Rome. Deux familles expulsées, des militants de Casapound emprisonnés [vidéo]

A LA UNE

03/10/2016 – 16H00 Rome (Breizh-info.com) – Simone Di Stefano, le vice-président de CasaPound Italie est assigné à résidence, après avoir passé deux nuit dans la prison de Regina Coeli, à Rome, avec trois autres militant de Cpi (deux âgés de 20 ans et un autre âgé de 21 ans). Contrairement à Di Stefano, ces trois militants sont actuellement libres, avec l’obligation de se présenter chaque jour à la préfecture de police.

Ces mesures résultent des incidents de jeudi 29 septembre 2016, quand les forces de l’ordre sont intervenues pour déloger deux familles italiennes (défendues par CasaPound) de deux appartements qu’elles occupaient illégalement dans la rue du Colisée, à Rome, près d’un des plus fameux monument de la capitale italienne.

Voici les faits : les deux familles (une femme de plus de 70 ans, diabétique et handicapée et une famille de 4 personnes dont un enfant handicapé et un chien) vivaient dans cet immeuble depuis 30 ans. Bien qu’ils habitaient là illégalement, ils avaient demandé une régularisation de leur situation ou un hébergement alternatif.

Il y a un mois, la commune les a convaincus de quitter ces appartements en leur promettant un logement. Mais on a proposé à la vieille dame malade un appartement dans une banlieue éloignée, dans une zone sans transport public, située à coté d’un camp de Roms. On n’a pas trouvé non plus de solution appropriée pour la famille. Par conséquent, les deux familles, aidées par CasaPound, étaient retournées dans leur logement de la rue du Colisée.

Simone Di Stefano avait, sans succès, demandé l’intervention du maire de Rome, Virginia Raggi, membre du parti « 5 étoiles » de Beppe Grillo ; depuis trois mois qu’elle dirige la capitale, elle n’a pas encore réussi à constituer une équipe municipale digne de ce nom et est plongée dans une crise politique sans précédent.

Jeudi l’expulsion a eu lieu. Le père de famille a été violemment menotté et immobilisé à terre. Au moins 16 militants de CasaPound ont été appréhendés, dont Di Stefano. Quatre d’entre eux on été arrêtés. La manière grossière dont s’est passée l’arrestation a suscité une certaine stupeur : mains menottées derrière le dos comme pour les mafieux ou les délinquants les plus dangereux.

La police a déclaré que les militants de Casapound Italia, pour stopper l’expulsion, auraient jeté des meubles par la fenêtre, information reprise par quelques quotidiens italiens proches des constructeurs et des spéculateur immobiliers.

Une question a depuis été adressée au ministre de l’Intérieur, Angelino Alfano, afin de connaître les modalités de cette expulsion et de savoir les motifs des arrestations qui lui ont succédé. La question a été soumise au Parlement par quelques députés de centre droit.

 

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés