à revenir. Je précise que nous n’avons aucun mal pour planifier un programme que nous arrêtons un an à l’avance, tout en laissant un peu de place pour l’actualité. Le choix des conférenciers ainsi que celui des thèmes se font de manière très participative, nous tenons aussi beaucoup à ce que chaque année l’une de ces conférences soit prononcée par l’un de nos membres. C’est un signe d’engagement et de vitalité.

Depuis l’origine, plus de deux cents conférences ont été organisées, à raison d’une par mois  selon un rythme très régulier auquel sont sensibles  nos adhérents. La consultation de notre site www.association-eclat.fr donne une bonne idée de la diversité des sujets abordés et du niveau des conférenciers invités.

J’ajoute enfin que nombre d’entre eux interviennent bénévolement, bien entendu nous prenons en charge leurs frais de déplacement et d’hébergement.

Sans s’éloigner de son engagement d’origine, l’association, par la force des choses,  a été conduite à élargir ses centres d’intérêt. Cette évolution est bien naturelle puisque notre objectif est de démontrer la double capacité d’attraction et de rayonnement de nos régions  littorales.

Notre fibre « Arc Atlantique »  reste très vive. Mais il faut que l’intendance puisse suivre et les temps sont durs. Nous aimerions aussi que les jeunes s’investissent plus et viennent nous rejoindre, car nous avons un  besoin  urgent de sang neuf.

Sur un plan purement pratique nos réunions se tiennent en soirée à Pornichet à l’Hôtel IBIS qui met une salle à notre disposition, Je rappelle que ces conférences sont accessibles à tous, gratuites pour les adhérents, elles accueillent de plus en plus d’auditeurs extérieurs à l’association, attirés par la qualité et la diversité des conférences annoncées  par notre propre communication (affiches et flyers),  par notre site très consulté et dont je m’occupe personnellement avec quelques amis, et enfin plus ou moins par la presse locale.

Vous verrez aussi sur notre site qu’une fois par an nous organisons au printemps ou à l’automne, une sortie d’une journée  en car  dans un rayon de 300km environ. Cette journée de découverte et de connaissance de notre territoire et de notre patrimoine remporte toujours un réel succès et fait la joie de tous.

Finalement je crois que le secret de la réussite de notre association (deux cents conférences en vingt ans avec entre 80 à 100 auditeurs à chaque fois.. Ce n’est pas trop mal !) c’est l’amitié qui lie les responsables de l’association avec ses membres, au nombre de 104, et c’est aussi la certitude que nous apportons chaque mois beaucoup d’information et de culture et sans doute aussi beaucoup de bonheur.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés