Protection de l’Europe : une barrière contre l’immigration, en Autriche également

A LA UNE

Victor Aubert (Acadamie Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

05/08/2016 – 04H30 Vienne (Breizh-info.com via visegradpost.com) – En Autriche, le gouvernement a dévoilé la semaine passée des plans pour construire une clôture de 100 km le long de sa frontière pour arrêter les migrants et les réfugiés qui entrent illégalement dans le pays. Les ingénieurs de l’État d’Europe centrale ont finalisé des plans pour la grande barrière, qui s’étirera sur toute sa frontière sud avec la Hongrie.

L’Autriche a à plusieurs reprises été en conflit avec Bruxelles pour sa répression de l’immigration clandestine et a déjà mis une limite quotidienne sur le nombre de personnes qui peuvent prétendre à l’asile. Et plus tôt cette année le parlement du pays a voté une motion lui permettant de déclarer l’état d’urgence si le nombre de migrants augmentait soudainement, ce qui signifie qu’il pourrait instantanément fermer ses frontières.

La nouvelle clôture à la frontière marquera une escalade considérable de la part de l’Autriche pour faire baisser la migration par des moyens physiques, le pays n’ayant construit qu’une petite clôture 4 km le long de sa frontière avec la Slovénie à ce jour. Les fonctionnaires d’État ont conclu des accords avec des centaines de propriétaires fonciers le long du tronçon de 100 km de la frontière qui permettra à la clôture d’être mise en place en un temps record si le nombre de clandestins augmentait à nouveau, selon un porte-parole de la police.

L’Autriche est sur la route migratoire des Balkans menant aux «terres promises» de l’Allemagne et de la Suède, où la plupart des demandeurs d’asile arrivant en Europe veulent s’installer et commencer une vie meilleure. À un moment donné de l’année dernière, le pays a été mis à genoux par les milliers de personnes qui franchissent ses frontières tous les jours, mais la situation s’est améliorée de manière significative depuis que l’UE a signé son accord sur les migrants avec la Turquie.

Seulement entre 20 et 30 migrants arrivent en Autriche en provenance de Hongrie tous les jours à l’heure actuelle mais, avec le chaos politique en Turquie et l’effondrement possible de l’accord actuel, le pays a décidé de prendre des précautions. La clôture couvrira seulement un tiers de la frontière de 300 km entre les deux pays, mais les responsables ont estimé que les autres sections sont trop éloignées et difficiles à traverser pour fournir une voie de migration attrayante.

Le tronçon sera patrouillé jour et nuit par les troupes et les équipes de chiens de police en cas d’état d’urgence déclarée, fournissant une barrière insurmontable en cas de mouvement d’un grand nombre de personnes vers le nord.

La Hongrie voisine n’est pas étrangère aux clôtures à la frontière, après avoir provoqué la colère des fonctionnaires européens en construisant sa propre barrière de 175 km le long de sa frontière avec la Serbie l’année dernière quand la crise des migrants était à son apogée.

Le 26 Juillet, le chancelier autrichien Kern est allé à Budapest pour rencontrer le premier ministre hongrois Orbán. Les deux pays cherchent à ouvrir un nouveau chapitre dans leurs relations après que le gouvernement autrichien a changé et la crise de la migration a évolué en une crise de la sécurité à travers le continent. L’ancien gouvernement social-démocrate a attaqué durement Orbán pour avoir construit une clôture et mis un terme à l’afflux de migrants dans son pays. Le chancelier Kern veut maintenant améliorer les relations et commencer une coopération en bon entente, en particulier sur ce sujet.

Principale source: Express.co.uk

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Hellfest 2022. Metallica, Guns n’roses, et 7 jours de concerts

La direction du Hellfest ne fait pas les choses à moitié. Elle vient d'annoncer une édition 2022 qui s'annonce...

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant...

1 COMMENTAIRE

  1. pour le 1° ministre hongrois, chaque migrant est un terroriste potentiel! enfin un politique qui n’est pas aveugle ou dans le déni!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Suède. Une analyse de l’explosion des viols commis par les immigrés

Elle s'appelle Ayaan Hirsi Ali. Elle est chroniqueuse de UnHerd magazine numérique d'idées, de culture et d'opinions. Elle est également chargée de recherche à...

Sondage : 62% des Français se déclarent favorables à l’organisation d’un référendum pour limiter l’immigration

62% des Français se déclarent favorables à l’organisation d’un référendum pour limiter l’immigration selon un sondage de l’Institut CSA pour CNEWS dévoilé ce jeudi...

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d’origine étrangère

A Bruxelles, 90% des allocataires des minimas sociaux seraient d'origine étrangère. C'est ce qu'indique le Vlaams Belang dans un article paru sur son site,...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est urgent de repenser le fait...