MAJ 21/06/2016 : 18h : compte rendu du vendredi soir ajouté + reportage photo

21/06/2016 – 07H00 Clisson (Breizh-info.com) – Une fois encore on a assisté cette année à un excellent millésime du  Hellfest.  Un festival teinté d’émotion avec l’hommage vibrant rendu à Lemmy, de Motorhead, disparu récemment.

Avec 159 000 fans venus des 4 coins du globe, le Hellfest est aujourd’hui un festival incontournable de la scène métal au niveau international. Le public a pu profiter pendant 3 jours – avec une météo clémente – d’un site exceptionnel et d’une organisation s’améliorant d’année en année. Ajoutons à cela une décoration toujours des plus originale, une statue géante de Lemmy, la grande roue fidèle au rendez-vous, des feux d’artifices, une WARZONE réaménagée…. et grande nouveauté : une tyrolienne tendue entre les deux scènes principales (MainStage 1 et 2).

Ben Barbaud et son équipe ont su faire venir cette année de belles têtes d’affiche comme Rammstein, une première venue réussie, ou Black Sabbath, leur ultime show avant une retraite bien méritée. Le public a pu profiter surtout de tout ce que la musique métal puisse distiller : Thrash, Death métal, punk, Hard-rock, doom, stoner, hardcore, grindcore….

La première journée fut bien chargée avec la prestation de Rammstein, qui aura marqué les esprits par son show spectaculaire. Le samedi fut plus calme avec une Warzone bondée aux sonorités punk qui verra des légendes du genre : UK Subs, Discharge, Toy Dolls, Bad Religion et les routards de la scène alternative françaises des années 80, Ludwig Von 88 ! Les New-Yorkais de Twisted Sister assureront leur dernier show sur la Mainstage 1 avant de laisser place à un feu d’artifice en hommage à Lemmy. Korn clôturera cette deuxième journée pour le plus grand bonheur des aficionados du Nu Metal.

Avec Gojira, Slayer, Amon Amarth, Jane’s Addiction, Megadeth, Ghost (décevant), Paradise Lost, King Diammond, Deicide… – rien de moins – les métalleux auront vécu un dimanche d’enfer… sans oublier les précurseurs de la musique métal, Black Sabbath :  1h30 de morceaux d’anthologie pour un ultime concert avant la fin d’une époque.

L’heure est maintenant au bilan. Excellent ? Il le sera sans aucun doute. Le nombre de festivaliers, de plus en plus nombreux, en est la preuve.  Seule ombre au tableau, cette masse de fans entraine de longues files d’attente, aggravées cette année par les mesures de sécurité liées aux menaces terroristes. Et la fréquentation n’est pas prête de décroître : 5 000 pass ont été vendus jeudi après-midi à tarif préférentiel pour l’édition 2017, avec une billetterie à l’aveugle prévue à la rentrée.

Et déjà un nom circule sur toutes les lèvres…. Metallica !

Compte rendu du vendredi :

Première sensation de la journée à 13h00 sur la Mainstage 2 avec les routards du Rock’n roll bien lourd à la Motorhead…les Nashville Pussy !
Deux représentants de la scène française enchaineront sur cette Mainstage déjà bien garnie en cet après-midi orageuse : Le Bal des enragés, punk’s not dead ! et les Mass Hysteria des fidèles de la première heure.
Les fans de thrash métal en auront pour leur compte sous une Altar bouillonnante avec les maitres du genre Sacred Reich, Overkill et Testament, sans oublier Anthrax évoluant plus tôt sur la Mainstage 1.
Abbath réveillera les fans de Black Metal clôturant ce vendredi sous la temple à 1h00 ; voix écorchée et malsaine pour le leader d’Immortal, qu’on ne présente plus, Abbath. La claque !
Les deux grosses sensations à retenir pour cette première journée aussi riche que variée seront :
Rammstein, tête d’affiche inédite de millesime et que dire une fois de plus….nous n’avons pas été déçu du spectacle proposé par Till Lindermann et sa bande.
Show spectaculaire ! Gros son et pyrotechnie en rafale pour le plus grand bonheur des 30 000 fans amassés devant la Mainstage 1.
Une surprise pour cette tournée, le chanteur sur le morceau Engel montant dans les airs à l’aide d’énormes ailes. Grandiose !
Ils enchaineront tous leurs classiques avec une efficacité germanique : sonne, feuer Frei,…On en redemande !
Vivement le prochain album.
Dropkick Murphys, « the boys are back, the boys are back and they looking for troubles ».
Nous voilà prévenu d’entrée avec ce titre du dernier album en date du célèbre groupe punk celtique américain de Boston.
Le groupe de Ken Casey mêle des influences de musique irlandaise traditionnelle, de punk, de hardcore, de oï et de folk rock, rien que ça !
Ce savoureux mélange distillé depuis 1996 nous donne un groupe en constante progression ce qui leur vaut une notoriété internationale.
Leurs tubes s’enchaineraont aux sons des cornemuses pour fêter leur 20ème anniversaire.
Seul regret, le temps passe trop vite …

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. « Ghost (décevant) »…
    Alors les goûts et les couleurs ça se discute pas, je veux bien, mais quand même, je suis curieuse de savoir sur quoi vous basez cette critique. Perso j’ai pris une grosse claque, la découverte de ce festoche. Et à lire les retours des festivaliers sur le web, je suis pas la seule, les critiques sont unanimement dithyrambiques. C’est en comparaison avec leurs précédents concerts ?

Comments are closed.